Liban

Entre la crise économique et financière et l’implantation des Palestiniens...

Décryptage
22/05/2019

Le Liban est plongé dans des polémiques et des conflits qui, loin de faiblir, augmentent de jour en jour. Selon un politicien chevronné, cette soudaine multiplication des rumeurs pour alimenter un malaise social, sur fond d’austérité économique, n’est pas innocente. Elle vise essentiellement à détourner les Libanais de l’essentiel. Et cet essentiel est, toujours selon le même politicien, ce qui se prépare pour la région à travers l’annonce attendue des points du fameux « deal du siècle ». Désormais, les grandes lignes de ce plan américain pour le règlement du conflit israélo-palestinien sont connues et elles se résument à une équation concrète : l’argent et la prospérité contre la terre. Autrement dit, il s’agit d’un plan économique avec des montants impressionnants pour réinstaller les Palestiniens dans des enclaves inoffensives pour les Israéliens, sans possibilité de souveraineté réelle ni de lien géographique entre elles, soumises au contrôle israélien direct ou non, tout en permettant aux Palestiniens de vivre décemment dans ces enclaves, mais aussi dans les pays d’accueil, dont le Liban et la Jordanie. Dans ce contexte, le politicien chevronné estime que la crise économique et financière dans laquelle se débat actuellement le Liban est sans doute le fruit d’années de gaspillage et même de pillage systématique des ressources du pays, sans parler de l’incompétence économique et financière de la plupart des forces existantes qui ont préféré reporter sans cesse les solutions utiles et radicales.

Mais elle est aussi alimentée par les États-Unis sous couvert de lutte contre le Hezbollah, classé parmi les organisations terroristes, qui placent l’économie libanaise dans une situation compliquée. Selon ce politicien, les sanctions et l’exigence de mesures strictes financières et économiques viseraient aussi à placer le Liban officiel dans une situation d’endettement qui ne lui permettrait pas de refuser le plan qui lui sera soumis. Toujours selon le même politicien, il y a actuellement, dans le cadre des débats sur le projet de loi de budget, une course entre un courant qui veut procéder à des réformes sur le long terme de nature à assainir l’économie et les finances libanaises, et un autre qui veut se contenter de petits arrangements rassurants pour la communauté internationale, sans toucher aux problèmes qui sont la création d’emplois pour relancer l’économie à travers les investissements dans les projets et non dans les rentes. Toujours selon la même personnalité, il est plus que probable que le second courant l’emportera et, finalement, il y aura des améliorations momentanées qui maintiendront le Liban sous la coupe de la communauté internationale et en particulier des Américains. Dans cette logique, la crise financière et économique que traverse actuellement le Liban serait donc exploitée à des fins politiques, tout comme le malaise social qui touche désormais toutes les couches de la population. Le premier objectif serait de pousser le Liban à accepter l’implantation des Palestiniens moyennant des sommes d’argent alléchantes annonciatrices de prospérité et le second consisterait à neutraliser le Hezbollah en l’empêchant de mener la moindre action contre le plan américain de règlement du conflit israélo-palestinien. En effet, le politicien précité estime que l’administration américaine, bien plus que l’Iran, craindrait essentiellement les protestations et les réactions des organisations palestiniennes et surtout celles du Hezbollah, dont les capacités militaires ont été déterminantes dans le changement des rapports des forces en Syrie.

Mais, toujours selon le politicien chevronné, jusqu’à présent, le Hezbollah assure qu’il se tient derrière l’État. Des milieux officiels libanais précisent à cet égard que la formation se serait engagée à ne pas entreprendre la moindre action contre les Israéliens sans coordination avec les autorités libanaises. Le Hezbollah n’aurait d’ailleurs aucune raison de le faire à partir du moment où les autorités, et en particulier le président de la République, adoptent des positions dans toutes les discussions internationales soucieuses des droits et de la souveraineté du Liban. C’est ce qui s’est passé lorsque le Premier ministre israélien avait soulevé, à partir du siège de l’ONU à New York (en septembre dernier), la question des dépôts d’armes et des usines de fabrication d’armes installés dans la banlieue sud de Beyrouth, puis celle des tunnels le long de la frontière au Sud. C’est le ministre des Affaires étrangères qui avait pris alors la responsabilité de défendre la position libanaise. Même chose dans le cadre de la construction d’un mur à la frontière par les Israéliens et le souci libanais de respecter les points conflictuels avec les Israéliens laissés en suspens par la ligne bleue provisoire tracée en 2000. Même dans le cadre des négociations à travers les Américains pour le tracé des frontières maritimes et terrestres, le Hezbollah se tient en retrait, laissant les autorités libanaises les mener.Le Hezbollah, qui n’a jamais caché son appui à l’élection du général Michel Aoun à la présidence, a affirmé à plusieurs reprises qu’il est en parfaite harmonie avec sa vision et ses options stratégiques. Sa présence à la tête de l’État le rassure mais, en même temps, l’oblige à rester en retrait pour ne pas lui mettre des bâtons dans les roues. C’est pourquoi, dans ce contexte, il serait difficile pour le Hezbollah de prendre une initiative qui non seulement pourrait plonger le Liban dans la tourmente régionale, mais nuirait à ses alliances internes.

Selon le politicien précité, une fois de plus l’administration américaine se tromperait dans son approche des réalités libanaises en croyant que les pressions économiques et financières favoriseront l’isolement du Hezbollah. Quant au projet d’implantation des Palestiniens, il est en principe rejeté par tous les Libanais.


Lire aussi

Le refus de l’implantation des réfugiés au cœur des travaux du Comité de dialogue libano-palestinien, le décryptage de Scarlett Haddad

Le « deal du siècle » et le spectre de l’implantation des Palestiniens au Liban, le décryptage de Scarlett Haddad

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Honneur et Patrie

Avant la création d'Israél en Palestine en 1948, il était question à l'ONU de leur offrir une patrie en Sibérie, puis à Madagascar, puis au Kenya, puis en Algérie. Devant le refus des Juifs du monde, les grandes puissances à leur tête l'URSS de Staline ont opté pour la Palestine, leur Terre Promise. Des groupes terroristes la Haganah et l'Irgoun commencent leurs massacres ce qui a provoqué l'exode vers le Liban et la Jordanie principalement. La Jordanie, pourtant terre palestinienne avant 1920, nous envoie une bonne partie de même que la Syrie. Aujourd'hui Trump nous les impose pour nous disputer notre petite Patrie de 10425 km2.
Le Liban entier refuse toutes les décisions de Trump & Co. Ltd.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ENCENSEMENTS HABITUELS. ARTICLE INDIGNE DE COMMENTAIRE.

C- F- Contributions et Interprétations

""Mais, toujours selon le politicien chevronné...""

Ce politicien, qui ne risque rien si son nom sera dévoilé, n’est que l’autre face du ""biais de confirmation"" pour votre Décryptage. Quand on cite quelqu’un sans le nommer c’est souvent qu’on parle de soi. Après tout, ce politicien chevronné, qu’est-ce qu’il a de plus que vous ?
A vous lire avec plaisir et admiration.
C.F.

Marionet

Encore une fois, une analyse très pertinente de S.H., servie par ses excellents tuyaux.

C- F- Contributions et Interprétations

""Quant au projet d’implantation des Palestiniens, il est en principe rejeté par tous les Libanais.""

En ""principe"", bien sûr.

C- F- Contributions et Interprétations

...Même dans le cadre des négociations à travers les Américains pour le tracé des frontières maritimes et terrestres, le Hezbollah se tient en retrait, laissant les autorités libanaises les mener.""

C’est qu’il est au courant de l’issue des pourparlers, avec ou sans Sutterfield !

C- F- Contributions et Interprétations

...""Autrement dit, il s’agit d’un plan économique avec des montants impressionnants pour réinstaller les Palestiniens dans des enclaves inoffensives pour les Israéliens, sans possibilité de souveraineté réelle ni de lien géographique entre elles, soumises au contrôle israélien direct ou non, tout en permettant aux Palestiniens de vivre décemment dans ces enclaves, mais aussi dans les pays d’accueil, dont le Liban et la Jordanie.""

Au Liban par exemple, dans le canton, fief, enclave, je ne sais plus, chiite au sud, et la présence de plusieurs camps, comment sera l’avenir des relations entre chiites et sunnites palestiniens ? Des enclaves inoffensives, où ? Loin de la frontière, c’est sûr !
Dans deux décennies, Israël aura un siècle d’existence, et le double voire le triple de population, homogène, et bonne chance aux non-juifs. Quelle est encore cette population qui a protesté sur certaines mesures, alors qu’elle a rendu par le passé d’immense service à Israël ? Je ne vois pas le bout du tunnel !

C- F- Contributions et Interprétations

""cette soudaine multiplication des rumeurs pour alimenter un malaise social, sur fond d’austérité économique, n’est pas innocente. Elle vise essentiellement à détourner les Libanais de l’essentiel.""

C’est sûr, sur fond de malaise social, on fait tout pour passer la pilule, le deal du siècle…

C- F- Contributions et Interprétations

Vous écrivez : ...""et surtout celles du Hezbollah, dont les capacités militaires ont été déterminantes dans le changement des rapports des forces en Syrie.""

Mais êtes-vous sûre que ce n’est pas Poutine et son aviation, lors du bombardement d’Alep, pour flancher la balance en faveur du régime ? Signe inquiétant pour qui ? … Les Russes ont brûlé la politesse au Hezb divin, lors du transfert de la dépouille du soldat israélien… en l’ignorant complètement comme s’il est la cinquième roue du carrosse ou le quatrième pneu d’atterrissage d’un bombardier russe… On ne néglige pas un allié qui compte, surtout s’il a du poids…

C.F.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants