Rechercher
Rechercher

Liban

Importante manifestation au Trocadéro, à Paris, en soutien aux Libanais


Les manifestants rassemblés en soutien aux manifestations au Liban, le 20 octobre 2019, à Paris. Photo Anne Ilcinkas

A l'appel d'un petit groupe "frustré" de ne pas être au Liban pour participer aux manifestations, ils sont plus de 2.000 rassemblés sur la place du Trocadéro, à Paris, pour exprimer leur soutien à "la révolution" dans leur pays d'origine.

Sous une pluie battante, entonnant l'hymne national dès leur trajet en métro, les Libanais énumèrent les différentes villes de leur pays en guise de solidarité, et appellent à la révolution. 

Parmi eux, une dame d'une soixantaine d'années, établie en France depuis 35 ans, confie à notre correspondante sur place, Anne Ilcinkas, que c'est la première fois qu'elle manifeste.  "Comme tous les Libanais de France, j'envoie de l'argent au Liban, où la population s'appauvrit toujours plus. Quand on vit en France, et que l'on se rend compte de tous les services possibles, on se rend compte que les Libanais n'ont rien du tout. Cette situation doit changer", estime-t-elle. Elle a donc décidé de venir exprimer, en solo, son soutien aux mouvements populaires libanais, et espère surtout pouvoir rentrer à Beyrouth, quand l'heure de la retraite sera venue. 

Christelle Tabet est une activiste de 29 ans. Quand elle a vu l'ampleur que prenaient les manifestations au Liban, elle s'est dit "dégoûtée" de ne pas être à Beyrouth et, en concertation avec une dizaine d'autres personnes, ils ont décidé "de faire quelque chose". "Nous avons lancé un appel aux volontaires, travaillé deux jours d'affilée", explique-t-elle, fière du résultat : plus de deux mille personnes qui chantent et dansent face à la Tour Eiffel. "On a de l'espoir ! Pour la première fois, il y a des manifestations décentralisées d'une telle ampleur, les gens en ont marre", s'exclame-t-elle.


A l'appel d'un petit groupe "frustré" de ne pas être au Liban pour participer aux manifestations, ils sont plus de 2.000 rassemblés sur la place du Trocadéro, à Paris, pour exprimer leur soutien à "la révolution" dans leur pays d'origine.

Sous une pluie battante, entonnant l'hymne national dès leur trajet en métro, les Libanais énumèrent les différentes villes de leur pays...