X

Économie

Des contrats pétroliers de 3,6 milliards de dollars accordés par Adnoc

Émirats

Ces contrats s’inscrivent dans un programme d’investissement visant à augmenter les capacités de production énergétique du pays.

22/08/2019

Le géant de l’énergie des Émirats arabes unis, Abu Dhabi National Oil Co (Adnoc), a annoncé hier avoir attribué des contrats pour des travaux de forage à trois sociétés, d’une valeur de 3,6 milliards de dollars, afin de développer la production de pétrole et de gaz. Les contrats ont été accordés à Consolidated Suppliers Establishment représentant le luxembourgeois Tenaris, Abu Dhabi Oilfield Services Company, représentant le français Vallourec, et Habshan Trading Company, représentant le japonais Marubeni Corporation.

Ces contrats portent sur la fourniture d’un million de tonnes de matériel de tubage de puits pour les cinq prochaines années afin de soutenir les activités de forage d’Adnoc, a indiqué la société dans un communiqué. Il s’agit des premiers contrats conclus dans le cadre d’un plan d’approvisionnement de matériels de forage qui s’étend sur cinq ans et qui se monte à 15 milliards de dollars.

Les accords s’inscrivent plus largement dans un programme d’investissement de l’ordre de 132 milliards de dollars destinés à renforcer la capacité de production du pays. Adopté en novembre 2018 par le Conseil suprême du pétrole des Émirats arabes unis, le programme vise à porter la capacité de production pétrolière de l’émirat à quatre millions de barils par jour (mbj) en 2020 et à cinq mbj en 2030. La capacité actuelle est de 3,3 mbj. Le plan comprend également une stratégie gazière dans le but de « devenir autosuffisant et exporter ».


(Pour mémoire : L’émirati Adnoc signe un accord de 4 milliards avec les américains BlackRock et KKR)


Tensions régionales

Adnoc, l’entreprise publique émiratie, est l’un des plus grands conglomérats pétroliers nationaux. Elle a signé ces dernières années une série d’accords avec de grandes compagnies pétrolières internationales de différentes régions afin d’attirer des fonds et des compétences puis stimuler la production de pétrole brut et de gaz naturel, ainsi que la capacité de raffinage. Derniers en date les plus marquants : des accords avec la société étatique indonésienne Pertamina, mais également avec l’entreprise chinoise Wanhua Chemical Group, signés par Mohammad ben Zayed lors d’une tournée du prince en Asie la fin du mois dernier.

Adnoc avait également annoncé, lors d’une visite à Séoul du prince héritier en février dernier, avoir conclu un accord avec la société sud-coréenne SK Engineering pour la construction d’importantes installations d’entreposage souterraines sur la mer d’Arabie. Le site de stockage est situé dans l’émirat oriental de Fujaïrah, évitant ainsi le détroit d’Ormuz, que l’Iran menaçait déjà de bloquer. Les tensions entre le pays, victime de sévères sanctions américaines, soutenues par Abou Dhabi et son principal allié, l’Arabie saoudite, n’ont fait qu’augmenter ces derniers mois avec les États-Unis et les puissances de la région.

Les Émirats arabes unis doivent en effet gérer plusieurs dissenssions régionales et misent sur leur compagnie Adnoc pour trouver des solutions techniques. Abou Dhabi, l’un des sept émirats, détient plus de 90 % des réserves de pétrole de la fédération, estimées à 98 milliards de barils de pétrole brut. Mais à ce jour riches en pétrole, les Émirats importent encore une partie de leurs besoins en gaz du Qatar, un autre voisin avec lequel ils sont en froid, les relations diplomatiques entre les deux pays étant rompues depuis deux ans.


À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ON DIT QUOI ?

Bâti sur du sable mouvant.

Saddam avait pris Koweït en 6 heures.

Le seul pays du golfe qui pourrait défendre ses ressources reste l'Iran NPR. L'ignorer est une grave maladie des neurones.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SANS LE PETROLE ET LE GAZ QUI GISENT DANS LES ENTRAILLES DE LEURS TERRES TOUS CES PAYS DU GOLFE IRAN INCLUS SERAIENT ENCORE DES DESERTS OU LES CHAMEAUX NAVIGUENT.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants