Automobile

Nissan dément vouloir dissoudre l’alliance avec Renault

L’arrestation puis l’inculpation de Carlos Ghosn au Japon fin 2018 a affaibli les liens étroits entre Nissan et Renault. Christian Hartmann/Reuters

Nissan « n’a pas du tout l’intention de dissoudre » son alliance avec Renault et Mitsubishi Motors, a assuré hier le constructeur japonais, sans toutefois parvenir à effacer le trouble suscité par de fraîches spéculations en ce sens dans les médias. « L’alliance est à l’origine de la compétitivité de Nissan. Avec l’alliance, pour générer une croissance de long terme et rentable, Nissan va chercher à continuer à obtenir des résultats gagnant-gagnant » pour les trois sociétés, a ajouté le groupe, qui tenait un conseil d’administration hier à son siège de Yokohama (ouest de Tokyo).

Auparavant, une source proche de Nissan avait elle aussi démenti des informations du Financial Times qui avait fait part de « plans secrets » de sortie de l’alliance échafaudés par certains dirigeants du groupe japonais. Ces « fantasmes » émanent probablement de « quelques âmes chagrines » au sein du constructeur, « prêtes à épancher leur frustration », avait estimé cette source.

Tant Nissan que Renault tentent toujours de tourner la page de l’ère Carlos Ghosn, dont l’arrestation puis l’inculpation au Japon fin 2018 a affaibli leurs liens étroits. Le rétablissement de la confiance entre les deux groupes « prendra du temps », même si leurs nouveaux dirigeants « sont convaincus que sans l’alliance, les deux sociétés ne vont nulle part », avait ajouté la source proche de Nissan.

« L’alliance Renault-Nissan n’est pas morte ! On le démontrera bientôt », avait aussi affirmé quelques heures plus tôt le président de l’alliance et de Renault, Jean-Dominique Senard, dans un entretien au quotidien belge L’Écho.

Mercredi dernier lors sa conférence de presse à Beyrouth après sa fuite du Japon, l’ancien grand patron de l’alliance, Carlos Ghosn, avait réglé ses comptes avec ses successeurs, lançant qu’il n’y avait « plus d’alliance Renault-Nissan » et balayant la stratégie du consensus, qui ne « fonctionne pas » selon lui.

Source: AFP


Nissan « n’a pas du tout l’intention de dissoudre » son alliance avec Renault et Mitsubishi Motors, a assuré hier le constructeur japonais, sans toutefois parvenir à effacer le trouble suscité par de fraîches spéculations en ce sens dans les médias. « L’alliance est à l’origine de la compétitivité de Nissan. Avec l’alliance, pour générer une croissance...

commentaires (0)

Commentaires (0)