X

À La Une

Le Liban honorera le remboursement de sa dette en dollars à temps, affirme Khalil après avoir envisagé un retard

Crise

"Une période de grâce de cinq jours existe pour le principal (les eurobonds arrivés à maturité) et cette période est de trente jours pour les coupons. Passés ces délais, le gouvernement sera en défaut de paiement", précise à L’Orient-Le Jour un expert du marché des eurobonds.

OLJ
09/11/2019

Après avoir affirmé dans un premier temps que le Liban envisageait de repousser le paiement des échéances des eurobonds (titres de dette émis par l’Etat en dollars), le ministre libanais sortant des Finances, Ali Hassan Khalil, s'est rétracté quelques heures plus tard, samedi, en affirmant que le pays honorera ses engagements à temps, au moment où le pays est secoué pour le 24e jour consécutif par une révolte populaire inédite contre la classe politique.

"Il se peut que les échéances des eurobonds soient repoussées", avait dans un premier temps, déclaré laconiquement M. Hassan Khalil à la chaîne MTV, à l’issue d'une réunion tenue au palais de Baabda et consacrée à la crise de liquidités que traverse le secteur bancaire.

"Le Liban s'engage à rembourser les eurobonds aux dates prédéterminées, et cet engagement est confirmé", a-t-il ensuite affirmé à l'agence Reuters. Le ministre sortant a également annoncé que le Liban allait retarder la nouvelle émission d'eurobonds d'un montant de deux milliards de dollars et qui était prévue pour fin novembre.

Le Liban doit rembourser des eurobonds qui arrivent à maturité le 28 novembre, et doit également procéder ce mois-ci au paiement des coupons (les intérêts versés) aux détenteurs d’autres eurobonds.

"Une période de grâce de cinq jours existe pour le principal (les eurobonds arrivés à maturité) et cette période est de trente jours pour les coupons. Passés ces délais, le gouvernement sera en défaut de paiement", précise à L’Orient-Le Jour un expert du marché des eurobonds. Mais un retard de paiement, malgré la période de grâce, va affecter le marché secondaire et la confiance des investisseurs, car ces derniers savent pertinemment qu’un premier retard présage un défaut de paiement pour les futures échéances, poursuit l’expert. Un scénario plus qu’envisageable selon lui : "Le Liban arrivera à payer l’échéance de novembre, après il ne pourra plus être en mesure d’honorer les prochaines échéances. Les autorités n’auront d’autre choix que d’effectuer une restructuration de la dette".


(Lire aussi : Seules au front, les banques engagées dans une course contre la montre)



La Banque du Liban, qui a couvert les deux premières échéances d’eurobonds de l’année en cours, en puisant dans ses réserves en devises, est censée couvrir celle de novembre aussi.

Selon Moody's, la BDL n’a plus que 5 à 10 milliards de dollars de réserves de devises utilisables, une enveloppe qui sera probablement utilisée pour régler le financement du service de la dette en devises entre 2019 et 2020, lequel s’élève à 6,5 milliards de dollars en comptant les 1,5 milliard de dollars d’eurobonds qui arrivent à maturité le 28 novembre. Selon les derniers chiffres disponibles, les réserves totales en devises de la BDL s’élevaient à 37,9 milliards de dollars, qui ont baissé de 12,1 % par rapport à la même période un an plus tôt. L'agence de notation a dégradé mardi la notation souveraine du Liban de "Caa1" à "Caa2", tout en renouvelant la période de mise sous surveillance du pays. C’est la deuxième fois cette année que Moody’s dégrade la note du pays, après un premier abaissement en janvier. Elle a justifié sa décision en invoquant la possibilité "accrue" que le pays procède à un "rééchelonnement de la dette ou toute autre opération de gestion de passif qui constitue un défaut", selon sa définition.

Une série de mesures concernant le secteur bancaire libanais ont été prévues samedi à l'issue d'une réunion au palais de Baabda entre le président de la République, Michel Aoun, et plusieurs acteurs de ce secteur, alors que les banques sont sous forte tension.

La dette du Liban a atteint 86 milliards de dollars cette année, soit environ 150 % du PIB, et les banques font face à une importante crise de confiance depuis la fin de l’été. Le mouvement de contestation, qui a débuté le 17 octobre, a mobilisé des centaines de milliers de Libanais toutes communautés confondues et a réussi à pousser le cabinet de Saad Hariri à démissionner. La formation d’un nouveau gouvernement se fait attendre.


Lire aussi

Repenser la réforme pour relancer l’économie

Comment les banques gèrent l’absence de contrôle formel des capitaux

Les changeurs ne traitent que « 2 % » du total des transactions, assure Salamé

Situation financière : la Banque mondiale ne mâche plus ses mots

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gebran Eid

LA BLAGUE DE CE DIMANCHE, CE MONSIEUR ALI HASSAN KHALIL, DEMANDE L'ACCÉLÉRATION DE LA FORMATION D'UN GOUVERNEMENT QUI POURRA REGAGNER LA CONFIANCE DES LIBANAIS ! HIHIHIIIIIII

Remy Martin

Remboursemet aux frais de la BDL ... comme il se doit ... voyons. Le coup de grâce ca sera à la prochaine échéance, dans qques mois, si rien n'est résolu d'ici là. Il suffit d'avoir le niveau 7ème en arithmétique pour s'en rendre compte.

TousAuPoteau

Mr. Khalil n'est pas a sa premiere gaffe a ce sujet. A ce niveau, c'est a se demander si ce n'est pas intentionel.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA OU EN EST ARRIVE LE PAYS, A LA FAILLITE, TOUS NOS ABRUTIS CORROMPUS ET INCOMPETENTS DEVRAIENT DU PLUS GRAND AU PLUS PETIT ETRE JUGES. DANS TOUT AUTRE PAYS ILS SERAIENT DEJA BOUCLES DEPUIS LONGTEMPS. DEPUIS LA CEDRE DE PARIS CAD DEPUIS 18 MOIS ILS TERGIVERSENT ET SE FONT LA GUERRE DE BLOCAGE... LES DEUX MILICES IRANIENNES... POUR NE PAS LAISSER LE PAYS PROFITER DES AIDES ET DES INVESTISSEMENTS ET REDEMARRER SON ECONOMIE ET PARTANT Y RENFORCER LEUR MAINMISE.

Irene Said

Tous ces citoyens irréprochables moralement, grands et petits, qui depuis le début des manifestations s'accusent réciproquement de toutes les corruptions imaginables, pourquoi ne l'ont-ils pas fait...avant...???
Cela nous aurait peut'être épargné le chaos actuel...

Mais...ils profitaient probablement aussi chacun de cette corruption généralisée, le sport national libanais, alors que maintenant c'est plus difficile...n'est-ce pas, car les projecteurs de la vérité braquent leurs lumières partout, jusque dans les coins les plus isolés !
Irène Saïd

Gebran Eid

CELA CONCERNE L'EXTÉRIEUR, ET À L'INTÉRIEUR ????

ON DIT QUOI ?

Quand un 1er ministre libanais vend quasiment tous ses avoirs dans son pays et prétend être en faillite pour ne plus payer ses employés au pays, sans qu'il n'ait touché à ses avoirs à l'étranger, et que ensuite il démissionne de son poste en posant ses conditions, on en pense quoi ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants