Rechercher
Rechercher

Liban - Disparition

Décès tragique de Nadine Jouni, militante pour les droits de la femme

Nadine et son fils Karam. Un rassemblement sera organisé à sa mémoire mercredi à 15h au parc d’Abaad à Furn el-Chebback.

Nadine Jouni, jeune militante pour les droits de la femme, est décédée hier dans un accident de voiture alors qu’elle s’apprêtait à participer aux manifestations de Beyrouth. Divorcée et mère de Karam, un petit garçon de neuf ans, la jeune femme âgée de 29 ans seulement a trouvé la mort à 5h30 sur l’autoroute Saïda-Damour. Sa voiture avait été percutée par un autre véhicule qui roulait à tombeau ouvert. Nadine a perdu le contrôle du sien et n’a pas survécu à l’accident.

La responsable des campagnes médiatiques et des relations presse au sein de l’association Abaad était très connue dans le monde des militants pour les droits des femmes, notamment pour les campagnes qu’elle menait sans relâche pour que les mères libanaises puissent obtenir la garde de leurs enfants. Nadine faisait partie de ces mères qui devaient batailler sans cesse pour voir son fils au-delà d’un week-end. La mère libanaise toutes confessions confondues a, rappelons-le, un droit de garde sur ses enfants jusqu’à ce que ceux-ci aient atteint un certain âge. La communauté chiite a fixé cet âge à deux ans pour les garçons et sept ans pour les filles. Nadine appartenait à cette communauté.

Dans une interview accordée à L’Orient-Le Jour en 2017, elle avait raconté devoir faire « un effort multiplié par sept » pour pouvoir assurer à son enfant toute l’affection et l’attention qu’il est censé recevoir d’elle. « Sur les sept jours de la semaine, j’ai le droit de voir mon petit Karam pendant une seule journée. C’est durant cette seule journée, donc, que je dois donner à mon enfant, en une seule fois, ce que les mères donnent à leurs enfants au quotidien, jour après jour », avait-elle confié. « Je suis, comme la majorité écrasante des femmes divorcées de la communauté chiite, condamnée à élever mon enfant quelques heures par semaine seulement », avait-elle déploré.

Trois jours avant son décès, elle avait écrit sur son compte Facebook : « Voici une photo de mon fils Karam, au premier jour de l’année scolaire, sauf que cette photo n’existe pas, parce mon fils a été privé de sa mère. Mais je t’imagine comme bon me semble, ya mama, parce que nous, les femmes, sommes punies du seul fait que nous sommes des mères. Maudit soit ce matin, maudits soient tous les matins où nous nous levons avec le cœur rongé par la douleur. »

Ses collègues, ses amis et tous ceux qui l’ont connue de près ou à travers son combat ont posté des photos d’elle sur les réseaux sociaux, pleurant la jeune femme débordante de vie qu’elle était et louant sa force et son courage. La journaliste Cherine Kabbani a écrit sur son compte Facebook : « Le petit Karam assistera aux funérailles de sa mère morte, mais n’avait pas le droit de la voir de son vivant. »



Pour mémoire

Sécurité routière : Raya el-Hassan promet de prendre des mesures

Un bilan atterrant : vingt-trois morts, sur les routes, en une semaine

Nos responsables n’ont pas compris que la vie n’a pas de prix...

Pour en finir avec les véhicules non valables à la circulation !



Nadine Jouni, jeune militante pour les droits de la femme, est décédée hier dans un accident de voiture alors qu’elle s’apprêtait à participer aux manifestations de Beyrouth. Divorcée et mère de Karam, un petit garçon de neuf ans, la jeune femme âgée de 29 ans seulement a trouvé la mort à 5h30 sur l’autoroute Saïda-Damour. Sa voiture avait été percutée par un autre...

commentaires (5)

Pauvre Nadine morte pour sauver la condition féminine au Liban en espérant que sa mort ne soit pas un crime .

Antoine Sabbagha

19 h 20, le 07 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Pauvre Nadine morte pour sauver la condition féminine au Liban en espérant que sa mort ne soit pas un crime .

    Antoine Sabbagha

    19 h 20, le 07 octobre 2019

  • Elle morte d'un accident ou assassinee?

    Eleni Caridopoulou

    18 h 49, le 07 octobre 2019

  • Allah yirham Nadine! Une voix de moins, le reste doivent parler plus fort

    Wlek Sanferlou

    13 h 11, le 07 octobre 2019

  • QUE SON AME DE MILITANTE REPOSE EN PAIX. DI3ANA !

    ABOLIR LA CENSURE = REABONNEMENT ET SOUTIEN.

    12 h 25, le 07 octobre 2019

  • Il est temps d'instaurer une loi civile pour tous et de mettre fin aux tribunaux religieux d'un autre âge !!!

    OMAIS Ziyad

    00 h 18, le 07 octobre 2019

Retour en haut