Rechercher
Rechercher

Rapport

Le régime syrien use de 72 méthodes de torture, dénonce le SNHR

Plus de 55 000 photos de Syriens morts sous la torture ont pu être révélées grâce à la fuite de « Cesar », ex-photographe légiste du régime. Archives AFP

Entre mars 2011 et septembre 2019, au moins 14 298 personnes, dont 178 enfants et 63 femmes, sont mortes par la torture en Syrie. C’est ce que révèle le dernier rapport du Réseau syrien des droits de l’homme (SNHR) mis en ligne lundi. Les enquêtes effectuées par l’ONG ont permis de documenter 72 méthodes de torture pratiquées par le gouvernement syrien dans ses centres de détention et ses hôpitaux militaires. Toujours selon la même source, près de 1,2 million de Syriens ont été arrêtés et emprisonnés dans les centres de détention du régime de Damas et 130 000 personnes le sont encore ou sont portées disparues, depuis le début de la guerre civile en 2011. Le SNHR appelle le Congrès américain à adopter la loi intitulée « Caesar Syria Civilian Protection Act » en référence à César, l’ex-photographe de la police militaire syrienne qui s’est enfui de Syrie en 2013, emportant 55 000 photographies de corps torturés. L’ONG est parvenue à identifier 801 personnes sur ces clichés, le pourcentage le plus élevé de victimes a été recensé dans les banlieues de Damas (65,42 %), suivies du gouvernorat de Deraa (25,84 %) et enfin de la province de Homs (2,62 %). « Le peuple syrien a le droit d’aider les autres pays du monde qui ont ratifié les conventions de Genève à s’assurer que le régime respecte l’application de ces conventions, a déclaré Fadel Abdel Ghany, président du SNHR. Il a le droit également de faire en sorte que le régime cesse de torturer systématiquement les Syriens jusqu’à ce que mort s’ensuive, ce qui constitue un crime de guerre et contre l’humanité ».

Le rapport classifie les types de torture par catégorie. Le régime syrien userait ainsi de 39 méthodes de torture physique, 8 méthodes de violences sexuelles, 8 méthodes de torture psychologique, 9 moyens de tortures dans les hôpitaux militaires, 6 méthodes de négligences sanitaires, sans compter le travail forcé et le phénomène de la « séparation ». L’ONG souligne qu’un détenu peut être soumis à diverses méthodes de torture au cours d’une seule et même séance. Le rapport de 65 pages s’appuie en outre sur 20 témoignages de survivants de la torture ou de parents de victimes. Abdel Salam el-Salem, un des rescapés cités, témoigne avoir été torturé nu sur un pneu. Vingt jours après avoir été suspendu dans une chambre, il affirme avoir vu un codétenu se faire violer à plusieurs reprises. Omar, emprisonné à l’âge de 17 ans, et libéré en 2015, explique qu’il reste des milliers de personnes qui subissent tous les jours sévices et autres formes de torture, par lesquelles il est passé. Malgré l’évidence de preuves accablantes, le régime syrien n’a jamais admis avoir fait usage de la torture.


Pour mémoire

Un réfugié syrien dessine la torture qu'il a subie, la mort et "le cauchemar"


Entre mars 2011 et septembre 2019, au moins 14 298 personnes, dont 178 enfants et 63 femmes, sont mortes par la torture en Syrie. C’est ce que révèle le dernier rapport du Réseau syrien des droits de l’homme (SNHR) mis en ligne lundi. Les enquêtes effectuées par l’ONG ont permis de documenter 72 méthodes de torture pratiquées par le gouvernement syrien dans ses centres de...

commentaires (2)

SEULEMENT...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

15 h 36, le 24 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • SEULEMENT...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 36, le 24 octobre 2019

  • (SNHR)…… kessako ça ?????????????????????? lol.. 72 ???? pas une de plus pas une de moins ????? lol.. C'est horrible de rire de l'horreur instrumentalisée ...

    FRIK-A-FRAK

    12 h 20, le 24 octobre 2019