Rechercher
Rechercher

Politique - Gouvernement

Gouvernement : Nouvelles démarches enfiévrées pour conclure

Les responsables de tous les services de sécurité convoqués aujourd’hui à Baabda.

À la caserne Hélou, le général Joseph Aoun écoutant les explications du général Imad Osman, directeur général des FSI, devant les écrans de surveillance des diverses artères de Beyrouth. Photo ANI

C’est sur fond d’émeutes et de violences que se sont poursuivies hier les tractations pour la formation du gouvernement, dans l’espoir d’un dénouement heureux dans les deux prochains jours. C’est ainsi que le Premier ministre désigné, Hassane Diab, s’est rendu successivement au palais présidentiel puis au domicile du président de la Chambre, pour tenter de surmonter les obstacles qui entravent encore cette formation. M. Diab n’a pas souhaité faire de commentaires, ni en quittant le palais présidentiel ni à Aïn el-Tiné.

La rencontre de Baabda s’est faite à la demande du chef de l’État. Les deux hommes y ont passé en revue le processus de formation du cabinet de 18 ministres tel que mis sur les rails après la réunion la semaine dernière de M. Diab avec le président de la Chambre, et tel qu’approuvé explicitement par le numéro deux d’Amal, Ali Hassan Khalil, ministre sortant des Finances.

De source informée, on assurait que la réunion s’est tenue dans « un climat positif » et qu’un suivi lui sera donné « dans les deux prochains jours ». Autant dire que le nouveau gouvernement n’est pas pour aujourd’hui. « Au nombre des détails examinés figuraient les portefeuilles qui devront être cumulés par certains ministres », affirme-t-on de même source, compte tenu du fait qu’ils sont au nombre de 22, alors que le gouvernement comprendrait, sans Hassane Diab, 17 ministres.

Enfin, toujours de source présidentielle, on assurait que le chef de l’État, impatient de voir formé le nouveau gouvernement, a fait « tout ce qu’il est possible de faire » à cette fin. Une timide dernière tentative de faire passer le nombre de ministres de 18 à 20 ou 22 se serait heurtée à l’intransigeance de M. Diab.


(Lire aussi : De quelle violence parle-t-on ?, l’édito de Émilie SUEUR)


Les Marada et le tiers de blocage

Par ailleurs, le mouvement Amal a annoncé que M. Berry a été tenu informé de la visite que M. Diab se proposait d’effectuer à Baabda et que le Premier ministre désigné lui a ensuite fait part de vive voix de la teneur de ses entretiens avec le chef de l’État, étant entendu que le mouvement Amal « approuve la formule proposée » par M. Diab (c’est-à-dire le cabinet de 18), et qu’aussi bien le Hezbollah que le mouvement Amal « insistent pour que les Marada y soient représentés ».

On sait que ce parti, à qui a été attribué le juteux portefeuille des Travaux publics, menace de se retirer du gouvernement si le camp du ministre sortant des AE, Gebran Bassil, y dispose de sept ministres, c’est-à-dire d’un tiers de blocage. Il insiste en fait pour que ce binôme n’y soit représenté que par 5 ministres, sachant que les médias lui attribuent déjà six : Défense (Michel Menassa), Affaires étrangères (Nassif Hitti), Énergie (Raymond Ghajar), Environnement (Manal Moussallem), Tourisme, cumulé avec le ministère de la Culture (Varté Ohanian) et Justice (Marie-Claude Najm), et que le chef de l’État plaide en faveur d’un septième portefeuille, celui de l’Économie, qu’il souhaite attribuer à Ayman Haddad, apparenté PSNS.

Certes, M. Diab dispose de parades destinées à calmer ces exigences. Ainsi, il souhaite attribuer la vice-présidence du Conseil à la grecque-orthodoxe Amal Haddad (également approuvée par le PSNS, semble-t-il), ce qui empêcherait que le ministère de l’Économie aille à un ministre du binôme présidence-CPL. Pour freiner Gebran Bassil, M. Diab peut également invoquer le vote de confiance et du pointage des voix dont il disposera en se présentant devant la Chambre. Nommé avec 69 voix, il a besoin au minimum de 65 d’entre elles pour obtenir la confiance. Il ne peut, dans tous les cas de figure, mécontenter les Marada, sachant que leur bloc compte non moins de sept députés. Au demeurant, ni le mouvement Amal ni le Hezbollah, on l’a vu, ne souscriront à un gouvernement dont les Marada seraient absents.


(Lire aussi : Mouvement de contestation : la violence n’est plus un tabou)


Profondes inimitiés

La journée d’aujourd’hui sera probablement consacrée au règlement de cette question, sachant qu’à la demande du Hezbollah, Sleiman Frangié, qui comptait tenir une conférence de presse vendredi dernier, l’avait finalement reportée à demain mardi.

Il est de notoriété publique que c’est la course à la prochaine présidentielle qui aiguise la rivalité entre MM. Frangié et Bassil, sachant par ailleurs que les ambitions de ce dernier lui valent de profondes inimitiés dans d’autres milieux politiques. La dernière en date à s’exprimer est celle de l’ancien ministre de l’Intérieur, Nouhad Machnouk, qui n’a pas hésité à accuser le gendre du président de retarder la formation du gouvernement pour parvenir à ses fins, « même si le sang doit couler » dans les affrontements du centre-ville.

À ce sujet, justement, le chef de l’État présidera aujourd’hui à Baabda une réunion de tous les services de sécurité, en présence notamment du commandant en chef de l’armée, le général Joseph Aoun, et du directeur général des FSI, le général Imad Osman. Normalement, c’est une réunion du Conseil de défense qui devait se tenir, mais le Premier ministre sortant, Saad Hariri, a refusé de s’y joindre. Signalons que le général Joseph Aoun a effectué hier une tournée d’inspection dans la caserne Hélou.



Lire aussi

Les émeutes se renouvellent dans le centre-ville au lendemain d’un samedi d’une violence inouïe

Et maintenant les balles en caoutchouc...

Vers la IIIe République, par Antoine COURBAN

La participation en force de protestataires de Tripoli suscite une polémique


C’est sur fond d’émeutes et de violences que se sont poursuivies hier les tractations pour la formation du gouvernement, dans l’espoir d’un dénouement heureux dans les deux prochains jours. C’est ainsi que le Premier ministre désigné, Hassane Diab, s’est rendu successivement au palais présidentiel puis au domicile du président de la Chambre, pour tenter de surmonter les...

commentaires (9)

Oui il est évident que le Aoun fait de tout pour faciliter l'exécution du plan de son gendre et ses acolytes. En dehors de ça, il fait office de figurant en attendant que le pays soit en ruine pour qu'on lui réponde inlassablement qu'il a tout, tout fait pour en arriver là. Il ferait mieux de démissionner et de laisser ce pays tranquille et qu'il immigre plutôt que d'être encore plus humilié. Les bombes lacrymogène et les balles quelque soit leur nature ne changerait rien à la détermination du peuple de le voir lui et sa bande éloignés du pouvoir.

Sissi zayyat

13 h 48, le 20 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Oui il est évident que le Aoun fait de tout pour faciliter l'exécution du plan de son gendre et ses acolytes. En dehors de ça, il fait office de figurant en attendant que le pays soit en ruine pour qu'on lui réponde inlassablement qu'il a tout, tout fait pour en arriver là. Il ferait mieux de démissionner et de laisser ce pays tranquille et qu'il immigre plutôt que d'être encore plus humilié. Les bombes lacrymogène et les balles quelque soit leur nature ne changerait rien à la détermination du peuple de le voir lui et sa bande éloignés du pouvoir.

    Sissi zayyat

    13 h 48, le 20 janvier 2020

  • Mr. Bassil qui rend les millions qu'il a volé , au fond ils sont toujours les mêmes Bassil ,Berry et Nasrallah quand ils verront leur pays dans un gouffre peut être ils se rendront compte

    Eleni Caridopoulou

    12 h 54, le 20 janvier 2020

  • Le chef de l'Etat est impatient de voir formé le nouveau gouvernement"(sic); Qui vous a dit cela, cher Fady Noun ? S'il l'était, il ne laisserait pas son gendre-dauphin imposer le tiers de blocage après trois mois d'insultes à son endroit par les manifestants. Tantôt la quote-part du du chef de l'Etat, tantôt le tiers de blocage pour l'homme politique le plus haï de la République. L'irresponsabilité est la première qualité de nos dirigeants en duo avec l'amour de l'argent public.

    Honneur et Patrie

    12 h 46, le 20 janvier 2020

  • Je viens d’envoyer une requête de ne pas laisser parler G.Bassil à Davos dans «Return of Arab Unrest» sur le site Internet du World Economic Forum. SVP faites de meme

    Jack Gardner

    11 h 55, le 20 janvier 2020

  • Rien à tirer de ce ramassis de voyous

    Je partage mon avis

    08 h 11, le 20 janvier 2020

  • "Bon appétit ! messieurs !Ô ministres intègres ! Conseillers vertueux ! Voilà votre façon De servir, serviteurs qui pillez la maison !" (V. Hugo: Ruy Blas) On assiste, non pas à un partage de gâteau - car, de gâteau, il n'y en a plus - mais à une nuée de vautours se disputant sur le corps du pays encore agonisant.

    Yves Prevost

    07 h 38, le 20 janvier 2020

  • A mes amis au Liban Oui demoralisant tout ca mais!... Des exasperations legitimes et des provocations inutiles et inacceptables mais prévisibles. Qui? pourquoi? C'est sûr que faire peur et régner ainsi ne peut profiter, à court terme et à premiere vue, qu'aux tenants du pouvoir et ne mènera nulle part. Qu'à l'effondrement du système. Pour alors renaître autrement. Mais comment?. Quoi d'autre que continuer à rejeter ce système et ses gouvernants et exiger 1-des élections anticipées.2- un programme de sauvetage économique d'urgence qu'un Hariri ou autre homme ""fort""- démissionnaire de ces magouilles- chapeauterait? Ou alors oui l'abdication et l'effondrement! On en est là.... Entre temps éviter à tout prix l'engrenage de la violence. Qui peut tres facilement se retourner contre ses auteurs. Et pouvoir la bloquer comme bloquer le système actuel par une grève generale? Ou toute autre manière de refuser de se soumettre? Des larmes mais pas de sang. Et surtout une voix qui rassemble et donne à ce mouvement une structure efficace et coherente dans ses paroles et ses actes. Possible?

    Alfred Homsy

    07 h 05, le 20 janvier 2020

  • COMME SI LA CLIQUE GOUVERNANTE ETAIT SEULE DANS CE PAYS. COMME S,IL N,Y AVAIT PAS DE CITOYENS DANS CE PAYS. ILS SE COMPORTENT IDIOTEMENT LES ABRUTIS, CORROMPUS, VOLEURS, INCOMPETENTS ET M,ENFOUTISTES. ILS POUSSENT LES MANIFESTANTS AUX EXTREMES PAR LEURS MARCHANDAGES QUI CONTINUENT POUR LA FORMATION DU GOUVERNEMENT CONTRAIREMENT A CE QUI EST RECLAME PAR LE PEUPLE. CA NE PASSERA PAS. LES PEUPLES ONT TOUJOURS LE DERNIER MOT.

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION !

    06 h 24, le 20 janvier 2020

  • pour la formation du gouvernement, dans l’espoir d’un dénouement heureux dans les deux prochains jours. PAROLE PAROLE PAROLE dixit Dalida ON NOUS PROMET TOUS LES DEUX JOURS UN GOUVERNEMENT DANS DEUX JOURS QUAND ALLEZ VOUS, MESSIEURS BASSIL AOUN BERRY CESSEZ DE VOUS FOUTRE DU PEUPLE? NE VOYEZ VOUS PAS QUE MEME SI UN GOUVERNEMENT TEL QUE ALLEZ OBLIGER DIAB A LE FAIRE , IL NE POURRA JAMAIS GOUVERNER ET QUE LE SANG COULERA POUR PERMETTRE A BASSIL/FRANGIE DE REVER A UNE PRESIDENCE FUTUR ALORS QUE TOUT PORTE A CROIRE QUE MEME AOUN SERA OBLIGE DE DEMISSIONNER DES QUE LES MORTS APAPRAITRONT DANS LE CAMP DES INSURGES ET DES FORCES DE L'ORDRE? Enfin, toujours de source présidentielle, on assurait que le chef de l’État, impatient de voir formé le nouveau gouvernement, a fait « tout ce qu’il est possible de faire » TINTARELLA DI LUNA A FORCE DE LE DIRE VOUS ALLEZ FINIR PAR LE CROIRE LE PRESIDENT EST PRISONNIE NON SEULEMENT DE NASRALLAH ET DE BERRY MAIS DE SON GENDRE AUSSI le vrai president aujourdh'ui qui ne pense qu'a etre nomme apres l'actuel EN FAIT LE PRESIDENT AURAIT DU DEMANDER A DIAB DE CREER EN SECRET SON CABINET SANS RIEN DEMANDER AUX PARTIS PUIS LE LUI PRESENTER ET IL SE DEVAIT DE LE SIGNER POUR ESSAYER D'ARRETTER CETTE REVOLTE MR AOUN BASSIL NASRALLAH BERRY , LE SANG QUI COULERA VOUS EN ETES RESPONSABLE A 100% . JE PLAINS VOS ENFANTS ET GRANDS ENFANTS QUAND VOUS DEVREZ LEUR EXPLIQUER CELA LA VERITE VAINCRA ET ECLATERA AU GRAND JOUR

    LA VERITE

    01 h 31, le 20 janvier 2020

Retour en haut