X

Économie

Renault repousse sa décision sur la rémunération 2018 de Ghosn

Automobile
OLJ
16/03/2019

Le conseil d’administration de Renault n’a pas pris de décision hier sur la rémunération de son ancien PDG Carlos Ghosn pour 2018 et a repoussé à début avril la communication de ses conclusions sur le sujet. « Un point d’étape a été fait sur les différents sujets dans un esprit constructif », a annoncé le groupe au losange dans une déclaration transmise par courriel à l’issue de la réunion du conseil. « Le conseil d’administration se réunira à nouveau début avril et rendra ses conclusions. »

Mi-février, Renault avait annoncé la suppression de jusqu’à 30 millions d’euros (soit 34 millions de dollars) attribués à Carlos Ghosn au titre des exercices 2015 à 2018 et correspondant à la part différée de sa rémunération variable, à ses actions de performance et à sa clause de non-concurrence. Le groupe avait alors ajouté que le conseil statuerait sur le reliquat de sa rémunération au titre de 2018, exercice marqué par l’absence du PDG à partir de son arrestation au Japon le 19 novembre.

Une source proche de Renault a précisé que le conseil d’hier avait joué un rôle « intermédiaire » et que les conclusions sur la rémunération de Carlos Ghosn, sur la mission de vérification interne en cours chez Renault et sur l’audit portant sur l’alliance RNBV (Renault-Nissan-BV) seraient rendues le mois prochain.

Le constructeur a engagé depuis plusieurs mois une vaste réforme de sa gouvernance pour tourner la page sur l’ancien homme fort de Renault, poursuivi au Japon pour n’avoir pas déclaré environ 82 millions de dollars de rémunération sur près d’une décennie. Libéré début mars sous caution, Carlos Ghosn dément les accusations portées contre lui. En France, la justice a de son côté ouvert une enquête préliminaire sur les conditions de financement de son mariage au château de Versailles, dont Renault est mécène. La fonction de PDG, occupée jusqu’ici par Carlos Ghosn, a été scindée en janvier, la présidence revenant à Jean-Dominique Senard, qui conservera également la présidence de Michelin jusqu’en mai 2019, et la direction générale à Thierry Bolloré.

Source : Reuters

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

D’un automne à l’autre

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants