Liban

Pompeo et le parapluie international pour la protection du Liban

Décryptage
05/04/2019

S’il est vrai que les problèmes du quotidien ont repris le dessus dans l’actualité médiatique, les grandes questions posées lors de la visite du secrétaire d’État américain à Beyrouth continuent de hanter les milieux politiques et populaires. L’objectif réel de la visite était-il, comme l’a déclaré le secrétaire général du Hezbollah, d’inciter les Libanais à une discorde interne ? Et si c’est le cas, est-ce vrai, comme l’a encore dit Hassan Nasrallah dans son discours, qu’il a été dépassé grâce à la position des différentes parties libanaises, peu enclines à se lancer dans une nouvelle aventure de confrontation militaire ?

Ces questions en cachent aussi une autre, plus profonde, qui porte sur les véritables intentions américaines concernant le Liban. Pendant des années, les milieux diplomatiques n’ont cessé de dire que le Liban bénéficie d’un parapluie international qui le protège des tempêtes qui soufflent sur les pays voisins, en particulier en Syrie. Ce fameux « parapluie » aurait permis au Liban de traverser les huit années de la guerre syrienne avec un minimum de dégâts en préservant son unité nationale, en dépit des divergences profondes entre les parties politiques au sujet de la Syrie et en dépit de la présence massive des déplacés syriens sur son territoire. Il se serait notamment concrétisé à travers les aides considérables et régulières des États-Unis et de la Grande-Bretagne à l’armée libanaise, qui ont permis à cette dernière de remporter la guerre contre les groupes jihadistes et terroristes qui s’étaient introduits dans la Békaa.

Si l’objectif réel de la visite de Mike Pompeo au Liban était d’inciter les parties libanaises à une discorde interne, cela signifie-t-il que les États-Unis souhaitent retirer le fameux parapluie qui a protégé le Liban pendant toutes ces années ? Les réponses à cette question varient selon le camp qui les formule.

Selon les milieux proches du courant du Futur, la tendance internationale est de continuer à vouloir la stabilité au Liban, même s’il y a des divergences sur le sujet. Toujours selon ces milieux, il faudrait faire une distinction entre la position israélienne et celle du lobby israélien aux États-Unis d’un côté, et celle du Pentagone et d’une partie importante de l’administration américaine de l’autre. Les Israéliens et leurs alliés américains seraient favorables à une déstabilisation interne au Liban, dans le cadre de leur lutte contre l’influence de l’Iran dans la région et celle de ses alliés, en tête le Hezbollah. L’affaiblissement et l’isolement du Hezbollah, même au sein de son environnement naturel (la communauté chiite), serait donc une priorité pour eux, même si cela doit passer par une déstabilisation sécuritaire du Liban et par des confrontations militaires entre cette organisation et les autres composantes du pays. Ce serait donc dans ce contexte que le secrétaire d’État américain aurait lu son fameux communiqué, à l’issue de son entretien avec son homologue libanais, lequel était d’une violence bien peu diplomatique à l’égard du Hezbollah, accusé de détruire « les rêves des Libanais ».

Mais, toujours selon les milieux proches du courant du Futur, cette position ne ferait pas l’unanimité aux États-Unis, où il existe un courant favorable au maintien de la stabilité au Liban, pour plusieurs raisons. La première est que les États-Unis ont fait au Liban un grand investissement à travers le projet de construction d’une grande ambassade qui permettrait d’abriter le siège central de la CIA dans la région, sans parler des possibilités d’installer des bases de surveillance dans certaines régions du Liban. Or, cet investissement et ces projets exigent une stabilité sécuritaire, d’autant qu’actuellement, les Américains ne peuvent plus se déplacer que dans une partie limitée du territoire syrien, ils ont aussi des problèmes en Irak, face à l’influence grandissante de l’Iran sur ce pays, et en Jordanie, ils n’ont pas la même liberté d’action qu’au Liban. La seconde raison se résume ainsi : des frictions au Liban pourraient aboutir à une plus grande mainmise du Hezbollah sur le pays, en raison du déséquilibre des forces entre lui et les autres composantes du pays, alors que l’armée ne semble pas prête à se lancer dans un conflit avec lui. Enfin, une déstabilisation du Liban pourrait compliquer encore plus une situation qui l’est déjà et pousser un grand nombre de déplacés syriens à quitter le pays vers l’Europe ou d’autres destinations. Pour ces raisons, dans son communiqué, Mike Pompeo a évoqué le retour des déplacés syriens chez eux et affirmé que son pays compte lutter contre l’influence du Hezbollah « par tous les moyens pacifiques disponibles ». En même temps, il a réaffirmé le soutien de son administration à l’armée libanaise et aux forces de sécurité légales. En d’autres termes, il a lui-même défini les limites de la lutte américaine contre l’influence de l’Iran et de ses alliés dans la région, et en particulier au Liban. Cela signifierait en quelque sorte que le parapluie est toujours en place en dépit de l’annonce de la détermination américaine à affaiblir le Hezbollah.

Face à cette approche, il y a celle du Hezbollah qui, par la voix de son secrétaire général, a considéré que les Américains ne veulent pas de la stabilité au Liban. Selon Hassan Nasrallah, ils ont tout essayé pour pousser les Libanais à s’entre-tuer, mais ils ont échoué grâce à « la sagesse des Libanais et leur attachement à la coexistence et à la sécurité interne », selon les termes qu’il a utilisés.

Le secrétaire général du Hezbollah a ainsi estimé que la visite de M. Pompeo à Beyrouth a échoué, puisqu’elle n’a pas atteint son objectif, mais les problèmes économiques restent aujourd’hui le principal souci des Libanais.


Pour mémoire 

Le bloc du Hezbollah stigmatise les propos de Pompeo et la décision américaine sur le Golan

Après l’attaque de Pompeo, Nasrallah sur la défensive

Pompeo et les nuances entre le fond et la forme, le décryptage de Scarlett Haddad 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

tout le monde sait que la russie n'a pas l'argent necessaire pour faire ne serait ce reconstruire la syrie déjà !!

vivre en Iran n'est pas comme vivre au liban c'est déjà ca qu'on a en plus a ne pas calquer sur l'iran … il suffit de demander aux iraniens qui immigrent et ils sont bcp … pas la peine de demander aux libanais endoctriner sur l iran ceux la ne voient pas plus que le bout de leur nez

la coree du nord des généraux ont fuient ce pays pour se refugier dans celui du sud au moins chez nous on ne voit pas ce genre de chose

et je peux en citer plusieurs …. mais a quoi bon VOILA PQ IL EST IMPORTANT DE NE PAS PRENDRE POUR EXEMPLE CES PAYS hors normes mais plutôt voir du coter de la suisse de la norvege, suede etc essayer un peu de voir le niveau de satisfaction sociale qu'ils ont

quand vous ferez comme nous regarder avec les 2 yeux le mondes alors la on en reparlera de vos strategies a 2 sous

PAUL TRONC

Je ne me pardonnerai pas d'avoir oublier la Russie sous embargo sanctions etc… qui faisaient dire à des petits penseurs libres que ce pays était au bord de la faillite, qu'il n'arriverait jamais à s'imposer en Syrie etc... pour finir par lire que la Russie avait fait un cadeau royal à nathamachintruc , et tenez vous bien , applaudi par une assemblée de gamins d'un moyenne d'âge de 12 ans ……… d'esprit . lollll !!!!! liba-niais et
liba-niaises incluses …. hahahahah….

Bonne journée Scarlett et ne regardez que droit devant vous !

gaby sioufi

je suis sur que l'auteure avait finalise son decryptage avant d'etre informee des details croustillants-pour le moins- des echanges polis & TRES GENEREUX entre Bibi et Bachar par l'intermediaire de Vladimir ?
car alors elle aurait realise que Pompeo, Bibi, Vali fakih,Bachar se soucient tres tres peu des libanais et de leur C....
que les visites des americiains visaient qq chose d'autrement plus objectifs ?
enfin j'espere bien pour elle !

Chucri Abboud

Les americains ont l'habitude de toujours lâcher leurs amis , qu'ils portent pourtant eux-mêmes au bout du gouffre ! Faites vos calculs !

MAKE LEBANON GREAT AGAIN

secrétaire d’État américain aurait lu son fameux communiqué, à l’issue de son entretien avec son homologue libanais, lequel était d’une violence bien peu diplomatique à l’égard du Hezbollah, accusé de détruire « les rêves des Libanais ».

ouvrez les yeux ce qu'a dit Pompeo est vrai ou faux?

Hezbollah, accusé de détruire « les rêves des Libanais ».

VRAI OU FAUX? EVIDEMENT AUX YEUX DES CHRETIENS , DES SUNNITES ET DES CHIITES NON ENDROCRINES EXTREMEMENT VRAI D'OU ACTE

A part cela la livraison de drones Americains a l'armee
Libanaise quelques jours apres son depart montre bien que l'Amerique reste aupres de la majorite des Libanais sauf ceux qui font passe l'iran et la Syrie avant le Liban

Dire que Pompeo a ECHOUE EST FAUX . SON MESSAGE ETAIT UN AVERTISSEMENT PAS UNE CONCLUSION DONC C'EST PAR LEUR ACTION QUE LES LIBANAIS DECIDERONT DU SORT DU LIBAN SANS FAIRE UNE GUERRE ENTRE EUX CAR NOUS AVONS ASSEZ PAYE POUR LES AUTRES

LIBAN D'ABORD

PAUL TRONC

En 2011 Fabius disait de toute façon Bashar n'a que 2 à 3 milliard de usd en compte , et que une fois ces fonds dépensés il sera vaincu comme un fruit muri .

Depuis 1951 les américains nous disent que la Corée du Nord meurt de faim et que l'écroulement est pour bientôt .

Depuis 40 ans avec l'Iran NPR on nous annonce qu'après des sanctions , embargos boycott sévères et insurmontables ce pays allait s'effondrer comme un fruit "pourri" .


POURQUOI EST CE LE CONTRAIRE QUI SE PASSE ?

2 EXPLICATIONS :

-soit les usa mentent avec leur propagande à 2 balles pour les petits crédules dindon de la farce .

-soit réellement ils ne peuvent pas tordre le bras à ceux qui leur disent NO PASSARAN .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN ARTICLE DE LA TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD QUI RELATE LES FAITS TELS QUELS MAIS QUI DERAPE DANS LES DEUX DERNIERS PARAGRAPHES ET GLISSE PARFOIS DU BARATIN DANS LES AUTRES AVEC SOUVENT UN ENCENSEMENT HABITUEL MAIS CAMOUFLÉ !

Pierre Hadjigeorgiou

Du fait que Hassouna ai commencé a mendier, c'est que la politique Américaine commence a porter ses fruits. Les Américains semblent avoir bien étudié le sujet et savent pertinemment bien qu'une fois le portefeuille des ouailles Hezbollahis sera bien entamé le Hassouna et consorts n'auront plus de chance. Même les Russes se sont mis de la partie... A voir Poutine et Natanyahu s'auto féliciter vous pouvez déjà imaginer la suite... A quoi bon se battre puisque le fruit pourri qui s'accroche a l'arbre Liban finira par tomber tout seul.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants