Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Elie Ferzli se retire d'un restaurant beyrouthin sous les huées de manifestants

"Elie, dis la vérité, es-tu un voleur ou non ?", chantaient les manifestants au moment où le vice-président du Parlement quittait un restaurant de la rue Gouraud, à Gemmayzé.

Le vice-président du Parlement libanais, Elie Ferzli, se retirant d'un restaurant beyrouthin sous les huées de manifestants, le 5 janvier 2020. Capture d'écran Twitter/@lucienbourjeily

Le vice-président du Parlement libanais, Elie Ferzli, s'est retiré dimanche soir d'un restaurant de la capitale sous les huées d'une poignée de manifestants qui l'accusaient d'être un "voleur" et un "corrompu", alors que le Liban connaît une révolte populaire inédite depuis le 17 octobre 2019 contre la classe politique.

Selon les vidéos qui ont circulé sur les réseaux sociaux et qui ont été relayées par de nombreux activistes, notamment le réalisateur Lucien Bou Rjeily, la scène s'est déroulée dans le restaurant Swiss Butter, à la rue Gouraud de Gemmayzé, à Beyrouth. M. Ferzli dînait en compagnie de deux autres personnes, au moment où une poignée de manifestants s'attroupait à l'entrée de l'établissement. Munis de casseroles, devenues le symbole de ralliement de nombreux manifestants, les protestataires ont tapé sur ces ustensiles en chantant : "Hela Ho, Hela Ho, nous avons atteint l'effondrement et personne ne s'en soucie". D'autres criaient : "128 députés, tous des voleurs !"


Quelques agents des Forces de sécurité intérieure se trouvaient sur les lieux afin de s'assurer que la confrontation ne dégénère pas. L'un des manifestants a réussi à pénétrer à l'intérieur du restaurant et a conseillé poliment à Elie Ferzli de quitter les lieux. Un échange cordial mais inaudible a eu lieu entre les deux personnes, sous le regard ébahi de certains clients du restaurant qui affichait complet. 

"Elie, dis la vérité, es-tu un voleur ou non ?", chantaient les manifestants au moment où le vice-président du Parlement quittait les lieux, escorté par ses gardes du corps. Aucun incident n'a été signalé lors de cette scène quasi-inédite. 


"Le Liban s'effondre, et la moindre des choses c'est que tous les politiques soient traités de la sorte, à chaque occasion, où qu'ils soient. Ces politiques insolents doivent ressentir la colère des gens... Des politiques qui ont poussé le Liban vers l'effondrement après des dizaines d'années au pouvoir, alors qu'ils continuent de se soustraire à leurs responsabilités. Ils sont tous responsables et doivent tous rendre des comptes", écrit Lucien Bou Rjeily. 

Récemment, c'est l'ancien Premier ministre Fouad Siniora, qui avait été contraint en décembre dernier de quitter l'Assembly Hall de l'AUB, où se tenait un concert, sous les huées des spectateurs.

Depuis plus de deux mois, les manifestants libanais appellent à la chute de tous les responsables, accusés de corruption et d'incompétence, alors que le pays traverse une grave crise économique et de liquidités. Sous la pression de la rue, le gouvernement de Saad Hariri avait démissionné le 29 octobre. Le 19 décembre, à l'issue de consultations parlementaires, le président Michel Aoun a désigné l'ex-ministre Hassane Diab, appuyé par les partis du 8-Mars, au poste de Premier ministre. Ce dernier a promis la formation d'un gouvernement de technocrates indépendants, comme le réclament les manifestants. Ces derniers rejettent toutefois la nomination de M. Diab qu'ils estiment issu de la même classe politique corrompue dont ils réclament le départ. Ils ont tenu hier un nouveau sit-in devant le domicile de M. Diab, qu'ils ont copieusement hué.

Selon plusieurs responsables et observateurs, la naissance du gouvernement Diab pourrait intervenir dans les prochains jours. 

Dans la nuit de dimanche à lundi, des manifestants ont une nouvelle fois bloqué plusieurs routes principales, notamment à Zouk, Jal el-Dib et Dora, au nord de la capitale Beyrouth, ou encore sur la voie-express du Ring, après une relative période d'accalmie durant les fêtes de fin d'année.


Pour mémoire

Hué lors d'un concert, Siniora se défend : "J'ai toujours œuvré dans l'intérêt du Liban"


Lire aussi

Des manifestants conspuent Diab devant son domicile


Le vice-président du Parlement libanais, Elie Ferzli, s'est retiré dimanche soir d'un restaurant de la capitale sous les huées d'une poignée de manifestants qui l'accusaient d'être un "voleur" et un "corrompu", alors que le Liban connaît une révolte populaire inédite depuis le 17 octobre 2019 contre la classe politique.Selon les vidéos qui ont circulé sur les réseaux sociaux et qui...

commentaires (9)

Quand la foire règne partout il faut craindre le pire .

Antoine Sabbagha

10 h 46, le 07 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Quand la foire règne partout il faut craindre le pire .

    Antoine Sabbagha

    10 h 46, le 07 janvier 2020

  • Je préfère qu’on constitue de vrais dossiers avec noms et preuves des délits .Tout le reste ne fait pas avancer le débat .

    Bersuder Jean-Louis

    10 h 15, le 07 janvier 2020

  • C'est un restaurant à budget modeste: https://www.lorientlejour.com/article/1168083/-swiss-butter-une-operation-marketing-reussie.html

    Stes David

    22 h 13, le 06 janvier 2020

  • SE TRIMBALLER DEVANT LES GENS... QUEL CULOT !

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION

    18 h 33, le 06 janvier 2020

  • Quel bonheur de voir ce type contraint de sortir la tête baissée du restaurant, je jubile !

    Liberté de penser et d’écrire

    16 h 06, le 06 janvier 2020

  • Bon appetit...à tout nos politiciens...

    Wlek Sanferlou

    16 h 03, le 06 janvier 2020

  • EXCELLENTE INITIATIVE SI AUCUN DEPUTES NE PEUT SORTIR DE CHEZ LUI MAINTENANT SANS ETRE HUE CELA LEUR MONTRERA LE DESAVEU DU PEUPLE CONTRE LUI MIEUX QUE LA FERMETURE DES ROUTES , DES MANIFESTAIONS QUOTIDIENNES A LA PORTE DES MAISONS DES DEPUTES ET MINISTRES TOUS LES JOURS POUR LEUR MONTRER A EUX ET SURTOUT A LEURS FAMILLES CE QUE PENSE LE PEUPLE D'EUX MR DIAB ET SES NOUVEAUX FUTUR MINISTRES NOMMES PAR LES PARTIS PENSENT ILS QU'ILS POURRONT CIRCULER EN VILLE OU MEME SORTIR DE LEURS MAISONS SANS LES HUEES DU PEUPLE LA SEULE ISSUE EST LA DEMISSION EN MASSE DES DEPUTES DE LA CHAMBRE AFIN DE SAUVER CE QUI LEUR RESTE D'HONNEUR CAR ILS NE POURRONT PLUS SORTIR DE CHEZ EUX, ALLER DANS UN RESTAURANT OU MEME ALLER A UN ECHAINE DE TELEVISION FANFARONNE SANS QUE DES DIZAINES DE VIDEO APPARAISSENT SUR LES MEDIAS LES MONTRANT CONSPUES PAR LE PEUPLE AVANT ET AU MOMENT DE LEUR ARRIVEE AUX STUDIOS CETTE NOUVELLE FORMULE DE PROTESTATION PACIFIQUE EST NETTEMENT MEILLEURE QUE LA FERMETURE DES ROUTES ET DONNERA UN IMPACT BEAUCOUP PLUS DIRECTE SUR LES POLITICIENS QUI SE CROYAIENT VENERES PAR LEURS MOUTONS QUI SONT DEVENUS DES TAUREAUX

    LA VERITE

    13 h 55, le 06 janvier 2020

  • oui ,la justice ,douce ,du peuple;J.P

    Petmezakis Jacqueline

    12 h 32, le 06 janvier 2020

  • BRAVO ! Il faut empêcher ces malfras de vivre, de se mouvoir, de se montrer en public sans qu'ils ne soient couvert de honte et déshonneur. Ils continuent à agir comme si rien ne se passait dans le pays et ont le culot d'aller au restaurant en famille après avoir comploté avec leurs chefs vendus pour approuver un gouvernement pourri à leur image. Quel affront pour le peuple.

    Sissi zayyat

    10 h 52, le 06 janvier 2020

Retour en haut