Rechercher
Rechercher

Conflit

La Turquie aurait envoyé des combattants syriens en Libye, selon l'OSDH

 Plusieurs sources syriennes confirment à L'Orient-Le Jour qu’il s’agit de combattants originaires de la région d’Alep, à en juger par leur accent.

Des combattants syrien pro-Ankara en route vers Kobané. Archives AFP

La Turquie aurait envoyé 300 combattants syriens à Tripoli en Libye, selon des informations de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux et à priori prise par des combattants syriens les montre en Libye, venus combattre les forces du maréchal Khalifa Haftar. Plusieurs sources syriennes ont confirmé à L'Orient-Le Jour qu’il s’agit de combattants originaires de la région d’Alep, à en juger par leur accent.

Ankara est le parrain de l’opposition armée syrienne face aux troupes pro-gouvernementales soutenues par Moscou et Téhéran. Après avoir été utilisés par la Turquie dans sa lutte contre les forces kurdes dans le Nord-est syrien, des groupes rebelles syriens serviraient aujourd’hui les projets d’Ankara de s’engager davantage sur le terrain libyen en faveur du gouvernement libyen d'union (GNA). Le GNA, soutenu par l’ONU, a nié l’arrivée de soldats syriens sur le sol libyen et l’authenticité des enregistrements vidéo mis en ligne, assurant que ceux-ci ont été tournés à Idleb. L’Armée nationale syrienne, pro-turque, a également réfuté l’envoi de troupes sur place.

Plongée dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est en proie à des luttes d'influence et deux autorités se disputent aujourd'hui le pouvoir : le GNA à Tripoli et un gouvernement et un Parlement acquis au maréchal Khalifa Haftar dans l'est libyen. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré, la semaine dernière, qu'Ankara enverrait des troupes en Libye après que le gouvernement de Tripoli a demandé un soutien militaire dans sa bataille contre les forces pro-Haftar. Des sources syriennes ont confirmé à Middle East Eye que plusieurs groupes rebelles avaient été contactés en vue d’un déploiement en Libye. Selon l’OSDH, le nombre de conscrits arrivés dans des camps turcs pour recevoir des formations se situerait entre 900 et 1000. Toujours selon l’ONG, les factions soutenues par la Turquie auraient ouvert des centres, notamment à Afrine, pour enregistrer les noms des personnes souhaitant aller combattre en Libye. La Turquie offrirait des salaires variant entre 2000 et 2500 dollars pour chaque combattant sur un contrat de trois mois ou de six mois, en échange de son départ pour Tripoli. Une source turque a déclaré à l’ONG que la division Sultan Mourad, un groupe armé – affilié à l’Armée syrienne libre (ASL) – composé de combattants turkmènes syriens, faisait partie des groupes qui devaient être envoyés en Afrique du Nord. Une source de l'opposition syrienne a par ailleurs affirmé que les Brigades Souqour al-Cham – salafiste affilié au Front national de libération – avaient déjà accepté le plan et transféré certaines de leurs forces en Turquie avant le déploiement.



Lire aussi
Erdogan à Tunis, à la recherche d’alliés régionaux contre Haftar

La Turquie s'apprête à envoyer des troupes en Libye


La Turquie aurait envoyé 300 combattants syriens à Tripoli en Libye, selon des informations de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux et à priori prise par des combattants syriens les montre en Libye, venus combattre les forces du maréchal Khalifa Haftar. Plusieurs sources syriennes ont confirmé à L'Orient-Le Jour qu’il...

commentaires (1)

Pauvres syriens obliges de se vendre au plus offrant comme cher a canon afin de nourrir leurs familles.

HABIBI FRANCAIS

10 h 13, le 30 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Pauvres syriens obliges de se vendre au plus offrant comme cher a canon afin de nourrir leurs familles.

    HABIBI FRANCAIS

    10 h 13, le 30 décembre 2019