Liban

Chehayeb et Kouyoumjian plaident pour davantage d’aide

OLJ
15/03/2019

Parallèlement à la conférence des donateurs pour la Syrie, organisée à Bruxelles, les deux ministres de l’Éducation, Akram Chehayeb, et d’État pour les Affaires sociales, Richard Kouyoumjian, ont exposé à leurs interlocuteurs européens, dans le détail, les raisons pour lesquelles le Liban a besoin d’une aide internationale soutenue pour gérer le dossier des réfugiés.

« Nous avons un plan qui s’étale sur trois ans afin d’améliorer notre productivité, mais ce plan requiert un soutien. Il y a 215 000 élèves syriens dans les écoles publiques et 60 000 autres dans les écoles privées, et nous avons des programmes adaptés aux élèves qui n’ont pas encore été scolarisés », a expliqué M. Chehayeb, au cours des réunions consacrées à l’éducation des enfants syriens dans les pays d’accueil, à Bruxelles. Soulignant que rien ne présage d’un retour prochain des réfugiés syriens chez eux, il a indiqué que le Liban a besoin d’un financement étalé sur au moins trois ans, pour couvrir les frais d’enseignement de petits Syriens et appelé à combler « les déficits nés de l’absence d’un financement suffisant l’année dernière ». M. Chehayeb a affirmé redouter qu’en « l’absence d’un engagement clair et suffisant de la communauté internationale, les réfugiés qui en ont les moyens ne se lancent dans un nouvel exode vers l’Europe ou d’autres contrées lointaines ».

M. Kouyoumjian a, pour sa part, relevé que « les méthodes classiques qui consistent à fournir aux pays hôtes des aides humanitaires et un appui financier régleront certes certains aspects économiques et sociaux de la crise des réfugiés, mais ne pourront pas permettre d’en gérer les conséquences politiques, soit à terme, l’impact sur la stabilité sociale et les risques d’émergence de conflits en raison des changements démographiques induits par la guerre en Syrie ». Selon lui, « il est impératif, dans le cas de pays vulnérables comme le Liban, de trouver des solutions permanentes, dont des stratégies à court et à moyen terme pour garantir le retour des réfugiés chez eux et leur trouver des logements ».

M. Kouyoumjian a tenu ces propos au cours d’une réunion avec le commissaire européen chargé de la Politique européenne de voisinage, Johannes Hahn, en présence de l’ambassadrice de l’Union européenne, Christina Lassen.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants