X

La Dernière

Azzi & Osta dans la bulle Studio 54

La Mode

« Célébrer la féminité, la liberté et l’individualité », tel est le fil conducteur de la collection automne-hiver 2019-2020 conçue par Azzi & Osta sous leur marque éponyme. Cette saison, ces deux surdoués libanais de la couture s’inspirent de la fin des 70’s à New York, et précisément au Studio 54.

04/12/2019
Ce fut une parenthèse électrique. La guerre du Vietnam officiellement finie, la pilule officiellement légalisée, le disco en intraveineuse (avec d’autres substances), une certaine jeunesse new-yorkaise se bouscule à l’entrée de la plus grande discothèque du moment comme aux portes d’un paradis extrêmement sélectif. La réouverture, le 26 avril 1977 à Broadway, au 254 de la 54e rue, de cette ancienne salle d’opéra transformée en studio de télévision et désormais convertie en ballroom géant est un événement à retentissement quasi planétaire. La cofondatrice et gérante du lieu, Carmen d’Alessio, fait jouer son impressionnant carnet d’adresses pour annoncer aux premiers invités triés sur le volet parmi les plus grandes stars du moment : « Il va se passer quelque chose d’énorme. » La salle contient 2 000 places mais non moins de 5 000 personnes se bousculent régulièrement au portillon, anxieuses d’échouer à l’examen d’entrée souvent basé sur le respect d’un dress code subjectif. On vide les « mal habillés », dont Cher, c’est dire ! Et le nu est parfois la meilleure idée pour réussir le test, comme Bianca Jagger, ou un simple manteau de vison, comme Salvador Dali. L’attitude no limit, l’abus de drogues dures, la cave interlope du lieu où sévit Andy

Warhol mettront fin à l’aventure de la « plus grande boîte de nuit de tous les temps ». À l’aube des années 80, de nombreux habitués sont gagnés par une maladie mystérieuse qui s’abat sur la communauté festive comme une malédiction. Le sida commence à étendre son ombre. Reagan arrive. Le Studio 54 ferme ses portes. La fête est finie. Elle aura duré 36 mois au cours desquels a émergé une nouvelle culture qui va bouleverser la scène musicale et artistique et changer bien des repères.

Une réinterprétation de l’insouciance

Pour en revenir à nos couturiers, Azzi et Osta ont tenté un « Rewind to 00:54 », comme l’indique l’intitulé de leur nouvelle collection. Inspirée par une vision de cette « super scène » avec ses salles noires de monde, ses néons et ses paillettes, les célébrités qui s’y bousculent et qui dansent jusqu’au lever du jour, cette ligne automne-hiver décline les codes de la maison entre volumes, péplums et volants tourbillonnants pour accompagner le mouvement. Au vison de Dali, le duo répond par un manteau en fausse fourrure soulignant l’engagement de la maison à refuser la souffrance animale. Un bomber argenté est orné du graphisme du carton d’invitation du Studio 54 pour la Saint-Valentin 1978. Lurex, jacquard métallisé, imprimé léopard, fausse fourrure disco, broderies confetti ou léopard encore, façon peinture abstraite, tulle et volants, crêpe et double satin signature, les matériaux, étoffes et textures jouent les associations contre nature et l’harmonie du chaos. Ce désordre ordonné est souligné par une palette gourmande : rose glaçage, Martini olive, lime doré, rouge

lipstick, blanc poussière d’étoile et bien sûr noir nuit, le tout décliné en étincelles, paillettes et broderies iridescentes.

À cela s’ajoutent les codes spécifiques de la fin des années 70 : capes surdimensionnées, fentes sexy extrahautes, jupes de danse, combinaisons pantalon pattes d’éléphant, manches géantes ou robes chemisiers sans prise de tête. Pour les créateurs, la préparation de cette collection fut une aventure à part entière et « une plongée dans les archives, photos, articles, musiques de l’âge d’or du Studio 54, cette forteresse du glam au temps où les médias sociaux et même les téléphones cellulaires n’existaient pas et où tout était simplicité et insouciance ».


Dans la même rubrique

Boshies, la mode, l’esprit en plus

Nour Najem et le luxe éthique

Jessica K., la quintessence du style made in Liban



À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Algérie, Irak, Liban : la question du compromis

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants