X

Moyen Orient et Monde

« Quatre ou cinq enfants par semaine » : les aveux glaçants d’un ex-prêtre français

Procès
OLJ
15/01/2020

Pendant vingt ans, « ça arrivait tous les week-ends, et pendant les camps, ce pouvait être quatre ou cinq enfants en une semaine » : le procès de l’ex-prêtre Bernard Preynat, dont les agissements pédophiles tus par l’Église de France ont déclenché un scandale retentissant, a débuté hier, plus de 30 ans après les faits.

« Pour moi, à l’époque, je ne commettais pas d’agressions sexuelles mais des caresses, des câlins. Je me trompais. Ce qui me l’a fait comprendre, ce sont les accusations des victimes », se défend l’ancien prêtre, aujourd’hui âgé de 74 ans, qui comparaît pour des faits commis entre 1971 et 1991, quand les victimes étaient âgées de 7 à 15 ans. Bernard Preynat, alors vicaire-aumônier scout de Sainte-Foy-Les-Lyon, non loin de Lyon, faisait à l’époque l’admiration des parents du diocèse qui lui confiaient leurs enfants, dans sa paroisse ou lors de camps à l’étranger. Ce n’est qu’en 2015 que plusieurs anciens scouts brisent l’omerta et accusent Preynat devant la justice d’attouchements, baisers sur la bouche et caresses réciproques contraintes, notamment sur le sexe.

Ces agissements ont été passés sous silence par l’Église de France, provoquant la condamnation du cardinal Philippe Barbarin, en mars 2019, à six mois de prison avec sursis. Ce dernier a été reconnu coupable de ne pas avoir informé la justice et d’avoir maintenu le prêtre en poste dans le diocèse jusqu’en 2015, alors que Bernard Preynat était passé aux aveux devant ses supérieurs dès 1991. L’ex-curé, réduit à l’état laïc au terme de son procès canonique l’été dernier, encourt jusqu’à 10 ans d’emprisonnement.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN OBSEDE SEXUEL.

NAUFAL SORAYA

"Je me trompais"... On aura tout lu...

Dernières infos

Les signatures du jour

Émilie SUEUR

L’édito de Émilie SUEUR

De quelle violence parle-t-on ?

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants