X

Liban

Face à la colère palestinienne, Abousleiman répond par des gestes d’apaisement

Permis de travail

« Tout le monde doit obéir à la loi. Mais je suis prêt à assouplir certaines des conditions », déclare le ministre du Travail à « L’OLJ ».

16/07/2019

Les réfugiés palestiniens étaient sur le qui-vive hier, après que le ministère du Travail a lancé il y a quelques jours une campagne de fermeture de commerces détenus illégalement par des étrangers ou employant des ouvriers non libanais qui ne possèdent pas de permis de travail. Le ministère a pour sa part défendu son plan relatif à la lutte contre la main-d’œuvre étrangère illégale et démenti les informations selon lesquelles les Palestiniens sont la cible de ce plan.

Contacté par L’Orient-Le Jour, le ministre du Travail, Camille Abousleiman, a assuré que les mesures prises par son ministère ne sont dirigées contre personne mais qu’il est nécessaire d’appliquer la loi. Il s’était réuni plus tôt dans la journée avec le président du comité de dialogue libano-palestinien, l’ancien ministre Hassan Mneimné, ainsi qu’avec l’ambassadeur de Palestine à Beyrouth, Achraf Dabbour.

« Je leur ai expliqué qu’il n’y avait pas de décision prise à l’encontre des Palestiniens. Mais on ne peut pas faire d’exceptions. Tout le monde doit obéir à la loi. En revanche, je leur ai dit que j’étais prêt à assouplir certaines des conditions pour l’obtention des permis de travail, à condition qu’ils adoptent une attitude marquée par le calme et le dialogue », a déclaré M. Abousleiman, dans une critique claire aux manifestations ayant eu lieu hier matin dans les camps de Bourj el-Chamaly et Rachidiyé. À noter qu’une grève est prévue aujourd’hui dans les camps palestiniens de Saïda, notamment celui de Aïn el-Héloué.


(Pour mémoire : Aucune complaisance envers les personnes embauchant illégalement des étrangers, affirme Abousleiman)


Appui de Bou Faour

« Je n’ai pas compris l’utilité des manifestations dans les camps palestiniens, a d’autre part relevé le ministre du Travail à L’OLJ. Il n’y a rien qui soit dirigé contre eux. J’ai même défendu la cause palestinienne lors de la conférence de Genève (en juin dernier). La loi ne peut pas être appliquée uniquement aux Libanais dans le pays, il faut qu’elle s’applique aussi aux Palestiniens. »

Mercredi dernier, le ministre du Travail avait affirmé que le ministère ne ferait preuve d’aucune complaisance à l’égard des personnes embauchant de manière illégale des étrangers, alors que le délai accordé aux entreprises employant des non-Libanais pour finaliser les permis de travail de ces derniers expirait ce jour-là.

Le ministre de l’Industrie, Waël Bou Faour, a pour sa part appelé hier, à l’issue d’une réunion avec M. Abousleiman, à ce que les « Libanais soient embauchés en priorité ». « Le plan du ministère du Travail est un plan national loin de tout racisme », a ajouté M. Bou Faour.

« Travailler pour subsister »

« Les Palestiniens veulent juste travailler pour subsister et nourrir leurs familles », a pour sa part déclaré l’ambassadeur palestinien Achraf Dabbour, à l’issue de sa réunion avec le ministre du Travail. « Nous demandons qu’il y ait adoption de mesures pratiques, en coopération avec le comité de dialogue libano-palestinien, pour amoindrir les souffrances des Palestiniens et leur garantir le droit de travailler selon les lois en vigueur. Ces lois exemptent les Palestiniens nés au Liban et ceux nés de mère libanaise de ces mesures (concernant l’obtention des permis) », a-t-il souligné.

Hassan Mneimé, président du comité de dialogue libano-palestinien, a pour sa part dénoncé, dans un entretien avec L’OLJ, certaines conditions qui rendent l’obtention des permis de travail difficile. « Une loi votée en 2010 a annulé les frais pour obtenir des permis de travail pour les Palestiniens, mais certains obstacles subsistent. Il faut d’abord avoir un contrat avec l’employeur qui est lui-même obligé de souscrire à la Sécurité sociale, ce qu’il ne fait pas tout le temps. De plus, les patrons palestiniens qui emploient du personnel doivent avoir une garantie de 60 000 $ (quand le capital dépasse 100 millions de livres). Le ministre nous a promis de trouver des solutions », a-t-il déclaré, ajoutant : « L’attribution des permis de travail dépend parfois aussi du bon vouloir de certains fonctionnaires. »

Réagissant à la polémique sur la main-d’œuvre palestinienne, l’ancien ministre Achraf Rifi a appelé le ministre du Travail dans un tweet à « reconsidérer toute décision qui pourrait affecter négativement la vie des Palestiniens », tout en insistant sur le refus de l’implantation. Le député de Saïda et chef du mouvement nassérien Oussama Saad a pour sa part dénoncé hier « des mesures qui portent atteinte à l’identité arabe du Liban », à l’issue d’une réunion avec une délégation palestinienne.

Ziyad Sayegh, expert en politiques publiques et réfugiés, réfute pour sa part les accusations de racisme ou de xénophobie envers les travailleurs palestiniens et plaide pour une application de la loi. « Je ne pense pas que les Palestiniens soient intentionnellement visés par ces mesures. Il s’agit uniquement d’une application de la loi, a déclaré M. Sayegh à L’OLJ. Le problème est qu’il n’y a pas de politique du travail dans le pays. On ne sait pas de quoi on a besoin, ni dans quel secteur. Il faut réfléchir à cela. »

Et M. Sayegh d’ajouter : « M. Abousleiman est issu d’un milieu juridique et il est connu pour son respect des droits de l’homme. Il reste à voir la méthode qui va être mise en place pour faire respecter la loi. Nous avons une chance, avec ce ministre, de pouvoir développer une véritable politique du travail. Il faut également lancer le dialogue entre les patrons et les ouvriers et unifier l’inspection au sein des institutions et des ministères. »



Pour mémoire
Abousleiman aux industriels : Pour chaque étranger embauché, employez trois Libanais

La hausse des frais de permis de travail adoptée en commission


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

C- F- Contributions et Interprétations

J’ai consulté des économistes confirmés, toutes ces ponctions ne réduisent pas beaucoup le déficit, mais à chacun son idée…

C- F- Contributions et Interprétations

…""à ce que les « Libanais soient embauchés en priorité »"".. D’abord, je suis pour le maintien des dispositions particulières envers les Palestiniens, et qu’on ne touche pas au plus démunis, qu’il soit Libanais ou non. Qu’on ne vienne pas nous rappeler que tout le monde doit mettre la main à la poche pour sauver les finances avant la déroute… Cet argument ne tient pas debout…Soyons de bon cœur et disons que si ces ponctions s’avèrent utiles, pour se conformer à (CEDRE), on peut malheureusement rappeler le chiffre effrayant de Libanais et non qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté… Pour les permis de travail et autres dépenses, l’ambassade de Palestine peut intervenir, et j’entends les ricanements, qu’on ne veut plus de personne pour intervenir dans nos législations, quand ces mêmes Palestiniens ne respirent pas bien financièrement. Alors là, on est dans ce qu'on appelle "catch 22". Vous ajoutez ce qu’on a lu hier sous la plume de P. Khoder sur le surréalisme des Libanais avec leurs "voisins" et vous aurez un cocktail des plus explosifs. Là j’ai une idée géniale : comme on est dans un pays qui délivre des amnisties comme des permis de conduire, on peut imaginer encore une nouvelle aavec un prélèvement ( et qu’on s’assure qu'il rentre dans les caisses de l’Etat) sur les empiètements et les infractions sur loi du batiment. Une façon juste et compréhensible de rendre aux propriétaires leurs biens, comme à César ce qui lui appartient…

Chucri Abboud

Liban d'abord , bien sûr !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,INCOMPETENCE A L,HONNEUR DANS TOUS LES MINISTERES.

LA VERITE

« L’attribution des permis de travail dépend parfois aussi du bon vouloir de certains fonctionnaires. »

CELA VEUT DIRE COMBIEN LE FONCTIONNAIRE DEMANDE POUR LE DELIVRER
UN SYSTEME HONTEUX QUI FAVORISE LA CORRUPTION A TOUS LES NIVEAUX. UNE LOI EST UNE LOI OU BIEN LA PERSONNE Y A DROIT OU PAS ,CELA NE PEUT PAS ETRE AU BON VOULOIR D'UN FONCTIONNAIRE

leur garantir le droit de travailler selon les lois en vigueur. Ces lois exemptent les Palestiniens nés au Liban et ceux nés de mère libanaise de ces mesures (concernant l’obtention des permis) », a-t-il souligné.

SI CECI EST CORRECTE
Y A T IL ENCORE UN PALESTINIEN REFUGIE DE 1948 EN MESURE DE TRAVAILLER OU SEULEMENT UN INFIME NOMBRE
TOUS LES AUTRES SONT NES AU LIBAN DONC LA LOI NE LEUR DEMANDE PAS UN PERMIS DE TRAVAIL
OU EST DONC CETTE HYSTERIE? ET QUI ON POURSUIT SI CE N'EST LES PATRONS LIBANAIS QUI NE VEULENT PAS LES INSCRIRE A LA SECURITE SOCIALE POUR NE PAS PAYER DES TAXES. OUI CEUX LA DEVRAIENT ETRE POURSUIVI PAR LA LOI ET PAS LES JEUNES PALESTINIENS A QUI LA LOI PERMET DONC DE TRAVAILLER SANS PERMIS

AMENDER LA LOI ET METTEZ TOUT LE MONDE SUR LE MEME DIAPASON COMME DIRAIT MR BASSIL, LE PALESTINIEN, LE FRANCAIS , LE SEOUDIEN ETC...

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants