X

À La Une

Retour de la Syrie à la Ligue arabe : Hariri réagit aux propos de Bassil et insiste sur la distanciation

Liban

La déclaration ministérielle ne fait aucune référence au retour de Damas au sein de l'organisation panarabe, rappelle le chef de l'Exécutif dans un communiqué. 

OLJ
13/10/2019

Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a réagi dimanche aux indignations provoquées au Liban par le discours du ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, devant la Ligue arabe, au cours duquel il avait réclamé la réintégration de la Syrie, suspendue depuis 2011, au sein de cette institution. M. Hariri a rappelé que la déclaration ministérielle libanaise ne contient aucune référence au retour de Damas au sein de la Ligue, mais promeut la distanciation (des conflits régionaux). 

"Suite aux réactions aux prises de positions du Liban lors de la réunion de la Ligue arabe, le bureau de presse de Saad Hariri réaffirme l'engagement du Liban au principe du consensus arabe sur la crise syrienne, et au communiqué publié à l'issue de sa dernière réunion au Caire", dans lequel les ministres des Affaires étrangères des Etats membres de la Ligue arabe ont condamné "l'agression de la Turquie" dans le nord-est de la Syrie et appelé au retrait immédiat des troupes d'Ankara. Au sujet de cette offensive, le texte du bureau de M. Hariri appelle à se référer uniquement au communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères en début de semaine dernière. Dans ce communiqué, la diplomatie libanaise condamnait l'"agression contre un pays arabe frère" et appelait "les dirigeants turcs à reconsidérer leur décision". "La déclaration ministérielle du Liban ne traite pas de la question du retour de la Syrie au sein de la Ligue, mais réitère la politique de distanciation et de non-ingérence dans les affaires arabes", ajoute le communiqué de M. Hariri. 



(Lire aussi : Offensive turque en Syrie : "un dangereux développement", selon Aoun)



"N'est-il pas temps pour la Syrie de revenir au sein de la Ligue arabe ?", s'était interrogé M. Bassil dans son discours à l'occasion d'une réunion urgente au Caire des chefs de la diplomatie des pays membres de l'organisation panarabe, ajoutant que "tous les canaux de communication et de dialogue doivent être ouverts avec la Syrie".

La Syrie a été suspendue de la Ligue arabe en 2011 quelques mois après le début du conflit dans ce pays. La question de sa réintégration divise depuis plus d'un an les Etats membres de l'organisation. Le Courant patriotique libre présidé par M. Bassil, allié au Hezbollah, prône une normalisation des relations avec le régime de Bachar el-Assad, une question qui ne fait pas l'unanimité au sein du gouvernement libanais.

Critiquant les propos de Gebran Bassil, et établissant un parallèle avec la commémoration du 13 octobre 1990, date de l’éviction du palais de Baabda de Michel Aoun, alors chef du gouvernement de transition et commandant en chef de l’armée, sous les bombardements de l’aviation syrienne, l'ancien ministre libanais Achraf Rifi a souligné : "En cette journée de commémoration du 13 octobre, des couronnes de lauriers sont déposées pour les martyrs de l'armée libanaise qui ont résisté contre les troupes de Hafez el-Assad", ancien président syrien et père du président actuel, Bachar el-Assad. "Pendant ce temps, la honte s'abat sur ceux qui se présentent comme des porte-paroles d'Assad fils devant la Ligue arabe", faisant un jeu de mots en arabe entre les mots lauriers (ghar) et honte (Aar). 



Lire aussi
Le Liban condamne une « agression contre un pays arabe frère »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ON DIT QUOI ?

Comme Galileo le disait avant sa mort et pourtant la Syrie vit et vit encore plus forte que jamais.

Le Liban a les moyens d'être à lavant l'avant-garde d'une politique que l'Occident a raté.

Eleni Caridopoulou

Bassil fait ce que leHezbollah lui dit , point final

Gebran Eid

MAIS HARIRI EST HABITUÉ À L'HUMILIATION, IL A L'AIR D'AIMER ÇA.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CE DEMAGOGUE GENDRISSIMAL EST UNE HONTE POUR LE PAYS ! DE TELS DEMAGOGUES POUSSENT MALHEUREUSEMENT LE PAYS DANS LE PRECIPICE.

Algebrix

Excusez-moi, je ne comprends pas ce qui se passe au Liban. Au Canada, tout comme dans tous les pays de l'Union Européenne, le premier ministre aurait destitué son ministre des affaires étrangères dans une telle situation.

LA VERITE

Cher M Harriri Premier Ministre d'un Etat inexistant reelement

Vous rencontrez M Bassil, votre ministre des Affaires Etrangeres , quelques temps avant son depart pour la reunion de la Ligue Arabe et vous declarez que tout est au mieux entre le CPL et le Futur et entre vous et lui

Deux jours apres une rencontre de Bassil avec HN Bassil declare AU NOM DU LIBAN QUE LA SYRIE DOIT REJOINDRE LA LIGUE ARABE, SUJET QUE PLUSIEURS FACTIONS LIBANAISES REJETTENT Y COMPRIS VOUS MEME

SOIT VOUS ETES UN PREMIER MINISTRE ET VOUS DEMANDEZ LA DEMISSION IMMEDIATE DE M BASSIL , SOIT VOUS DEMISSIONNEZ VOUS MEME ET ENTREZ DANS L'OPPOSITION A CE REGIME

SI VOUS RESTEZ , JE M'EXCUSE DE DIRE, AVEC TOUT LE RESPECT QUE JE VOUS DOIS, QUE VOUS ETES AUSSI RESPONSABLE QUE LUI ET TOUTES VOS DENEGATIONS A CE SUJET SONT DE LA POUDRE AUX YEUX

Je suis desole de vous dire ( a nouveau et tres sincerement desole ) que les grands politiciens ne peuvent pas vendre honneur de leur pays pour conserver un poste quelqu'il soit

EXIGER LA DEMISSION DE VOTRE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES IMMEDIATEMENT OU DEMISSIONNER VOUS MEME

je suis sur que cette fois ci le President Aoun ne pourra pas vous dire d'aller voir Thereze pour regler ce probleme et chassera lui meme ce gendre impetueux et maladroit qui se croit parler au nom du Liban alors que cela n'est pas vrai puisque son discours n'a pas eu l'aval du conseil de ministres ou de vous meme ( A MOINS QUE JE ME TROMPE )

Bustros Mitri

Le temps n’est pas une sanction suffisante pour tous les crimes commis contre le Liban et les arabes.

Remy Martin

Y en a que la "honte" ne dérange vraiment pas. Quelle noblese. Si mal placée et qui en fait ne cache rien du tout.

Wlek Sanferlou

Ministre des affaires étrangères, ou ministre des affaires des étrangers??
Deviendrait il plus Syrialiste que les Syriens notre étrange de ministre?

Honneur et Patrie

La seule autorité qui gouverne un pays démocratique et républicain, c'est le chef du gouvernement. C'est le cas du Liban. Lorsqu'un ministre prend une décision au nom du gouvernement sans se référer à son chef, celui-ci a un devoir impérieux de renvoyer ledit ministre afin de regagner ses pénates.
La Ligue des Pays dits arabes composée de 22 Etats n'est pas la propriété privée d'un clan ou d'un parti politique libanais n'importe qui soit-il. Ce n'est point au Liban, colonisé durant 30 ans par la Syrie, de réclamer la réintégration de la Syrie au sein de la Ligue des Etats dits arabes.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE PORTE PAROLE DE KHAMENEI ET DE ASSAD !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Après un progrès lundi, les tractations politiques désormais suspendues

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants