X

À La Une

A Gaza, ping-pong armé et millions du Qatar avant les élections israéliennes

Proche-Orient

"C'est le jeu du chat et de la souris", soutient un expert, pour qui tant le Hamas que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ont besoin de maintenir la trêve.

OLJ/AFP/Guillaume LAVALLÉE
28/08/2019

Tirs de roquettes d'un côté, représailles armées de l'autre, et pluie de dollars livrés par le Qatar : la bande de Gaza est le théâtre d'un intrigant et dangereux ping-pong militaire à l'approche des élections en Israël.

Jeudi soir dernier, à Gaza City, sur les terrasses de bord de mer, entre les échos de pop arabe un sujet de discussions plus sérieux s'impose : les valises pleines de billets qui doivent inonder l'enclave palestinienne dans les prochaines heures ou journées. Dans le cadre d'un accord de trêve négocié par des responsables de l'ONU et de l'Egypte, le Qatar, émirat du Golfe qui entretient des relations privilégiées avec le Hamas et maintient des contacts avec Israël, livre des millions de dollars d'aide chaque mois aux Gazaouis. Mais Israël tardait récemment à approuver l'entrée de l'argent à Gaza.

Pour faire monter la pression sans faire capoter la trêve, des roquettes ont été tirées de Gaza sans que le mouvement islamiste Hamas ne les revendique, estiment des experts.
"Le Hamas veut envoyer un message à Israël pour mettre en place l'accord et aussi envoyer un message au Qatar et à l'Egypte afin qu'ils fassent pression sur Israël", affirme à l'AFP Jamal al-Fadi, professeur de sciences politiques à l'université de Gaza.

Après un mois d'accalmie, les tirs de roquettes depuis la bande de Gaza, où vivent deux millions de Palestiniens sous blocus israélien et perfusion de l'aide internationale, ont repris mi-août depuis l'enclave palestinienne contrôlée par le Hamas, sans que le mouvement ni son allié du Jihad Islamique ne les revendiquent. A ces tirs s'ajoutent des tentatives d'infiltration en Israël de Palestiniens armés, parfois même de lance-roquettes. A chaque fois, Israël réplique, soit en ouvrant le feu sur les hommes qui tentent de franchir la barrière de sécurité, soit en bombardant des "sites" du Hamas, qu'il tient pour responsable des tirs de roquettes en tant que maître de Gaza.

"C'est le jeu du chat et de la souris", soutient M. al-Fadi, pour qui tant le Hamas que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ont besoin de maintenir la trêve. Les premiers veulent se servir des élections pour accélérer la mise œuvre de l'accord de trêve, qui comprend des mesures pour étendre la zone de pêche des Gazaouis en Méditerranée et la livraison d'électricité. Le second veut s'assurer d'une stabilité relative à l'approche des législatives du 17 septembre tout en maintenant l'idée d'une menace gazaouie, dit-il.



(Lire aussi : Doha défend sa politique d’aide à Gaza)



"Jeu dangereux" 
L'envoyé spécial du Qatar, Mohammed el-Emadi, est, lui, arrivé ce week-end à Gaza avec l'équivalent de dix millions de dollars, a-t-il indiqué à l'AFP. Dès dimanche, des milliers de Gazaouis ont fait la queue devant les bureaux de poste de Gaza, où le taux de chômage dépasse 50%, afin de recevoir chacun des billets de 100 dollars.

La distribution terminée, les roquettes ne se sont toutefois pas tues.
Dans la nuit de dimanche à lundi, trois roquettes ont été tirées depuis Gaza, selon l'armée israélienne. Deux ont été interceptées par le bouclier antimissile "Dôme de fer", mais l'une s'est abattue, sans faire de victime, sur une terrain vague près de Sdérot, forçant l'annulation d'un concert.
"C'est un jeu dangereux", dit le Dr Baser Naim, un cadre du Hamas. "S'il y a un blessé ou un mort côté israélien, la situation pourrait changer" et mener à l'escalade, dit-il à l'AFP à Gaza.

Si le Hamas cherche uniquement à faire monter les enchères, les motivations de son allié du Jihad islamique semblent plus belliqueuses, avancent les autorités israéliennes. Certains "éléments" "tentent de déclencher une guerre (...), le Jihad islamique, qui est au service de l'Iran, cherche encore une fois à déstabiliser la région", a affirmé lundi le général Kamil Abu Rukun, chef de l'unité de Coordination des activités du gouvernement israélien dans les Territoires palestiniens (Cogat).

A la suite de tirs près de Sdérot, Israël a réduit de moitié les livraisons de carburant pour Gaza, ce qui se traduira par une réduction du nombre d'heures d'électricité disponible dans l'enclave où le courant se limitait déjà à 10 heures par jour. Et l'échange armé s'est poursuivi mardi: l'aviation israélienne a bombardé un poste du Hamas après le tir d'un obus de Gaza vers Israël.



Pour mémoire
Indignation après l'appel d'un responsable du Hamas à "tuer les juifs"

Le Qatar distribue de l'argent à des familles de Gaza

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Élie FAYAD

La soixante-treizième heure

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement se réunit aujourd’hui, mais la crise de confiance est trop profonde

Commentaire de Anthony SAMRANI

Le réveil d’une nation

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants