X

Idées

Cryptomonnaies : le casse du siècle

Point de vue
27/07/2019

Il existe une bonne raison pour que tous les pays civilisés régulent strictement leur système financier. La crise globale de 2008, après tout, a largement été causée par le laisser-faire et la régression réglementaire. Escrocs, délinquants et filous font partie de la vie, et aucun système financier ne peut remplir sa fonction sans en protéger les investisseurs.

D’où les régulations, qui stipulent que les titres cotés doivent être enregistrés, que les prestations de services monétaires sont soumises à une autorisation, que la réglementation bancaire comporte un volet de lutte contre le blanchiment et une clause de vérification de l’identité de la clientèle (« Know your Customer », en anglais – KYC), afin de prévenir l’évasion fiscale et autres flux financiers illicites, et que les gérants de fonds doivent servir les intérêts de leurs clients. Ces lois et dispositions réglementaires protégeant les investisseurs et la société, les coûts liés à leur mise en œuvre et à leur respect sont raisonnables et justifiés.



« Cryptoland » dérégulé
Mais tel qu’il fonctionne aujourd’hui, le régime réglementaire ne contrôle pas toute l’activité financière. Des cryptomonnaies sont sans cesse émises et échangées, hors d’atteinte de l’activité officielle de contrôle financier. Résultat, un « cryptoland », devenu un vaste casino dérégulé, où se déchaîne librement la délinquance.

Il ne s’agit pas de simples conjectures. Certains des crypto-acteurs les plus importants sont ouvertement impliqués dans une illégalité systématique. Prenons l’exemple de BitMEX, une Bourse non régulée de cryptodérivés, qui brasse mille milliards de dollars, domiciliée aux Seychelles, mais active dans le monde entier. Son PDG, Arthur Hayes, vante publiquement un modèle économique qui consiste à revendre à des « joueurs invétérés » (en l’occurrence des petits porteurs ignorants) des cryptodérivés avec un levier de 100 pour un. Soyons clairs : avec un tel levier, même une variation de 1 % du prix des actifs peut déclencher un appel de marge et anéantir tout ce qu’aura investi l’heureux « joueur ». Pis, BitMEX réclame des honoraires exorbitants sur la vente et l’achat de ses instruments toxiques, puis prend encore un morceau du gâteau en siphonnant les économies de ses clients pour approvisionner un « fonds de liquidation », probablement plusieurs fois supérieur à ce qui serait nécessaire pour faire face au risque de contrepartie. Des gens de la maison m’ont révélé que cette cryptobourse était quotidiennement utilisée pour du blanchiment d’argent à grande échelle, que ce soit par des terroristes ou par des fraudeurs de Russie, d’Iran et d’ailleurs. La plateforme ne fait rien pour y mettre un terme, puisque ses profits sont indexés sur les transactions qui s’y opèrent.

Comme si cela ne suffisait pas, BitMEX dispose aussi de sa propre table de négociation (à but lucratif, soi-disant pour assurer la tenue du marché), accusée de délits d’initié vis-à-vis de ses propres clients ! Hayes s’en est défendu, mais comme BitMEX est totalement déréglementé, il n’existe aucun audit indépendant de ses comptes. Quoi qu’il en soit, nous savons que BitMEX contourne aussi bien les dispositions réglementaires que celles qui concernent l’identité de la clientèle. Bien que la société prétende ne pas représenter les intérêts d’investisseurs américains ou britanniques, soumis à ces réglementations, sa méthode de « vérification » est pour le moins faillible, puisqu’elle repose sur le contrôle de l’adresse IP, qui peut être aisément maquillée avec une simple application de réseau virtuel privé. Hayes a pourtant défié quiconque de le poursuivre aux Seychelles, sachant bien qu’il opère dans une zone d’ombre juridique.

Au début de ce mois, lors d’un débat avec Hayes, j’ai dénoncé son entourloupe. Mais il avait sans que je le sache acheté aux organisateurs de la conférence les droits d’exclusivité sur l’enregistrement vidéo, dont il a refusé, pendant une semaine, la diffusion in extenso, lui préférant des extraits soigneusement choisis à son avantage. Je suppose que ce genre de pratique est monnaie courante chez les crypto-escrocs, mais il est paradoxal que quelqu’un prétendant faire de la « résistance » à la censure soit devenu, dès lors que sa combine était menacée, son incarnation même. Finalement, vilipendé par ses propres partisans, il a divulgué la vidéo.



(Lire aussi : Le G7 Finances fait un pas vers la taxation des géants du numérique)



Manipulation des prix endémique
Le jour même où nous débattions, la Financial Conduct Authority britannique proposait d’interdire purement et simplement aux petits porteurs les crypto-investissements à risque. Mais sauf réponse concertée des dirigeants politiques, les petits investisseurs attirés par les transactions cryptées continueront de se faire avoir. La manipulation des prix est endémique dans tous les échanges cryptés, en raison des mécanismes de « pump and dump » (acheter des actifs en grosse quantité pour faire monter les cours puis s’en défaire brusquement, NDLR), des achats purement spéculatifs (« wash trading »), des reventes ou des achats intempestifs de titres afin de manipuler les cours (« spoofing »), des délits d’initiés et de diverses formes d’opérations frauduleuses. Une étude publiée en mars dernier par la société Bitwise Asset Management affirme que jusqu’à 95 % de l’ensemble des transactions réalisées en Bitcoin sont factices, ce qui laisse penser que la fraude n’est pas l’exception, mais bien la règle.

Les échanges cryptés ont créé une industrie de plusieurs milliards de dollars, qui dépasse largement celle des titres proprement dits, puisqu’y prolifèrent propagandistes et opportunistes qui y vont de leurs livres de conseils financiers pour fourguer cette « monnaie de pacotille », sans compter les lobbyistes en quête de nouvelles exemptions réglementaires. Derrière tout cela est en train de naître une vaste combine criminelle, à faire rougir de honte (ou d’envie) la Cosa Nostra.

Il est temps que la force publique intervienne. Jusqu’ici, les autorités de régulation se sont endormies à la tâche et le cryptocancer s’est métastasé. Selon une autre étude, publiée en juillet 2018 par le Satis Group, 80 % des « émissions de cryptomonnaie » en 2017 relevaient de l’escroquerie. La moindre des choses serait que Hayes et tous ceux qui recourent aux mêmes combines dans des paradis fiscaux fassent l’objet d’une enquête, avant que de nouveaux petits porteurs soient poussés à la ruine par millions. Le secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin, pourtant peu suspect de sympathie envers la régulation financière, a reconnu lui-même, lors d’un séminaire tenu en juin dernier en Floride, qu’on ne peut permettre aux cryptomonnaies de « devenir l’équivalent de compte chiffrés », qui sont depuis longtemps l’apanage des terroristes et des criminels.

Traduction François Boisivon.

Copyright : Project Syndicate, 2019.


Par Nouriel ROUBINI

Président de Roubini Global Economics et professeur d’économie à la Stern School of Business à l’université de New York.



Lire aussi
Mise en garde de Washington contre la libra de Facebook

Difficile de « liker » la cryptomonnaie de Facebook

Le bitcoin au-dessus de 10.000 dollars pour la première fois depuis mars 2018

La BDL pourrait lancer une cryptomonnaie locale en 2019


À la une

Retour au dossier "Idées"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La visite du ministre des AE turc à Beyrouth, un timing sensible

Un peu plus de Médéa AZOURI

Les ami(e)s de mes ami(e)s

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.