X

Liban

Grand nettoyage des plages libanaises, demain, à l’occasion de la Journée des océans

Environnement

Le ministère de l’Environnement et Live Love Beirut lancent, ce week-end, deux initiatives distinctes : « Save Our Face » et le « mois du clean-up ».


08/06/2019

Voulons-nous laisser en héritage aux générations futures des plages jonchées de déchets de plastique? Pour éviter une telle perspective au Liban, deux initiatives ont été lancées à l’occasion de la Journée mondiale des océans, aujourd’hui. La première est « Save Our Face », menée par le ministère de l’Environnement, et la seconde est le « mois du nettoyage » de Live Love Beirut.

À l’initiative donc du ministère de l’Environnement, les citoyens voulant agir pour l’environnement sont appelés à rejoindre, demain dimanche, l’un des 120 points établis sur le littoral.

Quant à l’opération « Save Our Face », elle se répand depuis un moment déjà sur les réseaux sociaux via des vidéos de personnes se masquant le visage de la main. L’opération doit répondre à une double injonction : d’abord, changer le visage du littoral libanais dont les plages sont depuis trop longtemps envahies de plastique et de déchets en tout genre ; ensuite, sauver le visage du peuple libanais qui, sur les panneaux d’affichage de la campagne, se cache les yeux pour ne plus voir ce bord de mer dégradé. Pour sensibiliser la population à ce désastre écologique, le ministre de l’Environnement, Fady Jreissati, est bien décidé à mener à bien « la plus grande campagne antipollution jamais organisée par le gouvernement », confie-t-il à L’Orient-Le Jour. Si des opérations de nettoyage sont régulièrement lancées par les organisations non gouvernementales afin de contrecarrer l’immobilisme politique à ce sujet, cette fois-ci la convergence des efforts sera à l’honneur. Le ministre assure en effet qu’une cinquantaine d’ONG s’associent à l’opération laquelle, répète Fady Jreissati, « ne sera pas qu’un acte physique, mais aussi un message politique ». Par cette action, il explique à L’Orient-Le Jour vouloir « disséminer un sentiment de honte chez tous les citoyens qui dégradent les plages et responsabiliser les municipalités qui devront être plus regardantes et établir des contraventions ». Dans cette perspective, le ministère offre un premier lot de 300 poubelles aux municipalités côtières. Cette initiative sera-t-elle suffisante pour sensibiliser sur la durée ? Elle aura au moins l’avantage d’amorcer un premier pas vers la grande transition antiplastique, estime le ministre.

Un point, cependant, ternit le tableau : les déchets non plastiques ramassés seront transférés vers des décharges proches de la mer, les autorités n’ayant toujours pas mis en œuvre officiellement un plan global de gestion des déchets. Des déchets dégagés des plages vont donc se retrouver dans des décharges en bord de mer, telles que celle de Bourj Hammoud. « Cette décharge répond aux normes internationales, et un barrage de neuf mètres empêche les ordures de se déverser dans la mer », répond le ministre Jreissati sur ce point.

Les volontaires désireux de participer à cette opération peuvent s’inscrire sur la page Facebook de la campagne.


(Pour mémoire : Le ministre de l’Environnement lance la campagne annuelle de nettoyage du littoral)



Rendez-vous pour les volontaires les 16 et 29 juin

De son côté, Live Love Beirut a décrété le mois de juin « Mois national du nettoyage ».

L’ONG lançait déjà régulièrement des « clean-up » (grandes opérations de nettoyage), mais celles-ci vont s’intensifier jusqu’en juillet. « Chaque week-end du mois de juin, nous aurons des opérations de nettoyage avec des sociétés privées, et d’autres seront ouvertes au grand public », détaille Edouard Bitar, cofondateur de Live Love Beirut.

Aujourd’hui, l’ONG organise une journée de nettoyage avec une grande marque commerciale. « Durant ces initiatives, les salariés viennent trier des déchets sur la plage. Ces opérations servent à leur montrer ce qui se passe sur le terrain. » « On essaie de choisir des plages qui montrent l’ampleur du problème pour leur expliquer celui de la pollution au Liban. Les déchets qu’ils y verront viennent des rivières, mais aussi des décharges comme celles de Bourj Hammoud ou de Costa Brava », explique Édouard Bitar. Plus tard durant le mois, deux autres grandes sociétés vont s’associer à cette opération. « Nous sommes pour un partenariat privé-public », explique-t-il. « Il est important d’avoir un dialogue soutenu avec les entreprises pour qu’elles aient une prise de conscience qui leur permettra, à terme, de faire baisser leur production de plastique qui sera remplacé par une autre matière », précise-t-il.

Parallèlement, les journées de nettoyage ouvertes au public visent un « éveil collectif ». Comme les salariés des entreprises, les volontaires se rendent sur les plages ou au bord des rivières avec l’équipe de Live Love Beirut pour les nettoyer. Pour y participer, il suffit de se rendre sur la page livelove.org/volunteer. Deux dates ont déjà été fixées pour le public : les 16 et 29 juin. Deux rendez-vous qui, avec « Save Our Face » demain dimanche, sont à noter pour les Libanais désireux de donner un coup de pouce écologique au Liban.


Pour mémoire

Opération Big Blue : la bataille contre le plastique


Lire aussi

F. Jreissati : Nous aspirons à traiter 80 % et à n’enfouir que 20 % des déchets

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL FAUT METTRE DES POUBELLES POUR TOUTES SORTES DE DECHETS SUR TOUTES LES PLAGES ET LIEUX AU BORD DE LA MER ET PUISQUE C,EST LE LIBAN AU BORD DE TOUTES LES ROUTES MEME DANS LA MONTAGNE POUR SINON STOPPER DU MOINS REDUIRE AU MAXIMUM LES DECHETS QUI JONCHENT PLAGES ET ROUTES ET ENLAIDISSENT TELLEMENT LE PAYS.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET LA POUBELLE MER DE NOS PLAGES QUI VA LA NETTOYER ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants