X

À La Une

Soleimani, l’ombre iranienne qui planait sur le Moyen-Orient

Portrait

Après le guide suprême iranien Ali Khamenei, le général était l’homme le plus puissant de l’appareil iranien, l’un des plus imposants de tout le Moyen-Orient.

03/01/2020

Le général Kassem Soleimani ne s’imaginait pas mourir ailleurs que sur le champ de bataille. Il l’avait confié dans une vidéo tournée en 2009 à la frontière irakienne en évoquant cet endroit comme « le paradis perdu de l’humanité. Le paradis où la vertu et les actes des hommes sont au plus haut ». Son vœu aura été partiellement exaucé. Le général est mort en « martyr » mais tué par une frappe de son pire ennemi à laquelle personne ne s’attendait.

Vendredi à l’aube, le chef de l'unité d'élite al-Qods au sein des gardiens de la révolution iranienne a été tué par un raid américain à l'aéroport de Bagdad, avec Abou Mehdi al-Mouhandis, chef des Kata’ib Hezbollah, une des milices pro-iraniennes les plus actives en Irak. L’homme fort de Téhéran avait échappé ces vingt dernières années à plusieurs tentatives d'assassinat menées par des services secrets israéliens et arabes.

L’élimination chirurgicale de celui que l’on surnomme le « fantôme » est un véritable coup de tonnerre. Après le guide suprême iranien Ali Khamenei, c’est l’homme le plus puissant de l’appareil iranien, l’un des plus imposants de tout le Moyen-Orient. Le général a œuvré activement à l’affirmation de la puissance iranienne dans la région, au point d’incarner à lui tout seul le symbole de son hégémonie. Au point de se confondre avec la mission et de devenir cette ombre iranienne insaisissable qui plane au-dessus-de la région.

En tant que chef de l'unité d'élite al-Qods, destinée aux opérations extérieures iraniennes, Kassem Soleimani a patiemment consolidé « l’axe de la Résistance » liant Téhéran à la Méditerranée. L’Irak, comme la Syrie et le Liban, étaient ses arènes de combats. Ses royaumes, où il se rendait à sa convenance pour dicter les consignes iraniennes et consolider la stratégie sur le terrain. Le général était la fois le stratège et l’instrument de l’influence iranienne au Moyen-Orient, qui repose sur la capacité des gardiens de la révolution à former des milices qui leur seront fidèles en toute circonstances, à un coût relativement faible.

Ce matin, c’est toute la région qui s’est réveillée avec une drôle d’impression, consciente que l’élimination de cet homme pourrait être l’élément déclencheur d’une escalade sans précédent entre les États-Unis et l’Iran. Et pour cause, le stratège iranien dont on voue les qualités politiques était plus qu’un atout pour la République islamique : il était un symbole de tout ce qu’elle a réussi à construire au cours des quatre dernières décennies. L’histoire de Soleimani et celle de la République islamique se confondent. Dans ses succès comme dans ses atrocités.



(Lire aussi : Pourquoi l'élimination de Soleimani ressemble à une déclaration de guerre)



Le tournant de la révolution
Issu d’un milieu populaire agricole des montagnes de Kerman, dans le sud de l’Iran, il commence à travailler dès l'âge de 13 ans, d’abord dans la construction, puis comme technicien municipal, pour subvenir aux besoins de sa famille. Mais la révolution iranienne de 1979 lui présage un autre destin. En 1980, il s’engage au sein des gardiens de la révolution pour défendre l’Iran contre la menace d’une invasion par l'armée irakienne du président Saddam Hussein. Il sera profondément marqué par cette guerre qui le consolidera dans ses convictions. Il épouse la cause qu’il ne quittera plus jamais.

Il prend la direction de la force al-Qods après la prise de pouvoir des Talibans en Afghanistan, en 1998.

L’histoire irakienne de Kassem Soleimani se poursuit à la faveur de l’intervention américaine de 2003 et de la mise en place en 2005 d’un gouvernement irakien sur des bases confessionnelles. Ces dernières ouvrent la voie à l’expansion iranienne dans le pays. L’influence de Soleimani s'étend sous la direction des anciens Premiers ministres Ibrahim al-Jaafari et Nouri al-Maliki. L'Organisation Badr, parti politique chiite et force paramilitaire pro-iranienne, devient une branche de l'État suite au placement des ministères de l'intérieur et des transports sous contrôle de l'aile politique du groupe armé. Le général devient le véritable décideur de la politique irakienne.

Longtemps homme de l’ombre, Kassem Soleimani devient, à la faveur de la guerre civile syrienne et de la lutte contre l’État islamique en Irak, le nouveau visage de Téhéran, celui d’une république qui prétend lutter vaillamment contre la barbarie de l’EI. Selon un sondage publié en 2018 par IranPoll et l’université de Maryland, 83 % des Iraniens interrogés avaient, à l’époque, une opinion favorable de lui.

La guerre syrienne constituera un enjeu existentiel pour l’Iran. Dès 2012, Kassem Soleimani ordonne à ses milices de pénétrer en Syrie pour aller à la rescousse du gouvernement Assad et écraser l’insurrection armée contre le pouvoir en place. Dans un discours tenu en 2013 devant l'Assemblée des experts, il déclare, déterminé : « Nous soutiendrons la Syrie jusqu'au bout ». Si le général envoie entre 20 000 et 25 000 combattants soutenir les hommes de Bachar el-Assad, les Iraniens restent minoritaires sur le terrain. C’est le Hezbollah libanais qui fournit le plus gros bataillon. A l’été 2014, les Hachd al-Chaabi, unités paramilitaires chiites soutenues par l'Iran, dont certaines tombaient sous le contrôle de Soleimani, se sont battues aux côtés de l'armée irakienne pour vaincre le groupe jihadiste État islamique.

Héros en Iran, il est détesté par une partie des populations syrienne et irakienne qui voit en lui l’exécutant de la politique répressive menée par Téhéran dans la région. Avant d’être l’ennemi numéro un des États-Unis, le général avait joué la carte de la coopération avec les Américains dans la période immédiate qui suit le 11-Septembre, avançant la nécessité de celle-ci pour renverser les Talibans. Malgré son mépris pour Washington, il fait preuve, dans un premier temps, de pragmatisme après l’intervention américaine en Irak, contraint l'armée Mahdi menée par Moqtada Sadr de cesser ses attaques contre des cibles américaines à Bagdad et fournit aux États-Unis des informations importantes relatives aux positions talibanes en Afghanistan.

Pour le guide suprême de la révolution iranienne, l’ayatollah Ali Khamenei, Kassem Soleimani était « le martyr vivant de la révolution ». Personnage vénéré par de nombreux Iraniens, sa mort fait craindre une véritable guerre par procuration dans la région entre Washington et Téhéran. « Soleimani a rejoint nos frères martyrs mais notre revanche sur l'Amérique sera terrible », a réagi sur Twitter Mohsen Rezai, ancien chef des gardiens de la révolution. Ali Khamenei a, pour sa part, appelé à la « vengeance ».


Lire aussi

Nasrallah : Venger Soleimani est la responsabilité de la résistance dans le monde entier

"On se réveille dans un monde plus dangereux" : préoccupation internationale après l'élimination de Soleimani


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Tony BASSILA

Ce n'est pas tellement les milices iraniennes qui ont vaincu Daech et les ont chassé de Syrie et d'Irak. C'est la puissance militaire inégalée de la coalition Américano-Européenne qui a mis fin à la présence de l'Etat Islamique.
Le Président Aoun n'a pas le droit de condamner l'assassinat de Soleimani au nom du Liban. Une majorité de Libanais est plutôt d'accord avec l'élimination de ce chef de guerre responsable des pires atrocités et symbole à juste titre, de l'ingérence et de l'hégémonie politique et militaire de l'Iran dans la région (Irak, Syrie, Liban, Yémen, Gaza...).

Wlek Sanferlou

Rien de neuf sous le soleil du moyen orient!!
Qui prend par les armes, par les armes sera pris!!

Pas la peine de s'émouvoir, haydi helit blédna!!

Chucri Abboud

C'est pourtant grâce à cet éminent militaire que la Syrie a été nettoyée des affreux chiens Daechiens , il me semble injuste de le dénigrer de la sorte .
C'est lui qui a barré la route du Liban à ces infâmes islamistes, et nous l'en remercierons toujours .

Yves Prevost

Un homme qui a autant de sang sur les mains peut difficilement être qualifié de martyr.

Bery tus

Et la roue tourne ... vous pensiez que les USA n oseront pas haha et ben ils ont osés et une chose ils l ont fait en prévenant même les russes qu ils allaient le faire

Yalla maintenant que vous avez crier haut et fort que vous êtes plus fort que tout montrez nous vos muscles

Sissi zayyat

Tous ceux qui ont du sang d'innocents sur les mains auront la même fin.
En cédant le pouvoir irakien aux chiites, les Americains voulaient rétablir un équilibre dans la région et donner à ses derniers la possibilité de rétablir la situation en Iraq.
Les américains étaient conscients de la force que représenterait le croissant chiite dans la région mais ont pris le risque pour qu'enfin une accalmie s'installe et que les injustices soient réparées.
Au lieu de profiter de cette chance inouïe qui leur a été donnée ils se sont alliés à l'Iran qui ne voulait pas passer à coté de cette opportunité d'élargir son influence dans cette region déstabilisée, et a dépêché un de ses plus sanguinaire sbires pour imposer ses hommes à la tête de l'état. et comme cela ne suffisait pas ils se sont immiscés dans des conflits qui les dépassent en pillant le pays pour faire la guerre en Syrie pour sauver le boucher Assad qui n'arrivait pas à tuer seul son peuple.

C'est pour dire, donnez un paradis à ces gens, ils le transforment en deux temps trois mouvement en enfer abyssal.
Nous n'allons pas verser des larmes sur cet assassin ni le juger. Nous sommes sûrs qu'il se trouve là où il mérite y être... EN ENFER.

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants