X

La Dernière

Dans la bulle de Sélim Cherfane

La Mode

Directeur artistique et designer graphique, Sélim Cherfane est venu à la mode comme on cède à une tentation impérieuse. Repéré par Starch, l’incubateur de talents cofondé par Rabih Kayrouz et Tala Hajjar, il crée sous sa marque « Jeux de mains » des vestiaires ludiques qui ne passent jamais inaperçus.

27/02/2019
À une certaine période, Sélim Cherfane a eu les cheveux bleus. Du haut de sa haute stature, il donnait ainsi l’impression d’avoir, en se dépliant, effleuré le ciel dont il aurait ramené, accrochées à son crin en brosse, des couleurs et des formes inconnues des terriens. Jeux de mains annonce son label. « Jeux de gamins », poursuit l’adage et tel est ce jeune créateur : un doux géant resté gamin. Le slogan publicitaire d’une célèbre marque de vêtements des années 1980 affirmait que « la vie est trop courte pour s’habiller triste ». Aujourd’hui, Cherfane pourrait se flatter d’appartenir à cette joyeuse église où la morosité est sacrilège et qui prône la joie en la versant dans le paysage. Tout est jeu dans ses collections flexibles, polyvalentes et chahuteuses, tout est tactile par tous les sens, et sa formation de graphiste n’est pas étrangère à la puissance visuelle de tout ce qui sort de ses ateliers.

Des vêtements refuge

Sélectionné par l’incubateur Starch en 2018, Sélim Cherfane prend un virage radical et décide de se consacrer exclusivement à la mode, réalisant une première collection printemps/été. Né et vivant à Beyrouth, le créateur est bien l’enfant chaotique de sa ville. Il a appris à se protéger des diverses agressions que peut infliger une métropole surpeuplée, se créant une bulle à lui où il se réfugie à loisir et d’où il sort restauré et prêt à s’exposer à l’hostilité du monde. Cette bulle, il a bien considéré y faire entrer quelques amis, mais les fictions personnelles ne se partagent pas. Il réussit pourtant à la matérialiser, en novembre 2018, dans sa deuxième collection réalisée pour Starch, intitulée « Bubbleboy ». Il la rendait ainsi accessible à tous ceux qui ressentent son propre besoin d’un cocon propice aux irisations magiques, aux jeux de reflets et aux rêveries enfantines. « Lorsque vous vivez dans votre propre petite bulle, vous êtes conscient de vos réflexions et de vos fantasmes, isolé du reste du monde par votre énergie créative, et c’est de cela que la nouvelle collection s’inspire », explique le créateur « qui s’croit dans du champagne ».

« Vivre à Beyrouth devient chaque jour de plus en plus difficile, poursuit-il, et parfois votre seul moyen d’y survivre est de créer votre propre bulle heureuse. »

Des écharpes qui s’enfilent par les pieds

À travers cette collection automne/hiver du label Jeux de mains, Sélim Cherfane partage ses fantasmes et ses illusions. Un mélange de teintes nouvelles, mais complémentaires et de motifs percutants mis en valeur par des coupes rondes et des formes nouvelles, le tout formant une matière volcanique plaisamment homogène : cette collection est très graphique et colorée. Elle annonce surtout les premières créations en maille de la marque, tout aussi audacieuses, créatives et contemporaines que le reste. Le créateur s’est amusé à mélanger typographie et tissage pour créer des écharpes que l’on ne se contentera surtout pas d’enrouler autour de son cou. Vifs, enjoués et heureux, les modèles pour hommes et femmes se distinguent par une palette et un graphisme audacieux, et des silhouettes épurées, nés du cerveau azuré d’un colleur amateur de cadavres exquis. « Je veux jouer, nous voulons tous jouer ! » est son mot d’ordre. « Je voulais créer des pièces confortables qui mettent en valeur notre enfant intérieur et ajoutent une touche de couleur à la vie. Je voulais faire sourire », confie le grand enfant dont on adore les écharpes qui s’enfilent par les pieds, les tailleurs sages comme ces emballages de la poste sous lesquels se révèle un cadeau, les manteaux où se détache un grand cercle de couleur contrastée et qui vous transforment en messager astral, les blousons de faux Bibendum, bulles en vinyle transparent sous lesquels se révèle votre vraie silhouette protégée par une bulle espiègle.


Dans la même rubrique 

Fendi, le défilé posthume de Lagerfeld à Milan

Karl Lagerfeld, l’homme pour qui le passé n’existait pas

Claire Damaa, entre divorce et reconquête de soi

Les créateurs libanais majoritaires parmi les finalistes du FTA

Christian Dior dans la féerie du cirque

Quand Ziad Ghanem habille l’âme d’Abraham Brody


À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Réformes : selon Kanaan, le moment est propice pour passer aux actes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.