X

Économie

Aramco déplore l’absence de « volonté internationale » contre les attaques

Pétrole
OLJ
10/10/2019

Le patron du géant pétrolier saoudien Aramco a déploré hier l’absence d’action internationale pour empêcher de potentielles nouvelles attaques contre des installations pétrolières, un mois après les frappes contre deux sites dans l’est de l’Arabie saoudite.

« L’absence de volonté internationale pour prendre des mesures concrètes risque d’encourager les agresseurs et, en effet, d’augmenter les risques pesant sur la sécurité énergétique mondiale », a affirmé hier Amin Nasser, PDG d’Aramco, à l’occasion d’une conférence du secteur à Londres.

La production de pétrole de l’Arabie saoudite, le plus gros exportateur mondial d’or noir, avait été brutalement réduite de moitié – 5,7 millions de barils par jour, soit 6 % de la production mondiale – après l’agression, condamnée par les États-Unis qui ont accusé l’Iran d’en être responsable. Les frappes avaient provoqué des incendies dans deux sites du géant Aramco et avaient fait brièvement bondir les prix du brut de 20 %. Ils sont depuis retombés sous leur niveau d’alors.

L’Arabie saoudite affirme depuis avoir pleinement retrouvé sa capacité de production antérieure à l’attaque, tout en se disant « très inquiète » au sujet de l’offre d’or noir en 2020. M. Nasser a confirmé hier que la société nationale d’hydrocarbures était revenue à ses niveaux de production d’avant l’attaque : « Nous sommes aussi sur la bonne voie pour retrouver notre capacité maximale de production de 12 millions de barils par jour d’ici à la fin novembre », a-t-il précisé. Sans ces capacités, et si le marché avait craint une baisse d’approvisionnement saoudien à long terme, « la réaction (des marchés) aurait été beaucoup plus vive et durable », a fait remarquer M. Nasser, qui insiste : « Les attaques n’ont pas seulement touché l’Arabie saoudite, mais l’économie mondiale et la communauté internationale élargie. »

Le dirigeant a par ailleurs à nouveau affirmé que « la société est prête » pour l’introduction en Bourse d’Aramco. Quelques jours après l’attaque, le président du conseil d’administration du géant pétrolier, Yassir al-Roumayyan, avait assuré que l’opération boursière se poursuivrait « comme prévu » et aurait lieu sous 12 mois.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Gaby NASR

Le billet de Gaby NASR

Tirelires et tire-au-flanc

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah et « la patience stratégique »

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants