X

Moyen Orient et Monde

Les ultraconservateurs iraniens « au service » de Trump contre les Européens

Crise

Les « modérés », tel le président Hassan Rohani, ont peu de marge de manœuvre face à la montée en puissance des « durs » du régime.

06/03/2019

La tension s’est accrue ces derniers jours entre Européens et ultraconservateurs iraniens. Après avoir expulsé, lundi, deux diplomates néerlandais et condamné la récente reconnaissance par la Grande-Bretagne du Hezbollah comme une organisation « terroriste », y compris dans sa branche politique, les « durs » du régime iranien veulent maintenant s’en prendre à la France.Un article paru hier à la une du quotidien iranien Kayhan, porte-voix des conservateurs dans le pays, a en effet appelé à l’expulsion de diplomates français en réponse au renvoi d’un officiel iranien en poste à Paris à l’automne dernier, une information qui n’a jamais été officiellement confirmée ni par Paris ni par Téhéran. « L’Iran a renvoyé deux diplomates néerlandais, il est temps maintenant de répondre à la France », titrait Kayhan.

Selon le chef de la diplomatie néerlandaise, Téhéran a expulsé les diplomates néerlandais en réponse à la précédente expulsion de deux diplomates iraniens par les Pays-Bas en juin, laquelle faisait suite au meurtre de deux opposants iraniens en 2015 et 2017 aux Pays-Bas. En janvier, le gouvernement néerlandais avait accusé l’Iran d’être impliqué dans ces meurtres.

L’appel de Kayhan est une épine de plus dans les relations franco-iraniennes déjà tendues. Car bien qu’entretenant des contacts et des relations diplomatiques officielles, la France et l’Iran n’ont pas d’ambassadeurs réciproquement en poste depuis plus de six mois (mercredi matin, des sources officielles annonçaient que Paris et Téhéran allaient échanger des ambassadeurs, NDLR) et s’affrontent régulièrement sur l’épineuse question du programme balistique iranien. Paris le jugeant dangereux pour la stabilité du Moyen-Orient, et Téhéran, au contraire, comme indispensable à sa défense. Les États-Unis et la majorité des pays européens se rangent du côté de la France sur ce sujet.


(Lire aussi : Iran-Occident : comment mettre fin à 40 ans d’hostilité ?)


Mais là où des divergences entre Washington et le Vieux Continent sont constatées, c’est à propos de l’accord sur le nucléaire iranien (ou JCPOA, Joint Comprehensive Plan of Action), dont les États-Unis se sont retirés l’année dernière, réimposant à Téhéran les sanctions économiques qu’ils avaient gelées trois ans auparavant. Les Européens, au contraire, le défendent bec et ongles, considérant qu’il représente le seul et meilleur moyen d’empêcher que la République islamique ne se dote de la bombe atomique. Le rétablissement des mesures punitives américaines qui a suivi le retrait de Washington a exacerbé les tensions économiques en Iran et divisé les politiques iraniens. Ces derniers n’ont d’ailleurs pas hésité à brandir la menace d’un retrait de l’accord à leur tour à moins que les autres parties prenantes (Russie, Chine et Europe) s’engagent à fournir des garanties économiques au régime afin qu’il puisse continuer à commercer.Cela a conduit les Européens à imaginer l’élaboration de mécanismes de « contournement » afin de garder à tout prix Téhéran dans l’accord, notamment un système de troc (baptisé Instex) n’utilisant pas des devises en dollars. En vain. Après plusieurs mois, les efforts de Bruxelles sont jugés insuffisants. Pour l’Iran, « l’Europe n’a pas défendu l’accord sur le nucléaire autant qu’elle le pouvait. Certes, elle y reste officiellement et bureaucratiquement, mais elle n’a pas adopté une politique de “confrontation” vis-à-vis des États-Unis, ni empêché de manière autoritaire ses entreprises de quitter le pays, ce qu’elles ont pourtant fait en masse », explique Clément Therme, spécialiste de l’Iran au sein de l’International Institute for Strategic Studies (IISS), contacté par L’Orient-Le Jour.


(Pour mémoire : Les enjeux du sommet « anti-iranien » à Varsovie)


Victoire de Trump

Le guide suprême iranien Ali Khamenei a récemment mis en ligne sur son site internet un discours, prononcé en juillet dernier, dans lequel il conseille au gouvernement iranien de ne pas se fier aux efforts entrepris par les Européens pour mettre l’Iran à l’abri des sanctions américaines à travers un discours historique aux accents anticolonialistes. « Les Européens sont mauvais. Ils sont vraiment mauvais. J’aurais bien des choses à dire sur les Européens ; non pas sur leur diplomatie actuelle, mais sur leur nature malveillante tout au long des siècles derniers », a-t-il affirmé.

Ce durcissement des relations irano-européennes entrent dans le schéma du président américain Donald Trump, dont les relations avec l’Iran mais aussi avec les Européens, sont exécrables. « Cette montée des tensions entre l’Iran et l’Europe est le résultat de la politique de Trump. Ce dernier essaye de renforcer les “durs” du côté européen mais aussi du côté iranien, autrefois marginalisés par Barack Obama (dont le grand succès a été l’accord sur le nucléaire) », estime Clément Therme, ajoutant que « quand c’est Donald Trump qui est aux commandes de l’agenda diplomatique international, il y a inexorablement des tensions qui se créent entre le Vieux Continent et la République islamique ».

Face à une telle crise, le clan des « modérés » semble impuissant. Le président iranien Hassan Rohani et son gouvernement, extrêmement affaiblis et décrédibilisés par l’échec des perspectives économiques de l’accord sur le nucléaire et par les effets des sanctions américaines, ont peu de marge de manœuvres face à une montée en puissance des mouvements conservateurs. « Les modérés sont complètement marginalisés. Lors d’un deuxième mandat d’un président modéré, il y a toujours un affaiblissement de ce dernier par rapport au guide et à l’État profond », explique Clément Therme. « Le fait que Rohani se rapproche des conservateurs et que (l’ancien ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad) Zarif a démissionné (la semaine dernière, avant de revenir sur sa décision) représente ici la victoire des théocrates et de ceux qui viennent de l’appareil sécuritaire et des gardiens de la révolution face aux institutions élues », ajoute-t-il. Les radicaux gagnent ainsi en puissance à un an des élections législatives et deux de la présidentielle en Iran.

Un renforcement de l’effritement des relations entre l’Europe et l’Iran à long terme posera non seulement la question du « regard vers l’est » de Téhéran à travers une coopération économique plus importante avec la Chine et la Russie au détriment du Vieux Continent, mais soulèvera aussi des interrogations quant à la survie de l’accord sur le nucléaire, signé après plus d’une décennie de négociations.


Lire aussi

Pour Téhéran, Israël « cherche la guerre »

Commerce, Iran, Syrie, énergie : l'UE et les Etats-Unis étalent leurs divisions

Washington presse les Européens de rompre avec l'Iran

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DE QUEL CLAN DES MODERES EN IRAN NOUS PARLE-T-IL CELUI-LA ? LES INTERVENTIONS ET LES PROVOCATIONS ET DESTABILISATION DE LA REGION PAR LES IRANIENS A AUGMENTE AVEC L,AVENEMENT DES PRETENDUS MODERES... QUAND A KHAMENEI ET SON A TRAVERS LES SIECLES... C,EST PITOYABLE !

Irene Said

Ali Khamenei:
"...non pas sur leur diplomatie actuelle, mais sur leur nature malveillante tout au long des siècles derniers..."

Quelqu'un pour expliquer gentiment au guide suprême que nous sommes au 21ème siècle...qu'il faut avancer et ne pas ressasser ce qui se passait "les siècles derniers" ?

Mais...à un certain âge...cela devient difficile de s'adapter, et c'est toujours avantageux d'accuser "les autres", nous en savons quelque chose ici au Liban !
Irène Saïd

L’azuréen

Merci Trump ! Bientôt vous atteindrez le niveau de G.w. Bush...

Eleni Caridopoulou

L'Iran ne sait pas quoi faire maintenant il s'en prend à l'Europe

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL FAUT QUE LES EUROPEENS SE REVEILLENT ET SACHENT QUE LA VOIE TRUMP EST LA VOIE JUSTE POUR TRAITER AVEC L,IRAN. TOUTE MODERATION DE LEUR PART EST COMPRISE COMME FAIBLESSE PAR L,AUTRE PARTIE.

BOSS QUI BOSSE

De la spéculation stérile et sans aspérités.

On finira par nous dire un jour que l'Iran est l'allié naturel de l'Amérique et des sionistes contre Mars qui attaque. Ridicule.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Éditorial

Pour une révolution économique

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants