X

Liban

Solange Gemayel, gardienne de l’héritage de Bachir

Commémoration

La veuve du président élu assassiné Bachir Gemayel raconte à « L’Orient-Le Jour » ses souvenirs de la vie qu’elle a partagée avec celui que beaucoup considèrent comme un héros.

Claude ASSAF | OLJ
14/09/2019

14 septembre 1982, 16h10. Une bombe vient d’exploser sur le toit de l’immeuble abritant la permanence du parti Kataëb à Achrafieh. L’attentat coûte la vie au fondateur des Forces libanaises, Bachir Gemayel, élu à la présidence de la République 22 jours plus tôt, et à 32 autres personnes.

Sur le plan national, l’attentat balaie les espoirs de nombreux Libanais d’avoir un État souverain. Sur le plan familial, l’assassinat de Bachir Gemayel dévaste des vies, faisant deux enfants orphelins, Youmna, 21 mois, et Nadim, 4 mois, ainsi qu’une veuve éplorée, Solange.

L’Orient-Le Jour a choisi de solliciter cette femme qui, malgré le malheur qui l’a accablée, conserve une réelle force de caractère, stimulée par la détermination de préserver l’esprit de Bachir dans la famille fondée avec lui. L’occasion pour elle d’égrener les souvenirs et pensées qui l’accompagnent, et d’abord de revenir sur ce moment fatidique qui, brisant une idylle de douze ans couronnée par cinq années de bonheur conjugal, a également coupé court au parcours présidentiel que Bachir Gemayel venait d’entamer, succédant à Élias Sarkis. Dans la maison familiale bicentenaire de Bickfaya que le président fraîchement élu avait quittée ce matin du 14 septembre 1982, les photos cristallisent, trente-sept ans plus tard, l’image de l’homme au regard droit et à l’allure fougueuse. « Les meubles sont restés tels quels, rien n’a bougé », lance, d’emblée, Solange Gemayel dans le salon où les félicitations avaient été reçues suite à l’élection présidentielle du 23 août.


(Lire aussi : Nadim Gemayel : Bachir Gemayel continue de faire l’unanimité islamo-chrétienne)


« C’est fini »
Cette maison que Bachir a héritée de sa mère Geneviève, et qui après avoir été restaurée était fin prête pour l’accueillir à l’été 1982, il n’y aura résidé que durant les trois semaines précédant sa mort. « Ce jour-là, réveillée au son des cloches des églises du village, j’ai ressenti un serrement au cœur, le temps de me rappeler que c’était la fête de la Croix », se souvient Solange Gemayel. « Vers 10h, voulant se rendre à Beyrouth, Bachir m’a demandé où était la clé de sa voiture. Après l’avoir longuement cherchée, j’ai découvert que Youmna l’avait cachée dans sa main, derrière son dos. Bachir l’a prise dans ses bras, l’a embrassée, et tenté de la convaincre de lui donner ses clés. Mais rien n’y fait, Youmna répétait “non”. Finalement il s’en est emparé. Youmna lui a lancé un regard profond, comme si elle sentait qu’il s’en allait loin. »

Avant de partir, Bachir Gemayel propose à sa femme de le retrouver à déjeuner en compagnie de sa sœur Arzé et des autres religieuses du couvent de la Croix. Au cours du repas, il improvise un discours après lui avoir demandé de le traduire simultanément au nonce apostolique qui se trouvait à ses côtés. Ensuite, vers 15h30, direction l’Hôpital libanais (Jeïtaoui), pour visiter la mère de Solange qui vient de subir une petite intervention. À 16h, Bachir se dirige vers le siège des Kataëb à Achrafieh, afin d’y présider une dernière réunion hebdomadaire avec ses collaborateurs.

« Restée au chevet de ma mère, j’ai reçu vers 16h15 l’appel d’un proche qui me demandait où avait eu lieu l’explosion. Je n’avais rien entendu, mais j’ai su qu’il s’agissait là d’un attentat visant Bachir », assure-t-elle, la gorge nouée, indiquant au passage qu’à chaque 14 septembre elle se sent « remuée » mais sans « fléchir » pour autant.

« Je me suis ruée vers la permanence des Kataëb. Face à la bâtisse détruite, je suis restée pendant plus de 4 heures debout, au milieu des décombres, en état de choc, atterrée et silencieuse au milieu des nombreuses personnes accourues sur place, dont certaines croyaient avoir vu Bachir s’extirper des gravats. À mesure que le temps passait, j’ai eu le pressentiment que je n’allais plus le voir vivant. Alors j’ai fait la tournée des hôpitaux. À l’Hôtel-Dieu de France, on m’a dit qu’il était là, sans me donner de détails. Il ne m’en fallait pas plus pour comprendre. Je me suis rendue au siège du Conseil militaire des Kataëb, où tous les proches attendaient, notamment son père et son frère, Pierre et Amine Gemayel. Même si je devinais son sort, il me fallait une preuve », poursuit-elle.

Celle-ci tombe vers 22h30, quand un ami médecin lui tend l’alliance octogonale de Bachir, en or blanc. « J’ai senti le monde s’écrouler autour de moi. » Accompagnée de son beau-père, la jeune femme de 32 ans se rend alors à la maison paternelle de Bickfaya. « Alors chérie, quoi ? » lui lance la mère de Bachir. « C’est fini », lui répond Solange.


(Pour mémoire : Bachir Gemayel : retour sur sa vie, son parcours, son héritage)


Le rêve d’un Liban libre et prospère
C’était dans cette même maison que Bachir était monté le soir du 23 août pour fêter sa victoire avec ses parents. Auparavant, il était passé à son domicile d'Achrafieh pour enfiler un costume. « De nombreux amis se pressaient déjà, dans une liesse indescriptible, à la maison, notamment Charles Malek (géant de la politique, de la diplomatie et de la philosophie), qui en raison de la coupure du courant avait gravi huit étages à pied pour venir nous féliciter. Il m’avait dit alors : “Le Liban est sauvé !” », raconte Solange Gemayel. De l’extérieur parvient un concert de klaxons.

Mais Bachir prévient tout de suite sa femme qu’ils ne s’installeront pas au palais de Baabda, qui pour lui devait abriter uniquement les bureaux présidentiels, indique-t-elle. Il voulait garder « une vie familiale simple et rester à l’écoute des gens ».

Cette simplicité, il la démontre quelques heures après son élection. « Sur le chemin du retour vers notre maison d’Achrafieh, ce 23 août vers 22h30, Bachir a eu faim. Devant Halabi à Antélias, il a arrêté la voiture et m’a demandé d’acheter des sandwiches de chawarma. Me voyant hésiter, il m’a dit qu’il allait lui même les acheter. Alors j’ai obtempéré, tout en essayant de me dérober au regard du cuistot qui me dévisageait en même temps qu’il me servait. »

Le président assassiné n’avait donc pas peur du danger qui guettait ? « Ni lui ni moi n’en étions vraiment conscients, en dépit des conseils de sécurité qui nous étaient prodigués », avoue sa veuve, notant que « lorsqu’il a brigué la présidence de la République, ce n’étaient pas les convois et autres honneurs qu’il recherchait mais plutôt un poste au moyen duquel il voulait réaliser sa cause et son rêve d’un pays libre et prospère ».

Cette accession à la tête de l’État, Solange Gemayel savait qu’il y parviendrait un jour. « J’avais confiance en lui, en ses capacités, son honnêteté, son énergie, son charisme, ainsi que sa détermination à réaliser son but de construire le Liban de demain, et bien sûr son idéalisme doublé de pragmatisme », déclare celle qui l’a accompagnée dans son militantisme depuis le milieu des années 60, alors que tous deux étaient encore lycéens. Un militantisme dans lequel Solange Gemayel s’est elle-même impliquée dès l’âge de 16 ans, allant jusqu’à participer à des camps d’entraînement où elle a appris le maniement des armes. C’est que son père, le chirurgien Louis Toutounji, était, aux côtés de Pierre Gemayel, un des membres fondateurs du parti Kataëb. Elle intègre à cette époque la section estudiantine du parti, où elle se lie avec Bachir, qu’elle connaissait auparavant grâce à l’amitié liant les parents, mais aussi parce que Joseph, son frère, et Bachir étaient des camarades de classe au Collège Notre-Dame de Jamhour. Une belle histoire d’amour s’enclenche, nourrie par le partage des mêmes idéaux et une collaboration étroite.

Mais l’idylle n’aura pas été toujours paisible, marquée par des rendez-vous souvent manqués en raison des multiples occupations de celui qui était devenu chef militaire, et par des attentes anxieuses lorsqu’il se trouvait au front. « Mes attentes étaient compensées par son affection, sa tendresse, sa franchise et sa transparence », confie toutefois Solange Gemayel.


(Pour mémoire : Bachir Gemayel ou la quête d’un autre Liban, loin des allégeances multiples)


Irréductible
Selon sa veuve, l’engagement de Bachir pour le pays s’était accru après son enlèvement en 1969 dans la région de Mkallès par des Palestiniens armés du camp de Tall el-Zaatar. « Libéré au bout de quelques heures grâce à des interventions politiques, Bachir était venu chez moi pour me tranquilliser. Il était très calme, mais son regard trahissait tristesse et souffrance. Cet incident a constitué pour lui un tournant décisif, parce qu’à partir de ce moment, son hostilité à l’encontre des Palestiniens armés était devenue irréductible, le poussant à se fixer pour objectif de les sortir du Liban », affirme Solange Gemayel, qui travaillait au département de la communication des Kataëb, au siège du parti, exécutant toutes les missions dont Bachir la chargeait, et restant proche de ses pensées, plans et secrets.

Mais tout en continuant à le soutenir, dès qu’elle s’est mariée en mars 1977, elle a voulu se dédier à sa mission de mère de famille et de maîtresse de maison, d’autant que les occupations de son époux l’empêchaient d’être souvent présent. Quand le drame est survenu, c’est cette responsabilité vis-à-vis de sa famille qui a contribué à la maintenir debout, poursuivant l’éducation de ses enfants avec force et dignité, les imprégnant des valeurs de leur père, qui l’avait soutenue lors de l’assassinat de leur aînée, Maya, en février 1980, mais qui cette fois n’était plus à ses côtés. Avec l’assassinat de son époux, Solange Gemayel a perdu un compagnon aimant et le père de ses enfants, mais aussi, dit-elle, « une personnalité exceptionnelle, dynamique, intègre, téméraire, visionnaire et animée par l’amour du pays ».

« Depuis la disparition de Bachir, je n’ai repéré aucun responsable qui pourrait combler le vide qu’il a laissé en ayant assez de force et d’autorité pour relever le pays et le soulager du suivisme, de la mainmise armée et de la corruption », déplore Solange Gemayel, exprimant toutefois l’espoir que « parmi les jeunes qui préservent en eux le sentiment patriotique auquel Bachir était attaché, puisse un jour émerger un leader capable de mener le Liban selon le seul bien public, loin des intérêts cupides ».


Pour mémoire
Un musée de l’indépendance des Kataëb pour lutter contre l’amnésie

« Si Bachir Gemayel était encore en vie, nous n’aurions pas vu tout ce beau monde »

Assassinat Bachir Gemayel : un an après le verdict, l’exécution de la sentence au point mort


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Allah yirhamak rayess Bashir, le vrai libanais pir et le vrai président du Liban!
Bon courage à Mme Gemayel et les meilleurs voeux aux enfants surtout au député Mr Nadim Gemayel pour un avenir brillant qu'il mérite à cause de ses positions patriotiques, courageuses et claires.

Amère Ri(s)que et péril.

Ça aide à vivre son rêve dans toutes les réalités .

carlos achkar

Bachir aurait été le seul homme politique qui aurait pu faire du Liban un vrai Etat, une nation.
Le Liban a disparu avec lui.
Aux funérailles de mon père, Nadim était là. Je l'ai présenté à mon fils qui lui ne connait pas grand chose de la politique libanaise. J'ai dit à mon fils: voici le fils du seul héros et patriote libanais.

Sissi zayyat

Il y a des gens qui se souviennent de ce qu'ils faisaient le jour où l'homme s'est posé sur la lune. Mais moi je me souviens, 37 ans après, de ce jour fatidique qui m'avait terrassé. J'ai eu une extinction de voix qui a duré des mois comme si je savais au fond de moi que la voix des Libanais serait à jamais étouffée.

J'ai encore espoir qu'un second Bachir viendrait à la rescousse de ce pays pour rassembler derrière lui tous les Libanais dignes de ce nom en oubliant leur appartenance religieuses ou idéologiques pour sauver le Liban et redonner aux libanais une voix qu'on a étouffé avec la terreur.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN REVE QUI S,EST ECLIPSE PAR LA MAIN TRAITRESSE.

Homsy Christian

Une perte qui ne sera jamais compensée. Je suis triste et je me souviens de sa gentillesse sur le front, son humanité avec nous tous, lors de ses tournées le soir accompagné de Massoud Achkar. Son refus obstiné des honneurs et des protections, même après la mort de Maya... A bientôt l'ami, dans un mode meilleur.

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Apprendre à vivre sans les Américains

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants