Rechercher
Rechercher

Des toiles et des histoires

« Tariq ech-Cham » d’Huguette Caland

Huguette Caland, « Tariq ech-Cham », 2010, technique mixte sur toile, 205 x 146 cm. Collection Richard Haykel.

Tariq ech-Cham (Rue de Damas, en français) est une toile d’Huguette Caland peinte en 2010. Richard Haykel son acquéreur en est tombé amoureux lorsqu’il l’a vue il y a quelques années à la galerie Janine Rubeiz à Beyrouth. « Dès que j’ai vu la toile, elle m’a attiré. Ses couleurs, son contenu… » se remémore-t-il. La toile (205 x 146 cm) occupe seule un pan de mur de sa maison. Le style unique de l’artiste est reconnaissable, mais cette fois, hormis sa technique mixte sur toile, ce sont des messages parsemés qu’elle a écrits de sa main et qui content son amour pour Beyrouth ; sa frustration aussi. « Beyrouth a le cancer », « Le début de la fin », mais aussi « Beyrouth qui sentait bon » ne sont que quelques-unes des phrases que l’ont peut lire sur la toile.

« Quand je ferme les yeux, je me vois flâner dans le Beyrouth poétisé de l’artiste », avoue le propriétaire de l’œuvre. Car Huguette Caland a réinventé à coups de pinceau les champs d’orangers, la mer, les maisons à la toiture en briques rouges, les barques de pêcheurs ; autant d’éléments qui cristallisent cette ville portuaire porteuse de toutes les possibilités et de tous les maux. En atteste cette infâme ligne de démarcation qui scinde le tableau en deux parties. « Tous les jours, je découvre de nouveaux éléments sur la toile », explique Richard Haykel, qui estime que Tariq ech-Cham « est une des plus belles toiles qui aient été peintes sur Beyrouth. »




« J’aurais voulu pouvoir la remercier », avoue-t-il en parlant de l’artiste dont la cote ne faiblit pas. En effet, force est de rappeler que, lors de la dernière vente aux enchères consacrée aux artistes du Moyen-Orient organisée par Sotheby’s au début du mois de mai, une toile d’Huguette Caland avait été adjugée 243 000 dollars. La pièce de 1973 avait été la meilleure vente de la soirée, après une toile de l’artiste irakien Mahmoud Sabri, vendue à 1,15 million de dollars.



Tariq ech-Cham (Rue de Damas, en français) est une toile d’Huguette Caland peinte en 2010. Richard Haykel son acquéreur en est tombé amoureux lorsqu’il l’a vue il y a quelques années à la galerie Janine Rubeiz à Beyrouth. « Dès que j’ai vu la toile, elle m’a attiré. Ses couleurs, son contenu… » se remémore-t-il. La toile (205 x 146 cm) occupe seule un pan de...

commentaires (0)

Commentaires (0)