X

Liban

Frangié dénonce « le monopole » du CPL sur l’État

partis
OLJ
15/03/2019

Le chef des Marada, Sleiman Frangié, a affirmé hier qu’il faisait partie du « même projet politique » que le président de la République, Michel Aoun, mais il a déploré que le Courant patriotique libre veuille avoir « le monopole du projet » de développement de l’État libanais, notamment en ce qui concerne les nominations administratives. « Le dossier des nominations au sein des différentes institutions étatiques n’augure rien de bon et se dirige vers des nominations qui ne servent l’intérêt que d’une partie », a-t-il déploré dans ce cadre.

Il a en outre souligné « être allié avec le président de la Chambre, Nabih Berry, depuis 1990 », précisant que cette alliance n’est pas dirigée contre le chef de l’État ou tout autre personne. Sleiman Frangié a par ailleurs affirmé « soutenir la lutte contre la corruption et toutes les initiatives de réforme ».

Sur le dossier des réfugiés syriens, le chef des Marada a déclaré que « si l’intérêt du Liban repose sur un dialogue au plus haut niveau politique, pourquoi le refuser ». Et d’ajouter : « Les Américains doivent comprendre que nous ferons tout pour que les réfugiés rentrent chez eux. »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La lutte d’influence américano-russo-iranienne bat son plein

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué