X

Économie

Liban : le secteur des carburants menace d’une grève générale jeudi prochain

Taux de change
23/08/2019

Les syndicats des propriétaires de camions-citernes, celui des propriétaires de stations-service et le Rassemblement des sociétés de distribution de carburant ont annoncé hier lors d’une conférence de presse leur intention de se mettre en grève jeudi prochain 29 août, « dans toutes les régions », pour protester contre les difficultés qu’ils rencontrent pour convertir leurs livres libanaises en dollars.

Selon la déclaration lue par Ibrahim Sarhini, président du syndicat des propriétaires de camions-citernes, « le grand problème est que nous – distributeurs, transporteurs et stations-service – vendons en livres, mais devons payer (les fournisseurs) en dollars ». Les syndicats pointent notamment du doigt les taux de change très élevés pratiqués par certains agents, pouvant dépasser 1 550 livres pour un dollar, alors que le taux fixé par la Banque du Liban est de 1 507,5 livres. Ils ont également annoncé la tenue d’une conférence de presse mercredi prochain pour aborder le sujet.



Conditions resserrées
Selon plusieurs sources bancaires contactées par L’Orient-Le Jour, depuis près d’un an, les banques ont resserré les modalités de conversion de fonds en devises afin de limiter les pressions sur la monnaie nationale – arrimée au billet vert depuis 1997 –, dans un contexte de crise économique et tandis que la situation financière du pays reste précaire. Face à cette situation, les grands fournisseurs de carburants étrangers qui alimentent notamment les stations-service imposent à leurs clients franchisés libanais de régler leurs commandes en dollars. Les propriétaires de stations-service se retrouvent donc obligés de convertir eux-mêmes les livres en dollars, et nombre d’entre eux passent par des bureaux de change, moins regardants sur les conditions mais dont les taux sont beaucoup plus élevés que ceux des banques – qui incluent leurs marges et grimpent plus modérément jusqu’à 1 518 livres.

Si, depuis quelques semaines, les rumeurs concernant un éventuel décrochage de la livre se sont multipliées, plusieurs responsables, banquiers et économistes estiment que ce scénario n’est pas d’actualité, à l’image de Louis Hobeika, professeur d’économie à l’Université Notre-Dame de Louayzé, ou de l’ancien vice-gouverneur de la BDL, Ghassan Ayache, cités tous les deux par le Daily Star hier.

Les grèves en mai dernier d’autres acteurs professionnels, employés des douanes, avaient provoqué de longues files d’attente devant les stations d’essence, de peur d’une pénurie de carburants.


Pour mémoire
Reprise des livraisons d'essence ce matin dans les stations-service libanaises


À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.E

Le chœur des soi-disant spécialistes qui passent leur temps à rassurer est irresponsable et me fait penser à celui des cadres du Parti Communiste Soviétique qui promettait que le prix du pain n'augmenterait pas. Oui bien sûr sauf qu'il n'y avait pas de pain au prétendu prix officiel et que la seule certitude était la queue pour finalement ne pas en obtenir. Oui la livre est stable et sûre, mais à condition de vouloir la garder.

Eddy

Pianissimo, allegro, forte.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

VENDRE EN L.L. ET PAYER LES FOURNISSEURS EN DOLLARS EST UNE RAISON VALABLE POUR PROTESTER.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants