X

À La Une

Washington abandonne les termes d'"occupation israélienne" pour le Golan

Diplomatie

"D'un point de vue stratégique, je me tiens sur l'un des plus importants morceaux de terre de l'Etat d'Israël, à qui voudriez-vous le rendre ?" avait lancé, lundi, le sénateur américain Lindsey Graham en visite sur le Golan annexé par Israël en 1981.

OLJ/Reuters
13/03/2019

Le département d’Etat américain a modifié sa terminologie usuelle concernant le plateau du Golan de "occupé par Israël" à "contrôlé par Israël", dans son rapport annuel sur les droits de l’homme dans le monde pour 2018, publié mercredi. Israël a occupé une grande partie du Golan (1.200 km2) lors de la guerre des Six Jours en 1967 et l'a annexée en 1981. Cette décision n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.

Les mots "occupé" ou "sous occupation" ne sont par ailleurs plus utilisés, dans une autre section du rapport, pour la Cisjordanie et la bande de Gaza, dont Israël s'est également emparé lors de la guerre des Six Jours, en 1967.


(Lire aussi : Le Hezbollah s'implante secrètement dans le Golan, accuse Israël)


Lundi, un sénateur américain influent et allié du président Donald Trump avait affirmé lors d'une visite dans la partie du Golan occupée et annexée par Israël qu'il œuvrerait pour que les Etats-Unis reconnaissent la souveraineté israélienne sur le plateau stratégique. Les propos prononcés par le sénateur américain Lindsey Graham au côté de Benjamin Netanyahu renforcent la position du Premier ministre israélien, actuellement en pleine campagne en vue des législatives du 9 avril. M. Netanyahu presse en effet avec insistance les Etats-Unis et d'autres pays de reconnaître la souveraineté israélienne sur le Golan.

"D'un point de vue stratégique, je me tiens sur l'un des plus importants morceaux de terre de l'Etat d'Israël, à qui voudriez-vous le rendre ?" a demandé le sénateur américain, au côté de M. Netanyahu et de l'ambassadeur des Etats-Unis en Israël, David Friedman, un autre proche de M. Trump. Faisant référence au président syrien Bachar al-Assad et à ses alliés iranien et russe, il a ajouté: "Vous allez le donner à Assad? Je ne crois pas. Vous feriez tout aussi bien de le donner à l'Iran". L'Iran est le grand ennemi régional d'Israël. "Vous allez le donner à la Russie? Je ne pense pas. Donc, il faut abandonner l'idée que ce territoire revienne à quelqu'un d'autre", a-t-il dit.

Sous Donald Trump, les Etats-Unis ont adopté une politique vigoureusement pro-israélienne, dans le conflit avec les Palestiniens ou dans les forums internationaux comme l'ONU.

Mi-novembre, les Etats-Unis ont pour la première fois voté contre une résolution de l'ONU considérant l'annexion israélienne du Golan "nulle et non avenue". C'est le seul pays à avoir voté contre aux côtés d'Israël.

M. Netanyahu se sert de sa relation privilégiée avec le président américain comme argument dans la campagne, présentant les gains israéliens comme des succès personnels dont ses concurrents seraient incapables.


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

Ne reste plus qu'a espérer que ces deux criminels, l'un idiot, l'autre qui profite de cette idiotie, payent un jour dans leur propres pays pour tant de malhonnêteté envers le peuple palestinien.

Mais...une question:

la Syrie "héroïque", qu'a-t-elle fait depuis "l'annexion du Golan" par Israël en 1981 ?
Irène Saïd

HIJAZI ABDULRAHIM

C'est quand même triste de voir ces Amerlocs s'alignent tout le temps sur les positions d’Israël qui leur pompe des milliards de dollars tous les ans?
C'est même étonnant que les arabes continuent à donner autant de milliards de ces dollars aux Amerlocs, pour se faire marcher dessus et traités comme plus bas que terre....
Plus on s'abaisse, plus on nous chi... dessus...

ON a beaucoup de pétrole.... mais l'honneur....Cela ne coure pas les palaces ni les rues des capitales arabes...

L’azuréen

Les américains ne sont pas culturellement suffisamment aguerris pour comprendre ce qu’est une injustice et une occupation puisqu’ils ont conquis l’amerique et l’ont occupé en chassant et tuant les indiens par milliers . Le Sénateur s’est demandé «  a qui voudriez vous le rendre « le Golan ? A travers cette question Idiote on a tout compris de leur état d’esprit ...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TRUMP MULTIPLIE LES GAFFES ! ET C,EN EST UNE DE TAILLE ET CONTRAIRE A LA CONSTITUTION DES NATIONS UNIES ET UN DEFI A TOUT LE MONDE !

Antoine Sabbagha

Le Golan annexé par Israël en 1981 est donc devenu légal aux yeux de Washington, triste .

AIGLEPERçANT

Non non non non, on parle d'usurpation du GOLAN et de toute la Palestine usurpée, l'occupation c'est ancien .

Gros Gnon

Au train où vont les choses, dans quelques mois "Washington" ne dira plus Moyen-Orient, mais Grand Israel...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une semaine décisive pour le gouvernement

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants