Rechercher
Rechercher

Liban - LIBAN-ONU

« Gravement préoccupé » par l’arsenal du Hezbollah, Guterres appelle à l’élaboration d’une stratégie nationale de défense

Le chef des Nations unies se félicite des mesures économiques du gouvernement.

Antonió Guterres a exprimé sa « préoccupation » face à « l’implication continue du Hezbollah dans le conflit en Syrie et dans la région ». Photo d’archives L’Orient-Le Jour

Le secrétaire général de l’ONU, Antonió Guterres, a exprimé une nouvelle fois son inquiétude face à la capacité militaire du Hezbollah et à son implication dans les conflits régionaux. Dans ce contexte, il s’est attardé sur le dernier discours du chef de la formation chiite, Hassan Nasrallah, qui avait affirmé que son parti ne restera pas les bras croisés si jamais l’Iran est attaqué, le jugeant particulièrement préoccupant.

« Depuis l’adoption de la résolution 1559 (2004) par le Conseil de sécurité, sa mise en œuvre n’a guère progressé. Un certain nombre de dispositions, notamment en ce qui concerne l’existence et les activités des milices libanaises et non libanaises, sont en suspens. Le fait que le Hezbollah et d’autres groupes aient décidé de conserver des armes et que le Hezbollah ait accru son arsenal compromettent sérieusement la capacité de l’État d’exercer pleinement sa souveraineté et son autorité sur son territoire », souligne le secrétaire général de l’ONU dans son trentième rapport semestriel au Conseil de sécurité sur l’application de la résolution 1559 du Conseil de sécurité.

Ce rapport, qui évalue la mise en œuvre de la résolution du 25 avril 2019 jusqu’au 30 septembre 2019, fera l’objet aujourd’hui de consultations à huis clos du Conseil de sécurité en présence de la secrétaire générale adjointe aux Affaires politiques, Rosemary DiCarlo, qui vient de rentrer d’une visite au Liban et dans la région.

M. Guterres affirme qu’il « reste gravement préoccupé » par les incidents survenus à Beyrouth le 25 août et le 1er septembre de l’autre côté de la ligne bleue « entre le Hezbollah et Israël », en allusion à l’affaire des drones israéliens au-dessus de la banlieue sud de Beyrouth et au pilonnage hezbollahi d’une position israélienne. Ces deux incidents démontrent, selon lui, « la nécessité de progresser dans le traitement de certaines des dispositions de ladite résolution, à savoir le désarmement et le démantèlement des milices libanaises et non libanaises et le strict respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du Liban ». Il appelle l’État libanais à « redoubler d’efforts pour obtenir le monopole des armes et du recours à la force sur tout son territoire », et « exhorte le gouvernement et l’armée à prendre toutes les mesures nécessaires pour interdire au Hezbollah et à d’autres groupes armés d’acquérir des armes et de se doter de capacités paramilitaires en dehors de l’autorité de l’État ». Et pour éviter toute escalade dans un contexte régional tendu, M. Guterres appelle à la fois Israël et le Hezbollah à faire preuve de retenue.


(Pour mémoire : Guterres réclame à nouveau un désarmement du Hezbollah)


Implication dans les conflits régionaux

Dans le même ordre d’idées, le chef de l’ONU exprime sa « préoccupation » face à « l’implication continue du Hezbollah dans le conflit en Syrie et dans la région ». Pour lui, il s’agit non seulement d’une « violation de la politique de distanciation et des principes de la déclaration de Baabda », mais l’immixtion du parti de Dieu dans les crises régionales « risque également d’entraîner le Liban dans les conflits régionaux et d’ébranler la stabilité du Liban et de la région ». « Le discours du 12 juillet du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, suggérant qu’une guerre contre l’Iran déboucherait sur une guerre régionale, suscite de vives inquiétudes », souligne-t-il.

Dans la perspective d’une consolidation de la souveraineté libanaise, Antonió Guterres plaide pour la délimitation et la démarcation des frontières du Liban avec la Syrie. « Bien que la délimitation des frontières soit une question bilatérale, les progrès sur la question restent une obligation pour le Liban et la Syrie, conformément à la résolution 1680 », commente-t-il.

Le chef de l’ONU évoque aussi « l’occupation israélienne de la partie nord du village de Ghajar et une zone adjacente au nord de la ligne bleue ». Il constate que la question de la région des fermes de Chebaa n’a pas progressé, avant de « condamner toutes les violations de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du Liban et d’appeler Israël à mettre immédiatement fin à son survol de l’espace aérien libanais ».

Se basant sur ces observations, et « pour éviter le spectre d’une nouvelle confrontation, tout en renforçant les institutions de l’État », le secrétaire général de l’ONU juge « indispensable de procéder à la tenue d’un dialogue national sur l’élaboration d’une stratégie de défense nationale dans le cadre d’un processus dirigé par le Liban conformément aux obligations internationales du pays ». M. Guterres « réitère les encouragements adressés au président Michel Aoun pour qu’il lance un dialogue renouvelé sur une stratégie de défense nationale et aux dirigeants politiques pour le soutenir dans cette entreprise ».

Dans son rapport, le chef de l’ONU salue par ailleurs « les mesures prises par les dirigeants libanais pour s’attaquer aux problèmes économiques urgents » et estime que « le même sentiment d’unité devrait guider la préparation et la conclusion rapide d’un accord sur le budget 2020, conformément au calendrier constitutionnel ». Il les exhorte à maintenir cet « esprit d’unité et d’urgence dans la mise en œuvre des réformes fiscales, structurelles et sectorielles cruciales », et réitère ses appels aux donateurs pour qu’ils soutiennent les institutions de l’État libanais.



Pour mémoire

La Finul "œuvre activement" au maintien de la sécurité à la frontière entre le Liban et Israël

Levée de boucliers au sein du 14 Mars après les propos de Bou Saab sur les armes du Hezbollah


Le secrétaire général de l’ONU, Antonió Guterres, a exprimé une nouvelle fois son inquiétude face à la capacité militaire du Hezbollah et à son implication dans les conflits régionaux. Dans ce contexte, il s’est attardé sur le dernier discours du chef de la formation chiite, Hassan Nasrallah, qui avait affirmé que son parti ne restera pas les bras croisés si jamais l’Iran est...
commentaires (7)

Coucou, l’ONU se réveille! Ils se sont fait caillasser ses bons petits soldats bleus, dont rien ne faisait les faveurs des habitants locaux, pendant que d’autres , dans leur dos, enfouissaient tranquillement les pétards...

LeRougeEtLeNoir

19 h 14, le 18 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Coucou, l’ONU se réveille! Ils se sont fait caillasser ses bons petits soldats bleus, dont rien ne faisait les faveurs des habitants locaux, pendant que d’autres , dans leur dos, enfouissaient tranquillement les pétards...

    LeRougeEtLeNoir

    19 h 14, le 18 octobre 2019

  • "Le chef des Nations unies se félicite des mesures économiques du gouvernement." Ha ha. C’est une blague, non? Ou il est sérieux?

    Gros Gnon

    13 h 31, le 18 octobre 2019

  • LA STRATEGIE NATIONALE DE DEFENSE EST NECESSAIRE MAIS DU DOMAINE DE REVE AU LIBAN PUISQUE LA MILICE Y A LA HAUTE MAIN SUR TOUT ET N,Y EST PAS INTERESSEE. FAUT TROUVER UNE AUTRE LOGIQUE ET ISSUE.

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    11 h 21, le 18 octobre 2019

  • Je me demande vraiment pourquoi nous ne demandons pas conseil à Poutine ! Le seul qui mettrait tout en ordre chez nous . Le moment est venu !

    Chucri Abboud

    10 h 39, le 18 octobre 2019

  • Il est tout mignon de nous dire ça avec son sourire juvénile . Qu'il vienne donc nous dire comment faire pour retirer l'arsenal des mains du hezb libanais de la résistance, nous dire comment arrêter les progrès militaires du hezb libanais de la résistance, et surtout comment après cela le Liban pourra avoir la force de contrer les attaques répétées de ses " mandataires " qui eux n'ont pas pu réaliser "son voeu ". Il est mignon tout plein , ya noussou !

    FRIK-A-FRAK

    09 h 44, le 18 octobre 2019

  • Tout revient a la présence illégale d'armes entre les mains de milices. Si le Hezbollah remet ses armes a l’armée, que les institutions de l’état fonctionnent a nouveau normalement, le Liban n'aura même pas besoin de plan "Cèdre" pour se remettre a flots. En moins d'un an la Livre se renforcera et l’économie repartira sur des chapeaux de roues! Tout le reste n'est que balivernes et poudre aux yeux! Que le Hezbollah continue sur sa lancée et nous nous retrouverons avec une nouvelle guerre sur les bras qui détruira le Liban alors qu'il ne pourra même pas égratigner Israël ou quiconque d'autres. Si l'Iran, la Turquie ou n'importe qui d'autres met, ne serait ce qu'une seule minute, en danger Israël, l'occident réagira a la vitesse V V' avec hargne. Revoyez tous les conflits dans lesquels ils se sont immiscer, il n'en ont perdu aucuns et se sont assuré que ceux qui les ont subit ne s'en remettrons pas de sitôt. Les voir se retirer n'est pas synonyme de victoire, mais de travail fait et terminé. Il nous faut ouvrir les yeux avant d'en arriver la! Et "la" est derrière la porte!

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 15, le 18 octobre 2019

  • " Le fait que le Hezbollah et d’autres groupes aient décidé de conserver des armes et que le Hezbollah ait accru son arsenal compromettent sérieusement la capacité de l’État d’exercer pleinement sa souveraineté et son autorité sur son territoire". Gutteres ne cesse de répéter des évidences dignes de Mr de La Palisse, mais qui, au gouvernement, l'écoute?

    Yves Prevost

    07 h 20, le 18 octobre 2019

Retour en haut