X

Campus

« L’innovation est au cœur de mon travail dans le secteur des télécommunications »

PARCOURS

Rana Abbas travaille sur des solutions nouvelles pour améliorer le quotidien.

Carole AWIT | OLJ
10/08/2019

« L’idée de porter une blouse blanche, de faire des recherches et d’inventer des choses nouvelles me faisait rêver quand j’étais enfant », confie Rana Abbas, aujourd’hui âgée de 28 ans. Née en Australie et ayant grandi au Liban, c’est vers la fin de son adolescence que cette férue de sciences et de mathématiques se passionne en particulier pour la physique quantique. « Je passais une partie de mon temps libre à lire les écrits de Stephen Hawking et, grâce au soutien de mon lycée, j’ai eu la chance de passer deux semaines à l’Institut Périmètre de physique théorique à Waterloo, au Canada. Ainsi, j’ai pu prendre connaissance des programmes de formation qui sont proposés dans ce prestigieux centre de recherche scientifique, de formation et de diffusion des connaissances en physique théorique fondamentale », raconte la jeune docteure en télécommunications, qui à l’époque a préféré suivre des études supérieures au pays du Cèdre. Comme la spécialisation qui la passionne ne figure pas au programme des universités au Liban, la bachelière opte en 2009 pour des études de génie électrique à l’Université de Balamand (UOB) qu’elle achèvera avec d’excellents résultats en 2012. « J’ai décidé de poursuivre dans la foulée ma formation en Australie, à l’Université de Sydney. Après un master en génie électrique, j’y ai obtenu en 2018 mon doctorat en télécommunications », poursuit Rana Abbas. Durant son parcours, la brillante doctorante bénéficie d’une bourse d’études que lui octroie son université. En 2017, elle reçoit le prix du meilleur article scientifique sur l’internet des objets, lors du Symposium international sur les communications personnelles, intérieures et radio mobiles (IEEE – PIMRC) tenu à Barcelone. En tant que spécialiste des télécommunications, la jeune femme est destinée à trouver des solutions pour permettre aux gens de communiquer, d’accéder aux sources d’information, stocker, produire et transmettre l’information sous différentes formes par le biais des télécommunications, de la téléphonie, de l’informatique, des multimédias et d’internet.

Des solutions innovantes pour améliorer le quotidien

En s’engageant dans cette voie académique et professionnelle, Rana Abbas choisit donc de s’attarder au quotidien sur les améliorations continues et les défis futurs nécessaires pour maintenir et améliorer les systèmes de télécommunications. Dans sa thèse de doctorat, elle se penche sur la question du développement des techniques de télécommunication pour traiter le problème de l’accès multiple à des ressources limitées, des communications de type machines massives. L’objectif de la jeune femme est alors de s’orienter principalement vers l’enseignement académique et la recherche.

« Comprendre des idées et des notions complexes ne signifie pas nécessairement que vous êtes capable de transmettre votre savoir aux autres. Enseigner est tout un art et surtout, pour moi, il s’agit d’une vocation », avoue la jeune docteure. Conférencière depuis trois semestres à l’Université de Sydney, Rana Abbas travaille essentiellement sur l’étude des principes fondamentaux qui doivent être pris en compte lors de l’élaboration d’une stratégie pour l’internet des objets (IoT).

L’innovation est également au centre du travail de celle qui est employée au sein du groupe Engineering Excellence, la branche de recherche et de développement de l’entreprise de construction Laing O’Rourke en Australie, qui propose des solutions innovantes aux problèmes quotidiens dans le secteur de la construction. « Ce qui est stimulant, c’est qu’il s’agit de trouver des solutions applicables sur le terrain, elles peuvent concerner par exemple les achats, la robotique et l’internet des objets (IoT). Je travaille particulièrement sur la connexion de données LiDAR avec des données numériques, principalement BIM. En d’autres termes, je développe des algorithmes intelligents permettant de suivre les progrès et l’ampleur des travaux dans un chantier pour fournir des informations utiles aux ingénieurs. Cette initiative contribue également au contrôle et à l’assurance de la qualité du travail en permettant de déterminer si ce qui est en cours de construction répond aux normes requises », explique Rana A

Si elle a trouvé pleinement sa place en Australie, Rana Abbas ne désespère pas de pouvoir un jour s’établir au Liban et de mettre son expertise au service des citoyens. Photo DR

bbas.S’engager dans la recherche et dans des études longues n’est pas chose facile mais c’est, selon la jeune femme, un risque à prendre pour aller plus loin dans la vie. Si elle a trouvé pleinement sa place en Australie, Rana Abbas ne désespère pas de pouvoir un jour s’établir au Liban et de mettre son expertise au service de la population.

Loin de se reposer sur ses lauriers, la docteure en télécommunication cherche continuellement à développer et mettre à jour ses connaissances. Selon elle, le secret de toute réussite réside dans la prise d’initiative et dans l’audace. « Repérez vos points forts, ce qui vous rend unique, et engagez-vous dans cette voie. Si vous avez un bon projet auquel vous croyez et qui vous passionne, veillez à le développer et à vous entourer d’une équipe qui vous aidera à concrétiser votre rêve. Le monde a plus que jamais besoin de projets ambitieux et innovants », lance-t-elle enfin à l’intention des jeunes.


À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les signatures du jour

Impression de Fifi ABOU DIB

Cartables

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants