X

Liban

Salam Yamout, une femme à la tête du Bloc national

Partis

« Sans renouvellement des leaderships, pas de démocratie », martèle Carlos Eddé, président sortant du parti.

Claude ASSAF | OLJ
19/12/2019

Au siège du Bloc national, la passation des pouvoirs entre Carlos Eddé, président sortant du parti, et Salam Yamout avait hier une double connotation : le respect des échéances institutionnelles et l’attachement au rôle de la femme dans l’action politique. À l’expiration de son mandat d’un an, M. Eddé a ainsi remis sans retard ses charges de gardien des statuts du parti à une femme qui milite avec ardeur dans les rangs de cette formation depuis sa relance en début d’année.

Dans un discours, Pierre Issa, secrétaire général du parti, a mis l’accent sur le fait d’avoir tenu à convoquer dans les délais le comité exécutif pour procéder à l’élection, soulignant que Salam Yamout (ancienne responsable du département de technologie informatique au sein de la présidence du Conseil des ministres) a été élue parmi trois candidats avec une majorité de 70 % des voix. Souhaitant que les partis traditionnels et le pouvoir politique s’inspirent de cette alternance pratiquée au sein du BN, M. Issa a jugé que le changement favorise « la bonne marche des institutions constitutionnelles ». « Celles-ci sont une garantie pour la stabilité politique et économique, mais malheureusement la classe dirigeante tergiverse encore dans les consultations parlementaires et la formation du gouvernement », a-t-il déploré.

Carlos Eddé a, dans le même esprit, déclaré qu’« il ne peut y avoir de démocratie sans un renouvellement des leaderships ». « Or il y a dans le pays des forces qui veulent maintenir le statu quo du système confessionnel, continuant à exercer leur action politique comme au XIXe siècle, du temps de la Moutassarafiya (régime autonome appliqué au Mont-Liban dans le cadre de l’Empire ottoman entre 1861-1914), plutôt que de penser à établir un État moderne qui réponde aux aspirations de la jeunesse », a-t-il noté. Dans son allocution, la nouvelle présidente du BN s’est d’ailleurs félicitée de l’esprit de réforme qui anime son parti et accompagne la mentalité des jeunes.



(Pour mémoire : Le BN refuse de donner à la classe politique « une seconde chance »)



« Au cœur de la révolution »
Se penchant par ailleurs sur la prestation défaillante du cabinet sortant qui a conduit à la crise actuelle, Mme Yamout a fustigé la politique du « rapiéçage », critiquant notamment « la hausse des impôts et l’ingénierie financière ». « Et maintenant que le gouvernement est chargé de l’expédition des affaires courantes, il se soucie toujours des adjudications et des marchés plutôt que de travailler jour et nuit pour régler la crise monétaire et se pencher sur les grosses difficultés des petites entreprises  », s’indigne-t-elle. Et de présenter le plan de travail du Bloc national, articulé notamment autour de « la nécessité de mettre fin à l’effondrement monétaire et à la corruption, restituer les fonds publics et adopter une loi électorale équitable, base de l’émergence d’une classe dirigeante nouvelle ».

Dans un entretien avec L’Orient-Le Jour, Pierre Issa a affirmé dans ce sillage que ces points de réforme figurent parmi les revendications de son parti bien avant que ne survienne le mouvement de révolte du 17 octobre. « Le parti se situe actuellement au cœur de la révolution », assure-t-il, déclarant, en réponse à la question de savoir si le Bloc national pourrait figurer parmi les représentants du soulèvement populaire, que « la révolution est une dynamique de tous les citoyens ». Et de stigmatiser à ce sujet les corps représentatifs actuels (syndicats des travailleurs et autres) qui, selon lui, « manquent cruellement à leur devoir de représentation parce qu’ils sont phagocytés par les partis politiques ».

Dans ses propos sur l’injustice que subissent les citoyens du fait des mauvaises pratiques des responsables politiques, Mme Yamout a mis plus particulièrement l’accent sur « les lois inéquitables qui régissent le statut des femmes ». « Pourtant, celles-ci jouent un rôle important dans la société, œuvrant pour donner une priorité à l’intérêt social plutôt qu’à leurs intérêts privés ». À L’OLJ, elle indique qu’il est important que la femme prenne la charge de responsabilités, parce qu’elle « est de nature à arrondir les angles, faire tomber les barricades entre les gens et les rassembler dans des consensus transformateurs ».



Pour mémoire

Au Bloc national, on prépare le Liban de demain

Les forces du « renouveau » se manifestent en rangs dispersés et timidement


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

SOUS LES PAVÉS LA PLAGE

ON VOUS SOUHAITE LONGUE VIE MME YA(MA)MOUT.

MGMTR

Le B.N. est le seul parti qui n'a jamais été mêlé aux combines politiciennes et au jeu de: "je te tiens, tu me tiens par la barbichette" et personne ne peut prétendre détenir contre lui des vecteurs de pressions. Libre, franc et respectable il a toujours été et il restera ainsi pour toujours. Félicitations Madame pour cette charge de responsabilité, en vous souhaitant beaucoup de réussite.

Lecteurs OLJ

Carlos passe la main, c’est la première fois dans les annales libanaises, qu’une femme devient présidente d’un parti politique qui plus est n’a rien à voir avec la famille fondatrice, en général c’est par héritage que le jeu de chaise a lieu.
Madame Yamout je vous souhaite plein succédants votre mission, puissiez vous être un exmple.
Et toi Carlos chapeau, tu as établi un précédent. Je prie qu’il ne soit pas orphelin.
Georges Tyan

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FELICITATION A LA DAME. MAIS APRES LE AMID RAYMOND EDDE QUEL POIDS A AUJOURD,HUI LE B.N. ?

Antoine Eddé

Felicitations Madame Yamout. Il est important de donner aux Femmes (avec un F majuscule de respect!) l'égalité des droits, de leur ouvrir toutes grandes les portes du pouvoir et de leur permettre de changer le Liban sans subir la violence et le sexisme comme nous l'avons vu ces derniers jours.
Je vous encourage et vous soutiens dans cette démarche. Il est réjouissant que le BN donne l'exemple dans ce pays en perdition où la mascarade continue sans aucune pudeur.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Larijani dans une discussion informelle : Les Américains ont commis une erreur stratégique en tuant Soleimani

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants