X

Liban

Forêts et changement climatique : un impact à double sens

Congrès
S. B. | OLJ
02/04/2019

La VIe Semaine forestière méditerranéenne, un événement régional, a été inaugurée hier à Broummana par le ministère de l’Agriculture et la FAO, en présence de représentants de près de trente pays. Le thème est celui des forêts et du changement climatique : pas simplement les conséquences désastreuses que peut avoir le grand bouleversement du climat sur les forêts, sachant que, selon plusieurs intervenants, la région méditerranéenne est particulièrement touchée, mais aussi le rôle que peuvent avoir les forêts dans la lutte contre le changement climatique de par leur absorption de CO2. Les discussions entre experts et responsables de tous ces pays seront focalisées, durant toute la semaine, sur les moyens d’inclure l’impact des forêts dans leurs actions de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre, tout comme dans leurs actions pour s’adapter à ce changement à venir et qui se fait déjà ressentir de par des phénomènes telle la prolifération d’insectes nuisibles.

Inclure les forêts dans ce qu’on appelle mitigation et adaptation au changement climatique signifie calculer leur impact dans les engagements des pays en vue de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, conformément à l’Accord de Paris sur la lutte contre le changement climatique. Le congrès examinera également les moyens d’améliorer et de promouvoir la production de produits forestiers de valeur, dans l’optique de mieux préserver ces terrains et de lutter contre la dégradation des sols. Il y aura également des discussions sur ce qu’on appelle la restauration des forêts, dans un objectif de protéger la biodiversité.

Et les forêts méditerranéennes ne sont pas négligeables : selon des chiffres de la FAO, les forêts de type méditerranéen totalisent entre 25,5 et 30 millions d’hectares (beaucoup plus si l’on compte toutes les forêts et tous les terrains boisés), et leur superficie est en hausse en raison de l’expansion naturelle et de la reforestation, et malgré la déforestation.


(Lire aussi : Des approches innovantes pour restaurer la biodiversité et lutter contre le changement climatique)

Mettre en valeur la production

La séance d’inauguration a eu lieu hier en présence du ministre de l’Agriculture, Hassan Lakkis, du directeur général du ministère, Louis Lahoud, du directeur du développement rural et des ressources naturelles, Chadi Mohanna, ainsi que de la responsable du secteur forestier et du changement climatique (REDD+ et résilience) à la FAO, Tiina Vahanen, du représentant de la FAO au Liban Maurice Saadé, et du chef de Sylva Mediterranea (FAO également), José Manuel Jacquotot Saenz.

Le mot du Liban a été prononcé par M. Lakkis, qui a estimé qu’ « il n’y a pas d’autre choix que de renforcer la résilience de nos forêts afin qu’elles puissent résister au changement climatique, ou s’y adapter tout au moins ». Il a estimé qu’il fallait « protéger ces forêts en mettant en lumière leur importance et leur caractère unique aux niveaux de la production et des bénéfices économiques ».

Mme Vahanen a souligné que « les négociations sur le climat sous la houlette de la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique montrent que tous les secteurs, y inclus l’utilisation des terrains et la sylviculture, peuvent contribuer à l’adaptation et à la mitigation des conséquences du changement climatique ». Elle a précisé que la FAO aide les pays à la sensibilisation, à l’amélioration des capacités techniques et à la mise en place de politiques environnementales efficaces.

M. Saadé a plaidé pour que les services rendus par les forêts méditerranéennes aux riverains ne soient plus ignorés. Il a évoqué le projet Salma (Adaptation intelligente des paysages forestiers dans les régions montagneuses), mis en place par la FAO au Liban afin d’aider les communautés locales à mieux gérer leurs espaces forestiers.

M. Saenz a, pour sa part, insisté sur la similarité récurrente des problèmes qui affectent les forêts dans les pays et la nécessité de collaborer entre eux. « La sensibilisation est essentielle pour changer la façon dont on conçoit le rôle des forêts dans la lutte contre le changement climatique », a-t-il dit.


Lire aussi

La Semaine forestière méditerranéenne pose ses branches au Liban

Pour mémoire

Le secteur forestier, un espace à conquérir pour les femmes

Les forêts, victimes et acteurs du changement climatique

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants