Rechercher
Rechercher

Économie - Réformes

L’Aldic exhorte les pouvoirs publics à renoncer aux réformes « visant à gagner du temps »

Les manifestations au Liban et les blocages se poursuivent depuis une semaine. Photo P.H.B.

L’Association libanaise pour les droits et l’information des contribuables (Aldic) a réitéré dans un communiqué publié hier son appel en faveur de la tenue « d’assises économiques et fiscales qui pavent la voie aux vraies réformes » devant être incluses à terme « dans une loi-cadre applicable progressivement à moyen terme ».

« Il y a un besoin pressant pour une autorité publique intègre prônant une vision économique productive et une politique fiscale efficace » qui vise à « appliquer les principes de transparence, de responsabilité et d’obligation de rendre compte », a argumenté l’Aldic, qui demande aux pouvoirs publics de « renoncer aux solutions partielles ou fragmentées (…) visant à gagner du temps ». L’association a, en outre, estimé que « le récent soulèvement populaire, traversant les partis politiques et le communautarisme religieux », est un marqueur « de la mauvaise gestion des finances publiques » et des excès d’un système fiscal « inique ». Les manifestations témoignent également du ressentiment de la population face à la « médiocrité » des services publics ainsi que « le manque d’investissements productifs ». L’Aldic a, enfin, assuré que « toutes ses capacités, ses énergies, ses études et ses idées (étaient) mises au service de la société ». Instituée en 2012, l’Aldic s’est fixé pour mission de promouvoir le civisme fiscal. Les réformes annoncées lundi par le Premier ministre, Saad Hariri, pour redresser le pays qui est le théâtre depuis une semaine de manifestations et de blocages de routes dirigées contre la classe politique, n’ont pour l’instant convaincu ni la population ni les marchés.


Lire aussi 

La corruption au sein de l’État, une des principales cibles des Libanais dans la rue

Moody’s alerte sur les effets négatifs des mesures annoncées par Hariri



L’Association libanaise pour les droits et l’information des contribuables (Aldic) a réitéré dans un communiqué publié hier son appel en faveur de la tenue « d’assises économiques et fiscales qui pavent la voie aux vraies réformes » devant être incluses à terme « dans une loi-cadre applicable progressivement à moyen terme ». « Il y a un besoin...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut