Décryptage

Ultimes concertations avant les consultations

Sauf décision imprévue de dernière minute, les consultations parlementaires auront lieu aujourd’hui et en fin de journée, un nouveau Premier ministre devant être officiellement désigné... qui ne serait autre que l’actuel chef du gouvernement démissionnaire.

Dans ce contexte, deux éléments seront déterminants pour la nouvelle étape qui commencera après la désignation. Le premier, purement politique, consistera dans le nombre de députés qui nommeront Saad Hariri pour former le nouveau gouvernement. Quant au second, il est populaire et il concernera la réaction de la rue, en particulier le mouvement de protestation, à la désignation d’un Premier ministre qui est, en principe, inclus dans le fameux slogan de la révolte : « Tous, cela veut dire tous ».

Concernant le premier élément, les contacts des derniers jours entrepris sous l’impulsion du président de la Chambre Nabih Berry ont certainement joué un rôle important pour dessiner les contours de la désignation. Il y a eu ainsi d’abord la rencontre mercredi entre M. Berry lui-même et le chef du CPL, Gebran Bassil. Selon des sources proches de ce dernier, la rencontre entre les deux hommes, qui n’avaient pourtant pas la réputation d’avoir beaucoup de sympathie l’un pour l’autre, était très positive. Elle est même annonciatrice d’une nouvelle phase de coopération entre MM. Berry et Bassil, selon les mêmes sources. C’est d’ailleurs suite à cette réunion que le lendemain, lors de sa conférence de presse, à l’issue de la réunion du bloc du Liban fort, Gebran Bassil a baissé le plafond de ses positions, se contentant d’annoncer l’intention de son camp de ne pas participer à un cabinet de technocrates présidé par Saad Hariri, dans un souci, comme il l’a dit lui-même, de faciliter le processus de formation du gouvernement. Selon les sources proches de Aïn el-Tiné, M. Berry a aussi qualifié la rencontre de positive, répétant que les deux formations chiites ne participeront pas au gouvernement si le bloc du Liban fort ne le fait pas aussi. En même temps, Nabih Berry a poussé, par le biais de contacts discrets, le Premier ministre démissionnaire à se rendre à Baabda pour assurer un climat aussi positif que possible aux consultations qui se tiennent aujourd’hui. Il a donc réussi à convaincre Saad Hariri de se rendre dans la plus grande discrétion samedi soir chez le président Michel Aoun.


(Lire aussi : Indigne pouvoir libanais, l'édito d'Emilie Sueur)



Toutefois, selon les milieux politiques, le succès des efforts du président de la Chambre pour réduire les antagonismes ne signifie pas que le processus de formation du gouvernement ne sera pas truffé d’obstacles.

D’abord, si le bloc de M. Berry compte désigner Saad Hariri pour former le gouvernement, pour lui assurer un minimum de couverture chiite, le Hezbollah et le bloc du Liban fort n’en feront pas de même. D’autres blocs comptant moins de députés pourraient suivre cet exemple, comme celui du PSNS. Par contre, selon des sources proches du courant du Futur, le bloc des Forces libanaises aurait décidé de désigner Saad Hariri, quitte à ne pas accorder sa confiance au gouvernement, lors du vote parlementaire, si la formule qu’il présentera ne correspond pas aux critères que ce parti a définis. Sans entrer dans les détails des choix de tous les députés, les estimations donnent à Saad Hariri une majorité plutôt étroite, comparativement à ses autres désignations en 2016 et en 2018 (111 et 112 députés l’avaient choisi). On parle d’un score tournant autour de 70 députés. Ce qui pourrait pousser le Premier ministre à se récuser, poussant à la tenue de nouvelles concertations parlementaires.

Si, au contraire, Saad Hariri acceptait la désignation, le processus de formation devrait commencer. Les différents milieux politiques estiment qu’il sera long et semé d’embûches. En fait, il se heurtera à de nombreux obstacles dont le moindre n’est pas la position des deux formations chiites qui continuent de réclamer un gouvernement techno-politique. Si Saad Hariri décidait de passer outre et de présenter une formule de ce qu’il appelle des « experts », le chef de l’État pourrait d’abord ne pas signer le décret, et s’il le faisait, le gouvernement ainsi formé pourrait ne pas obtenir la confiance du Parlement. Ce qui aurait fait perdre au Liban de précieuses semaines. L’autre scénario, c’est que M. Hariri prenne son temps dans la formation (le gouvernement démissionnaire avait mis un peu plus de neuf mois pour naître) en misant sur le pourrissement pendant une longue période pour arrondir les angles. Mais la situation économique et financière du pays ne supporterait pas un aussi long délai de gestation. Le troisième scénario est celui d’un compromis entre Saad Hariri et les deux formations chiites au sujet de la formation d’un gouvernement techno-politique. C’est certainement celui que préfèrent Amal et le Hezbollah. D’abord parce qu’ils sont convaincus que dans une période aussi délicate, la solution la plus adéquate consiste dans un compromis, et ensuite parce que les deux formations insistent pour que M. Hariri soit leur partenaire dans l’étape à venir, d’une part pour éviter que le pays bascule dans une discorde confessionnelle, et d’autre part parce qu’elles estiment que le courant du Futur assume une certaine responsabilité dans l’état actuel du pays et ne peut pas par conséquent se retirer de la scène publique.


(Lire aussi : Hariri assuré d’une majorité mais le problème du cabinet reste entier)



Toutefois, dans l’état actuel des choses, rien n’indique que Saad Hariri soit prêt à un compromis, et selon les sources proches des deux formations chiites, la visite annoncée de l’émissaire américain David Hale à Beyrouth ne devrait pas pousser dans ce sens.

L’autre inconnue qui pèsera ce soir, c’est la réaction de la rue à la probable désignation de Saad Hariri pour former le gouvernement. Le mouvement de protestation se trouvera devant un test important. Est-il prêt à accepter cette désignation, sachant que le chef du courant du Futur est une figure politique qui a joué un rôle important sur les scènes politique et économique au cours des dernières années ? Le mouvement, dans toute sa diversité, parviendra-t-il à adopter une position unifiée au sujet de cette désignation, ou bien les divisions commenceront-elles à apparaître ? Enfin et surtout, ce qui s’est passé samedi soir au centre-ville de Beyrouth était-il un indice avant-coureur ou un dérapage qui ne se reproduira plus ? Autant de questions qui attendent des réponses à partir de ce soir...


Lire aussi

Les points obscurs de cette nuit où tout a dégénéré

CPL-Hezbollah : de l’eau dans le gaz


Sauf décision imprévue de dernière minute, les consultations parlementaires auront lieu aujourd’hui et en fin de journée, un nouveau Premier ministre devant être officiellement désigné... qui ne serait autre que l’actuel chef du gouvernement démissionnaire.

Dans ce contexte, deux éléments seront déterminants pour la nouvelle étape qui commencera après la désignation....

commentaires (8)

DE LA MASCARADE !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

18 h 07, le 16 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • DE LA MASCARADE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 07, le 16 décembre 2019

  • Hariri ne devrait pas accepter d'etre PM. Le Liban a besoin d'une equipe gouvernementale qui n'a rien a voir avec la clique actuelle au pouvoir. Des expatries capables devraient etre appeles au secours, si besoin, car au Liban? Sorry, Kollon yaani kollon....

    IMB a SPO

    16 h 23, le 16 décembre 2019

  • Sauf décision imprévue de dernière minute, les consultations parlementaires auront lieu aujourd’hui et en fin de journée, un nouveau Premier ministre ENFIN MADAME HADDAD MONTRE QU'ELLE N'EST PAS DANS LE SECRET DES DIEUX ET QUE SES ARTICLES NE SONT QUE LE REFLET DES SES CONVICTIONS QUE JE N'APPROUVE PAS MAIS QUE JE DEFENDRAI JUSQU'A MA MORT POUR QU'ELLE LES DISENT la rencontre entre les deux hommes, qui n’avaient pourtant pas la réputation d’avoir beaucoup de sympathie l’un pour l’autre, était très positive. Oui surement quand le gendre rencontre celui qu'il a nomme le BALTAJI pour se mettre d'accord sur le gaz et le petrole dans la cote Libanaise , TOUT A ETE POUR LE MIEUX Pourquoi cela serait different maintenant puisque tous les deux veulent a tout oprix garder leur place

    LA VERITE

    15 h 44, le 16 décembre 2019

  • Lorsque le CPL fondé par Michel Aoun et légué à son gendre Gebran Bassil s'allie avec le PSNS d'Antoun Saadé, auteur de deux coups d'Etat contre l'Etat libanais, fusillé par le gouvernement libanais et ce, contre le chef du gouvernement Saad Hariri, cela constitue un cadeau de "reconnaissanc" à ceux qui ont voté en faveur du CPL au Kesrouan, à Jbeil et au Metn. Mabrouk.

    Honneur et Patrie

    13 h 41, le 16 décembre 2019

  • Hariri est en train de se mordre les doigts pour s'être incliné devant la pression américaine qui l'avait amené à démissionner : Il a mis fin à sa carrière politique , de ses propres mains . Et toute cette mascarade ne pourra logiquement déboucher que sur une guerre civile , constamment appelée des voeux de certaines puissances amies du Liban . Le plan Kissinger n'est pas mort

    Chucri Abboud

    13 h 39, le 16 décembre 2019

  • WISHFUL THINKING mme hadad ! PAS DE 2 eme INCONNUE en perspective !

    gaby sioufi

    13 h 14, le 16 décembre 2019

  • Toutes ces tractations bidons finiront au feu de camp que le peuple décidera d'allumer en baroude d'honneur en réponse à la mascarade à laquelle ils assistent pacifiquement depuis deux mois. Les réponses données au peuple à leurs exigences qui n'ont pas changées d'une virgule décideront de la suite des événements. Même si tous les malotrus se mettent d'accord sur les nominations, si celles-ci ne répondent pas aux exigences des libanais dans la rue, elles seront mort-nées. Ils n'ont toujours rien compris apparement et continuent de se réunir pour satisfaire les souhaits des uns et des autres alors qu'il s'agit de répondre aux cris du peuple qui ne veut ni des uns ni des autres. Les incidents de samedis ne sont qu'un petite démonstration de ce que HN. Berry et le CPL avec l'accord de Aoun mijotent pour notre pays. Nous sommes des citoyens libres et nous n'avons pas peur de leurs voyous ni de leurs armes. Qu'ils en fassent usage une fois pour toute et qu'on est la meilleure démonstration des intentions de ces gens là. Ils montreront à tous les debiles qui croient encore en eux qu'ils s'étaient trompés sur toute la ligne et que nous avons eu raison de les démasquer.

    Sissi zayyat

    12 h 49, le 16 décembre 2019

  • Rien n'est jamais simple au Liban. Mais avec une unité bien libanaise tout rentrera dans l'ordre sous la protection de la résistance aux envahisseurs de tous ordres. Ici aussi, le complot contre l'axe de la résistance aura été battu en brèche.

    FRIK-A-FRAK

    12 h 27, le 16 décembre 2019