X

Économie

Fermeture de LeMall Sin-el Fil : la direction du centre commercial ne fait pas de commentaires

Commerce
P.H.B. | OLJ
14/01/2020

Plusieurs médias, notamment en ligne, ont annoncé hier que le centre commercial LeMall de Sin-el-Fil (banlieue de Beyrouth), qui se déploie dans l’ensemble immobilier accueillant également l’hôtel Hilton Habtoor, allait bientôt fermer ses portes, alors que la crise économique et financière que subit le pays depuis plusieurs mois menace un grand nombre d’entreprises.

Contacté par L’Orient-Le Jour, Georges Kamal, PDG de LeMall – Acres Development Holding (qui gère les trois centres commerciaux de l’enseigne dans le pays), n’a pas souhaité faire de commentaires. « Jusqu’à maintenant nous n’avons pas communiqué à ce sujet et il s’agit uniquement d’affirmations relayées dans les médias (…). Si nous avons quelque chose à annoncer, nous préparerons un communiqué que nous transmettrons à tout le monde », a-t-il déclaré, sans confirmer ni infirmer l’information notamment relayée hier par le site Beirut.com.

Selon ce dernier, « l’administration de LeMall Sin-el Fil aurait annoncé à ses employés la fermeture du centre commercial dans les deux mois. » Le site ajoute que le centre emploie 500 personnes, « dont une majorité ne recevaient plus que la moitié de leurs salaires depuis environ deux mois ». L’administration du centre aurait indiqué que la crise économique était devenue « insurmontable » et que le centre « ne pouvait plus maintenir ses opérations plus longtemps ». Rien n’aurait en revanche été annoncé concernant les deux autres centres commerciaux gérés par la holding, à Dbayeh (Metn) et Saïda (Liban-Sud).

L’accélération de la dégradation de la situation économique et financière du pays cette année – qui a viré à la crise de liquidités et du change – est en train de pousser de plus en plus de sociétés à licencier du personnel, sur fond de crise institutionnelle et de manifestations contre le pouvoir qui se poursuivent depuis le 17 octobre. Une conjoncture qui devrait aggraver le taux de chômage au Liban qui est déjà élevé, 11,4 % de la population active, en comptant les résidents étrangers pour lesquels le taux d’emploi est plus élevé. Le taux de chômage chez les jeunes de 15 à 24 ans a atteint 23,3 % tandis que celui chez les jeunes diplômés culmine à 35,7 %, un pourcentage qui ne tient pas compte des Libanais résidant déjà à l’étranger.


Lire aussi

Près de 200 commerces ont fermé à Beyrouth en 15 mois, selon l’ACB

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NI MOI NON PLUS ! LES GENS SAVENT LA SITUATION DU BORDEL !

Citoyen

Il faut parler des vrais responsables. Toutes les entreprises vivotaient depuis des années. Le moment de la rupture est arrivé. Ne jamais viser à la hâte.

Antoine Sabbagha

Tout s' écroule dans un pays ou le chaos est roi .

aliosha

Et HOULA HOULA HOP bravo messieurs / dames revolutionnaires .......

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : divergences minimes dans un grand dialogue de sourds

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants