Iran

Pour Téhéran, Israël « cherche la guerre »

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Jawad Zarif, à Munich, hier. Andreas Gebert/Reuters

Le ministre iranien des Affaires étrangères a estimé hier qu’Israël « cherche la guerre », dans une référence apparente aux frappes israéliennes en Syrie contre des cibles iraniennes.

« Certaines personnes cherchent la guerre » dans la région, a ainsi estimé Javad Zarif lors d’une séance de questions-réponses à la Conférence sur la sécurité de Munich. Invité à identifier ceux cherchant une telle escalade, le ministre a simplement répliqué « Israël », alors que l’État hébreu, ennemi juré de Téhéran, mène en Syrie des frappes aériennes contre des positions de l’Iran, grand allié du régime syrien. « Nous sommes en Syrie à l’invitation du gouvernement syrien dans le seul but de combattre le terrorisme », a-t-il dit.

Par ailleurs, M. Zarif a dénoncé les propos « haineux », « ignorants » et « ridicules » du vice-président américain qui accuse Téhéran de préparer un nouvel holocauste et de chercher à se doter de l’arme nucléaire. Il répliquait à Mike Pence qui, à deux reprises la semaine dernière, a multiplié ces accusations, devant des parterres de responsables étrangers à Varsovie puis à Munich. M. Pence « a avec arrogance demandé de l’Europe, sur son sol, qu’elle rejoigne les États-Unis (et sorte de l’accord sur le nucléaire iranien) et porte ainsi atteinte à sa propre sécurité », a estimé M. Zarif à la Conférence sur la sécurité de Munich. « Ses accusations haineuses contre l’Iran, y compris ses allégations ignorantes d’antisémitisme (...), sont à la fois ridicules et dangereuses », a-t-il dit, au lendemain du dernier réquisitoire en date du vice-président américain. Dans des discours féroces et aux références bibliques, M. Pence a accusé Téhéran de préparer « un nouvel holocauste » à travers ses ambitions régionales qui visent notamment Israël. Qualifiant la politique américaine vis-à-vis de l’Iran « d’obsession maladive » qui fait « souffrir la région depuis 40 ans », M. Zarif a ironiquement lancé que « c’est la faute de l’Iran de s’être placé au milieu de toutes ces bases américaines » au Moyen-Orient.

De son côté, le président iranien Hassan Rohani a déclaré hier que l’Iran était prêt à renforcer ses liens avec les pays du Moyen-Orient où la République islamique se livre à un conflit par procuration avec l’Arabie saoudite depuis des décennies. « L’Iran est prêt à travailler avec les États de la région pour préserver la sécurité au Moyen-Orient. Nos ennemis, l’Amérique et Israël, veulent créer une division entre les Iraniens », a commenté Rohani dans un discours prononcé à Bandar-e Gonaveh dans le sud du pays et retransmis en direct à la télévision nationale. L’Iran et l’Arabie saoudite soutiennent des camps opposés en Syrie et au Yémen. Hassan Rohani a affirmé que la stratégie américaine envers l’Iran est condamnée à l’échec. « Nous ne succomberons pas à la pression de l’Amérique et d’Israël », a-t-il dit.

Sources : agences


Le ministre iranien des Affaires étrangères a estimé hier qu’Israël « cherche la guerre », dans une référence apparente aux frappes israéliennes en Syrie contre des cibles iraniennes.

« Certaines personnes cherchent la guerre » dans la région, a ainsi estimé Javad Zarif lors d’une séance de questions-réponses à la Conférence sur la sécurité de...

commentaires (0)

Commentaires (0)