X

Dernières Infos

La banque turque Halkbank inculpée aux Etats-Unis pour contournement des sanctions contre l'Iran


AFP
16/10/2019

La banque publique turque Halkbank, dont un des responsables avait été condamné à New York en 2018 pour contournement des sanctions américaines contre l'Iran, a été inculpée à son tour en tant qu'institution, a indiqué mardi le ministère américain de la Justice.

La banque turque est poursuivie pour fraude, blanchiment d'argent, et entraves aux sanctions américaines contre l'Iran, selon un communiqué du ministère.

De 2012 à 2016, Halkbank a "conspiré pour saper les sanctions américaines contre le régime iranien en permettant à l'Iran d'accéder à des milliards de dollars de fonds, tout en trompant le régulateur américain sur ces opérations", a affirmé le ministre adjoint John Demers, cité dans le communiqué.

"C'est l'une des plus graves violations du régime de sanctions que nous ayons vues", a-t-il ajouté.

"Ce que nous affirmons aujourd'hui, c'est que Halkbank, une institution financière détenue majoritairement par le gouvernement turc, a délibérément mené des activités trompeuses pour contourner les sanctions américaines contre l'Iran", et ce "avec la participation et la protection de hauts-responsables iraniens et turcs", a fait valoir le ministère américain.

Les accusations sont les mêmes que celles qui avaient valu à un ex-directeur adjoint de la banque, Mehmet Hakan Atilla, d'être condamné à New York en janvier 2018, à l'issue d'un procès qui avait mis en cause le président turc Recep Tayyip Erdogan et plusieurs ministres turcs.

Neuf personnes au total avaient été inculpées au Etats-Unis dans cette affaire, même si M. Atilla s'était retrouvé seul au banc des accusés, accablé par le témoin vedette de l'accusation, l'homme d'affaires turco-iranien Reza Zarrab très connu en Turquie qui avait accepté de coopérer avec le gouvernement américain.

Ce dernier avait décrit dans le détail le schéma complexe instauré à partir de 2012 pour contourner les sanctions, impliquant trafic d'or et livraisons fictives de nourriture entre l'Iran, la Turquie et Dubaï.

M. Atilla avait été condamné à 32 mois de prison, avant d'être libéré par anticipation en juillet 2019.

Depuis cette condamnation, Halkbank risquait une amende colossale aux Etats-Unis, et le dossier faisait partie des sujets difficiles régulièrement abordés entre Ankara et Washington.

L'annonce de cette inculpation intervient dans un climat particulièrement tendu: Washington a imposé lundi de premières sanctions à la Turquie pour la pousser à stopper son offensive contre les Kurdes dans le nord de la Syrie, et le Congrès américain menace de voter des mesures punitives encore plus sévères.

On ignorait dans l'immédiat les conséquences pratiques de cette inculpation pour Halkbank. 

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

«Ya aayb el-choum»

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants