X

Liban

Les personnes du 3e âge ont désormais leur « Oasis de vie » au cœur de Beyrouth

Social

La cérémonie d’inauguration de cette maison de retraite s’est tenue hier à Achrafieh, en présence du chef de l’État.

Yara ABI AKL | OLJ
02/07/2019

Un centre de soins pour les personnes du troisième âge au cœur de Beyrouth. Tel était le rêve de Roger Nasnas, président de l’Association grecque-catholique de bienfaisance de Beyrouth, et de son grand ami l’homme d’affaires Zafer Chaoui.

Motivés par leur détermination à « faire du bien à leur prochain », MM. Nasnas et Chaoui ont œuvré pendant sept longues années pour réaliser ce projet qui leur est si cher. Le centre dont ils ont longtemps rêvé n’est pas une maison de retraite comme les autres. Loin de là. C’est une « Oasis de vie », comme son nom l’indique d’ailleurs, à l’intention des personnes du troisième âge, mais aussi et surtout des malades souffrant d’Alzheimer. Cette maison de retraite fournit à ses patients les soins médicaux, palliatifs et ceux de fin de vie. Elle se propose aussi de venir en aide aux personnes à besoins spéciaux.

L’Oasis de vie est situé à Achrafieh, il s’étend sur 16 000 mètres carrés et sur quinze étages dont neuf souterrains. Il comprend 92 chambres et est capable d’accueillir 131 patients. À ces derniers, il propose un club social pour leur permettre de profiter de moments de loisirs et de plaisir.

Au terme de sept longues années, le centre a enfin été officiellement inauguré lors d’une cérémonie qui s’est tenue hier en son siège à Beyrouth, en présence du président de la République Michel Aoun, du patriarche grec-catholique Youssef Absi, mais aussi de l’archevêque grec-catholique melkite de Beyrouth et de Jbeil, Mgr Georges Bakaouni, ainsi que de MM. Nasnas et Chaoui, aux côtés de nombre de personnalités politiques, diplomatiques, sociales et du monde de la presse.

Avant la cérémonie officielle, le chef de l’État a eu droit à une visite guidée des locaux du centre, en compagnie du ministre d’État pour les Affaires présidentielles, Salim Jreissati, mais aussi de Mgrs Absi et Bakaouni, ainsi que de Roger Nasnas et Zafer Chaoui.

Prenant la parole au début de l’événement, Camille Menassa, secrétaire général de l’Association de bienfaisance grecque-catholique, s’est félicité du fait que le chef de l’État « œuvre pour rendre au Liban son rôle d’oasis de vie, de paix, de liberté et de sécurité ». « Les résultats de vos efforts commencent à se faire sentir, en dépit des obstacles locaux et internationaux. Et nous espérons qu’ils jetteront les bases d’un avenir meilleur », a déclaré M. Menassa à l’adresse de Michel Aoun.



(Lire aussi : Oasis de vie, un nouveau centre du troisième âge à Achrafieh)



« Une initiative à l’intention de tous les Libanais »
Puis c’était au tour de Roger Nasnas de prononcer son allocution. Il s’est lui aussi félicité de la présence de M. Aoun, dans la mesure où « elle reflète l’importance qu’il accorde aux questions d’ordre social et humanitaire ». Remerciant le patriarche Absi et tous ceux qui ont contribué à la mise sur pied de ce centre, Roger Nasnas n’a pas manqué de rappeler que ce qu’il perçoit comme son « rêve » était aussi celui de Nemr et Marie Hebbé qui ont légué à l’association les terrains pour l’édification du centre. Et de souligner qu’à leur tour, les familles de feux Basile Yared et Antoine Mecattaf et celle d’Élias Chaccour ont contribué au projet, tout en remerciant le vice-président du Conseil, Ghassan Hasbani, et Michel Pharaon, ancien député de Beyrouth, mais aussi le mohafez de la capitale Ziad Chébib, pour leurs efforts qui ont permis selon lui à l’Oasis de vie de voir le jour.

« Je suis fier de ce que la communauté grecque-catholique a donné au pays. D’autant que cela va dans le sens de l’intérêt du Liban dans son ensemble », a poursuivi Roger Nasnas, ajoutant : « L’Oasis de vie est une initiative de la communauté grecque-catholique à l’intention de tous les Libanais. Elle est le fruit de la solidarité et concrétise notre volonté de donner au concept de bienfaisance une dimension institutionnelle. » « Cette oasis n’est pas un simple centre de convalescence. Elle est un des piliers du chantier de redressement pour lequel vous œuvrez, et intervient alors que le pays fait face à des défis sociaux et économiques, parce que nous ne sommes pas habitués à nous plaindre, mais à prendre des initiatives », a conclu l’ancien président du Conseil économique et social. Quant à Zafer Chaoui, directeur exécutif de l’asile, il a brièvement exposé les services assurés par le centre, perçu comme « le plus grand projet réalisé jusqu’ici par l’Association grecque-catholique de bienfaisance ». Il s’agit notamment des soins palliatifs et de fin de vie, ainsi que de la physiothérapie et des services cités plus haut. M. Chaoui a insisté sur le fait qu’il s’agit d’un centre à but non lucratif, précisant que le coût du projet s’élève à 25 millions de dollars. Et d’exhorter « tout le monde » à soutenir cette nouvelle institution sur le double plan moral et matériel.


Le Liban message
Enfin, Mgr Youssef Absi a prononcé un discours dans lequel il a estimé que l’Oasis de vie reflète une certaine évolution de l’action de bienfaisance au sein de l’Église grecque-catholique, « dans la mesure où il est désormais question d’une action humanitaire pluridimensionnelle visant à satisfaire les besoins sociaux à l’heure actuelle. Et cela va au-delà de l’asile pour personnes âgées dans sa conception traditionnelle ». Rendant hommage aux initiateurs de ce projet, le patriarche grec-catholique a insisté sur l’importance d’assurer la pérennité de l’Église à travers les nouvelles générations.

Et de conclure : « Si nous évoquons aujourd’hui le centre Oasis de vie, nous n’oublions pas que le Liban est un oasis de vie tant pour ses citoyens que pour ceux qui le visitent. Et c’est là que se manifeste le Liban message tel qu’évoqué par le pape Jean-Paul II. Et c’est ce Liban pour lequel œuvre le président Aoun : un pays où se rencontrent civilisations et cultures. »



Pour mémoire 

L’espérance de vie et les défis sanitaires qu’elle pose

Consécration d’une église dans le centre Oasis de vie

« Oasis de vie – Fondation Marie Hebbé », un projet de l’Association grecque-catholique de bienfaisance


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Algérie, Irak, Liban : la question du compromis

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants