Rechercher
Rechercher

Le cèdre et le néant

Que la République se recueille et fasse silence : une nouvelle expérience est en marche et des neurones orphelins carburent à plein régime. On a déjà perdu deux bonnes semaines, pour que les vieilles badernes politiques s’emploient à torcher le gros belon lâché par Istiz Nabeuh du fond de sa flore trachéenne au sujet d’un gouvernement « techno-politique » présumé, une vieille marotte qui le taraude. Tellement présumé d’ailleurs, que son hypothétique hypothèse a viré à la certitude chez ceux qui ne demandaient qu’à y croire. Il est vrai pourtant qu’il n’y a pas de fumée présumée sans feu présumé.

En fait, le Baron de Aïn el-Tiné croyait mordicus que le mouvement de contestation s’était déglingué après les fêtes et il se préparait à distribuer les permis aux troufions de sa milice perso, pompeusement affublée du qualificatif de « police du Parlement ». Raté! Il n’avait pas prévu le retour de bâton des contestataires. Le temps de digérer l’anaconda, lui et le Basileus se sont aussitôt lancés dans un verbiage gesticulateur d’où il ressort un scoop selon lequel le pays du Cèdre est, paraît-il, en pleine déconfiture financière, et qu’ils déploieront tous les efforts pour faciliter la tâche de Hassane Diab, Premier ministre désigné du doigt, mais jusque-là échappant à l’œil.

Et c’est sans doute pour parer à cette crise du pognon, dollar et monnaie de singe locale confondus, qu’un ramassis de patibulaires disjonctés ont entrepris de vandaliser les grilles et barrières de la Banque du Liban et les vitrines de quelques autres établissements de crédit. Sans doute pensaient-ils, avec leur cerveau nimbé de vapeurs suspectes, qu’ils allaient mettre la main sur des tas de lingots et de liasses, question de décongestionner leurs fins de mois difficiles. La grosse rigolade viendra le jour où le système bancaire s’écroulera, que la miche de pain coûtera un bras, voire un rein. Ils devront alors vite courir incendier les boulangeries.

Flairant une signature du forfait, l’émissaire de l’ONU Jan Kubis s’est rué chez le Déshérité antédiluvien pour défendre le patron de la Mama des banques, ce qui explique les cris d’orfraie poussés par l’insubmersible Istiz se déchaînant contre un « complot bien étudié ». La politique est un art que le Duc de Berry maîtrise à la perfection…

Résumé de la semaine : émeutes, fanfaronnades, fric et néant mental, on reste quand même dans le vent.

[email protected]


Que la République se recueille et fasse silence : une nouvelle expérience est en marche et des neurones orphelins carburent à plein régime. On a déjà perdu deux bonnes semaines, pour que les vieilles badernes politiques s’emploient à torcher le gros belon lâché par Istiz Nabeuh du fond de sa flore trachéenne au sujet d’un gouvernement « techno-politique »...

commentaires (6)

Mr gros gnon,détrempez vous ils veulent le gaz et le pétrole et surtout la peur d'être jugés et mis en prison à vie

Mona Joujou Dfouni

23 h 53, le 17 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Mr gros gnon,détrempez vous ils veulent le gaz et le pétrole et surtout la peur d'être jugés et mis en prison à vie

    Mona Joujou Dfouni

    23 h 53, le 17 janvier 2020

  • APRES LA BELLE PHOTO D,AUJOURD,HUI DU PM DIAB CHEZ L,EUSTEZ IL FAUT CHER GABY NASR NOUS PONDRE UN ARTICLE SUR LE CORBEAU ET LE RENARD. EN FAIT L,UN TIRAIT DU NEZ ET DE LA BOUCHE DE L,AUTRE LES FROMAGES QU,IL REMPLACAIT PAR DES TORCHONS GRAVES...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 00, le 17 janvier 2020

  • combien sont vrais les nouvelles que les fils de Berry , citoyens americains millionaires sont poursuivis aux Etats Unis par le fisc americain pour fraude fiscal? fake news? aucun autre commentaire est necessaire

    LA VERITE

    13 h 13, le 17 janvier 2020

  • Ex nihilo nihil . Ce qui nous arrive ne vient pas de rien et ne retournera pas à rien . La crotte de l'oiseau qui vient de manger la pomme sera dévorée par le ver qui sera à son tour dévoré par d'autres animaux et ainsi de suite . Les pilleurs de l'état libanais ne l'emporteront pas dans leur tombe.

    FRIK-A-FRAK

    11 h 06, le 17 janvier 2020

  • Mais pourquoi s’acharnent-ils? Il ne reste plus rien à voler...

    Gros Gnon

    09 h 17, le 17 janvier 2020

  • LE NEANT POUSSE DANS LE CEDRE. LE CEDRE NE POUSSE PAS DANS LE NEANT. NOTRE BORDEL POUR EXEMPLE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    00 h 38, le 17 janvier 2020