Gouvernement

Les nominations, prochaine bataille de Gebran Bassil

Les FL se disent déterminées à faire face aux tentatives aounistes de « monopoliser » les postes chrétiens.

Le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil. Photo d'archives. REUTERS/Remo Casilli

La rencontre tenue mercredi à Baabda entre le président de la République, Michel Aoun, et le Premier ministre, Saad Hariri, a calmé les esprits entre les deux piliers du compromis présidentiel, à savoir le Courant patriotique libre et le courant du Futur, même si la page des récentes secousses qu’a subies l’entente élargie de 2016 ne semble pas encore définitivement tournée. Il n’en reste pas moins que le CPL se prépare déjà pour la prochaine bataille en Conseil des ministres : les nominations administratives, notamment à la tête de Télé-Liban.

Bien au-delà de l’importance politique des nominations gelées depuis des mois, la bataille prévue en Conseil des ministres est notable dans la mesure où elle devrait principalement opposer le parti de Gebran Bassil aux Forces libanaises, sachant que les rapports entre les deux piliers de la réconciliation interchrétienne sont en dents de scie depuis plusieurs mois. Elle intervient aussi à l’heure où les réseaux sociaux n’en finissent pas de s’enflammer contre le CPL et son chef, entre autres chez les partisans de Samir Geagea, déchaînés après le silence radio observé par les milieux aounistes à la suite des échauffourées ayant opposé l’armée à des éléments recherchés par la justice à Baalbeck, dans la nuit de lundi à mardi.



(Lire aussi : L’accalmie consolidée par Aoun et Hariri... en attendant des « actes concrets »)


Télé-Liban

Quoi qu’il en soit, chez les FL, on se dit conscients de l’ampleur des batailles prévues au sein du gouvernement. Déjà les propos tenus lundi dernier par le leader du parti, Samir Geagea, rappelant à M. Bassil qu’il ne détenait pas le monopole de la représentation chrétienne, avaient donné le ton. Contacté hier par L’Orient-Le Jour, un cadre FL affirme que sa formation mènera bataille en Conseil des ministres pour faire barrage aux « tentatives de monopoliser la représentation chrétienne ». « Mais ce qui nous importe le plus reste le fait d’entraver des nominations qui obéiraient à la logique de partage du gâteau qui prévalait lors de la tutelle syrienne. Nous voulons consacrer le principe du respect du mécanisme de nominations, conformément au mérite et aux compétences des personnes concernées », ajoute ce responsable proche de M. Geagea. « La prochaine querelle ne causera pas l’implosion du cabinet, parce que personne n’a intérêt à torpiller le compromis politique élargi de 2016 », assure-t-il cependant. Le même cadre souligne que le dossier des nominations était, entre autres, au menu de l’entretien, hier, de Saad Hariri avec Melhem Riachi, ancien ministre de l’Information, dépêché par M. Geagea au Sérail. Était présent Ghattas Khoury, conseiller politique du Premier ministre.

S’exprimant à l’issue de la rencontre, M. Riachi a fait savoir que la discussion a porté sur les derniers développements sur la scène locale, ainsi que sur l’approbation du budget en Conseil des ministres. Il a insisté sur l’importance de « préserver la stabilité et maintenir la politique de distanciation du Liban par rapport aux développements régionaux ». Et de souligner que les discussions se poursuivront dans les prochains jours.


(Lire aussi : En odeur d’insanité, l'édito de Issa GORAIEB)



Pour en revenir au train de nominations, des milieux proches des FL estiment qu’une importante querelle devrait porter sur le poste de PDG de Télé-Liban (réservé aux grecs-catholiques) auquel le CPL est toujours attaché.

À leur tour, les milieux du CPL semblent déterminés à affronter les FL. Un proche du parti qui a requis l’anonymat déclare à L’OLJ : « Les FL nous attaquent depuis plus d’une semaine sur fond des prochaines nominations. Et il est évident qu’elles se préparent pour ce combat. » « Il est normal que chacun tente de propulser le maximum de partisans possible au sein l’administration », dit-il sans vouloir se prononcer au sujet de Télé-Liban.


(Lire aussi : CPL-Futur : Aoun rectifie le tir et redynamise le compromis présidentiel)


Hariri-Bassil

En attendant, les regards restent braqués sur le leader du CPL, dans la mesure où des observateurs s’attendent à une prochaine rencontre entre Saad Hariri et Gebran Bassil, pour consacrer le climat d’accalmie distillé à la faveur de la rencontre de Baabda. Mais aussi bien les milieux haririens que les aounistes minimisent l’impact d’une telle réunion. Selon eux, l’importance devrait être accordée aux deux séances ministérielles prévues la semaine prochaine, en attendant une nouvelle donne qui rendrait utile un entretien entre MM. Hariri et Bassil. D’ailleurs, c’est ainsi que le leader du CPL a résumé hier sa relation avec le Premier ministre : « Mes rapports avec Saad Hariri n’ont pas besoin d’être restaurés. Et je le rencontrerai quand cela est nécessaire », a-t-il déclaré à la MTV en marge de sa visite officielle en Irlande, entamée hier.



Lire aussi

Hariri critique avec virulence Bassil et stigmatise la position du Hezbollah

Le clin d’œil de Bassil aux Kataëb : discours de circonstance ou initiative sérieuse ?

Hariri-Bassil : duel à rebondissements et partenariat obligé

Le CPL et le Futur tentent de calmer le jeu

Le compromis présidentiel vacille une fois de plus...

Tribune : Ne sous-estimons pas la grogne sunnite, par Farès Souhaid


La rencontre tenue mercredi à Baabda entre le président de la République, Michel Aoun, et le Premier ministre, Saad Hariri, a calmé les esprits entre les deux piliers du compromis présidentiel, à savoir le Courant patriotique libre et le courant du Futur, même si la page des récentes secousses qu’a subies l’entente élargie de 2016 ne semble pas encore définitivement tournée. Il...

commentaires (4)

Emmanuel Macron venu de la Banque Rothschild pour se faire élire président de la République française, en profitant du rejet de François Hollande et des erreurs de François Fillon. Pour gouverner, il a proposé des parts du gâteau du pouvoir aux "Les Républicains" et il a réussi. Gébran Bassil est venu de la société civile pour se servir des parts du gâteau, ministère de l'Energie et du ministère des Affaires étrangères, par la grâce de l'Accord de Chiyah, signé par son beau-père, mais cela s'arrêtera là. Il n'a pas l'étoffe pour la suite.

Honneur et Patrie

19 h 49, le 14 juin 2019

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Emmanuel Macron venu de la Banque Rothschild pour se faire élire président de la République française, en profitant du rejet de François Hollande et des erreurs de François Fillon. Pour gouverner, il a proposé des parts du gâteau du pouvoir aux "Les Républicains" et il a réussi. Gébran Bassil est venu de la société civile pour se servir des parts du gâteau, ministère de l'Energie et du ministère des Affaires étrangères, par la grâce de l'Accord de Chiyah, signé par son beau-père, mais cela s'arrêtera là. Il n'a pas l'étoffe pour la suite.

    Honneur et Patrie

    19 h 49, le 14 juin 2019

  • Il est normal que chacun tente de propulser le maximum de partisans possible au sein l’administration », dit-il sans vouloir se prononcer au sujet de Télé-Liban DONC VOILA CLAIREMENT DIT QUE CHAQUE PERSONNE NOMME PAR UN PARTI EST REDEVABLE A CE PARTI ET PAS AU LIBAN IL EST DEVENU DONC NORMAL D'ETRE A LA SOLDE DU PARTI ET PAS POUR LE LIBAN AVEC CETTE MENTALITE FEODALE ,IL NE FAUT PAS S'ETTONNER QUE LES VRAI LIBANAIS QUITTENT LE PAYS ET QUE LES CORROMPUIS ET LES GANGSTERS RESTENT POUR EN PROFITER ENCORE JUSQU'A LA DERNIERE GOUTE DE SON SANG PAUVRE LIBAN AUX MAINS DE GENS SANS MORALE ET ANTI LIBAN EN QUI NOUS VOULONS ENCORE CROIRE POSSIBLE DE VIVRE LIBRE

    LA VERITE

    13 h 24, le 14 juin 2019

  • BATAILLE dites vous ? mais mais, a force d'exercices jobran ne "bataille" plus, il ne fait que s'amuser du reste de la crasse politique .

    gaby sioufi

    13 h 00, le 14 juin 2019

  • QUE DE BULLES DE GAZ SERONT EXHALEES PAR TOUTES LES PARTIES ! ON VA ASSISTER A UN MARATHON DES EXHALAISONS ET DE L,HEBETUDE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 30, le 14 juin 2019