X

À La Une

L'Iran ne se limite pas à ses frontières "géographiques", selon un chef religieux

Tension

"Le Hachd al-Chaabi en Irak, le Hezbollah au Liban, Ansarullah au Yémen, les Forces de la défense nationale en Syrie, le Jihad islamique et le Hamas en Palestine, sont tous l'Iran", lance l'ayatollah ultraconservateur Ahmad Alamolhoda.

OLJ/AFP
20/09/2019

L'Iran ne se limite pas à ses frontières "géographiques", les factions soutenues par la République islamique au Moyen-Orient faisant "toutes (partie de) l'Iran", a déclaré vendredi un chef religieux iranien lors de la prière hebdomadaire, sur fond de tensions exacerbées dans la région.

Selon l'ayatollah Ahmad Alamolhoda, cité par l'agence semi-officielle Isna, "l'Iran, aujourd'hui, n'est pas que l'Iran et ne se limite pas à sa situation géographique. Le Hachd al-Chaabi en Irak, le Hezbollah au Liban, Ansarullah (nom du mouvement des rebelles houthis) au Yémen, les Forces de la défense nationale en Syrie, le Jihad islamique et le Hamas en Palestine, sont tous l'Iran".

Ultraconservateur, l'ayatollah Alamolhoda est le chef religieux des prières du vendredi à Machhad (nord-est), deuxième ville d'Iran, et membre de l'Assemblée des experts, chargée de nommer, superviser et éventuellement démettre le guide suprême.

Ses propos interviennent près d'une semaine après des attaques sur des installations pétrolières saoudiennes revendiquées par les houthis mais attribuées à l'Iran par Riyad et Washington, ce que dément Téhéran. Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, dépêché en Arabie saoudite, a qualifié ces attaques d'"acte de guerre" avant de dire que son pays privilégierait une "solution pacifique" avec l'Iran. Riyad a affirmé de son côté que les attaques avaient été "incontestablement parrainées" par l'Iran, sans toutefois accuser la République islamique de les avoir lancées depuis son territoire.

Les houthis ont conquis de vastes pans du territoire au Yémen et affrontent depuis 2014 les forces progouvernementales, appuyées par une coalition menée par l'Arabie saoudite, grand rival régional de l'Iran. Téhéran dément leur apporter un soutien militaire mais les appuie politiquement. Le Hachd al-Chaabi, une alliance de groupes armés et de factions chiites favorables à l'Iran, opère au sein de l'armée en Irak et dispose d'un bloc au Parlement. Le Hezbollah est un poids lourd de la vie politique libanaise. Il est impliqué militairement dans le conflit en Syrie, aux côtés du régime de Damas, tout comme Téhéran, qui soutient notamment les Forces de la défense nationale, une milice loyaliste.

"Savez-vous seulement où se trouve l'Iran? Le sud du Liban n'est-il pas l'Iran? Le Hezbollah n'est-il pas l'Iran? Votre Sud et votre Nord sont l'Iran", a ajouté l'ayatollah Alamolhoda, s'adressant vraisemblablement à Riyad, qui affirme que les attaques sont venues "du Nord".

"Les Américains ignares et leur mercenaire saoudien disent que cela a été fait par l'Iran. (...) Tout le monde réalise qu'ils veulent berner le monde", a-t-il dit, avant d'ajouter qu'une frappe militaire sur l'Iran entraînerait la "réduction en cendres d'Israël", son ennemi.



Lire aussi

Les milices chiites en Irak : une force de dissuasion quasi iranienne

Scénarios de guerre, l'édito de Michel TOUMA

Le Moyen-Orient à l’heure de la guerre des drones


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Atalante fugitive

Ben non, raté, remballe ça pour tes miliciens drogués à la religions et aux dollars impies..

Honneur et Patrie

L'ayatollah Ahmad Alamolhoda : "... le Sud du Liban, n'est-il pas l'Iran ? Le Hezbollah n'est-il pas l'Iran ?...."
Il a oublié le Front Moro islamique dans le sud des Philippines ainsi que les Chabab de la Somalie ex-italienne et les Boko Haram du Sahara Occidental...

Yves Prevost

Voilà qui illustre parfaitement les propos de Nasrallah et justifie amplement la manchette de Nidaa el-Watan

Wlek Sanferlou

Critères de choix proposés par notre super-ayatola:

Pour: économie en rasoirs, en habits, et en spectacles décadents de tout genre et pour tout genres, economies maxi en bouffe...

Contre: passer sa vie à scander et agiter les bras en saluts loufoques, se faire tabasser pour avoir crtitiquer le maitre ou ses acolytes, respirer nuit et jour et même entre deux, les chimeres de guerres et de succès glorieux comtre tous et toutes qui ne parlent pas persans!

Pour ou Contre ? Pas grave et pas nécessaire de se casser la tête: l'ayatollah a decider pour nous et son ami au liban nous cassera la tête gratos!

Mabrouk aalayna ce 21eme siecle BC.

Amère Ri(s)que et péril.

À moi ce conservateur iranien me fait peur , parce qu'on ne peut pas ne pas le prendre au serieux .

Rappelons que les iraniens ne sont pas ces arabes sémites au rabais , ce sont des INDO-EUROPÉENS desquels même les juifs se sont inspirés pour se dire monothéiste et venir nous la jouer peuple élu.

Irene Said

La vérité sort de la bouche de l'ayatollah Ahmad Alamolhoda !!!
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

OU SONT LES ABRUTIS QUI NOUS GOUVERNENT POUR REPONDRE A CETTE DECLARATION QUI PRETEND QUE LE LIBAN... PAR MILICE IRANIENNE INTERPOSEE... FAIT PARTIE DE L,IRAN ? JUSQU,A QUAND NOS ABRUTIS AVALERONT LES INEPTIES ET LES COULEUVRES SANS MEME OSER Y REPONDRE ? LA HONTE SUR EUX !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants