Rechercher
Rechercher

Économie - réformes

CEDRE : Bruno Foucher s’entretient avec plusieurs nouveaux ministres

La ministre de l’Énergie et de l’Eau, Nada Boustani, recevant hier l’ambassadeur Bruno Foucher. Photo tirée du compte Twitter de Nada Boustani

L’ambassadeur de France Bruno Foucher s’est entretenu hier avec plusieurs membres du gouvernement en vue de discuter de la mise en œuvre des réformes et des projets prévus dans le cadre de la Conférence de Paris (CEDRE), tenue en avril dernier. Il était accompagné de Jacques de Lajugie, ministre conseiller pour les Affaires économiques à l’ambassade de France. Paris était à l’initiative de cette conférence économique au cours de laquelle la communauté internationale s’est engagée à mobiliser plus de 11 milliards de dollars de prêts et de dons pour financer des projets d’infrastructure, en contrepartie de réformes structurelles et sectorielles.

Priorité à l’électricité

Dans un premier entretien avec la nouvelle ministre de l’Énergie et de l’Eau, Nada Boustani, il a surtout été question du problème de l’électricité. « Un dossier prioritaire sous ses aspects industriel, de finances et de gouvernance », a déclaré Bruno Foucher sur son compte Twitter à l’issue de cette réunion. Près de 2,1 milliards de dollars d’investissements dans le secteur de l’électricité sont prévus dans le cadre de la première phase du programme d’investissement présenté à la Conférence de Paris, principalement pour la construction de deux centrales à Selaata et Zahrani pour la production de 1 000 MW supplémentaires (dont le coût est estimé à 600 millions de dollars pour chacune des centrales). Ces investissements devraient en principe faire l’objet de partenariats public-privé (PPP). Parallèlement à la hausse de la production, la réforme du secteur consistera aussi en une suppression de la subvention du prix de l’électricité, qui se traduira par une hausse des tarifs, ces derniers n’ayant pas été augmentés depuis 1994.

L’ambassadeur Bruno Foucher a également rencontré le nouveau ministre de l’Économie et du Commerce Mansour Bteich. Ce dernier lui a signifié l’engagement du gouvernement à « une mise en œuvre rapide des réformes structurelles sur lesquelles le Liban s’était engagé à Paris ». Beyrouth avait principalement promis de baisser de cinq points de pourcentage le ratio déficit public/PIB sur une durée de cinq années consécutives. Bruno Foucher a salué « l’engagement (du gouvernement) à réduire les déficits dès 2019 et à redonner au Liban la capacité de produire et d’exporter ». « La fin d’une économie de rente ? Il le faut, pour maintenir la jeunesse au pays ! » a-t-il ajouté, toujours via son compte Twitter.

Enfin, l’ambassadeur de France s’est aussi entretenu avec le nouveau ministre des Télécoms, Mohammad Choucair. « Transparence et libéralisme à l’ordre du jour », a tweeté le diplomate à l’issue de cette réunion. Si la déclaration conjointe de Paris ne prévoit pas clairement une libéralisation du secteur, celle-ci est clairement mentionnée dans la déclaration ministérielle.

Ces entretiens interviennent près d’un mois après la formation du nouveau gouvernement, qui avait été bloquée durant plus de neuf mois suite aux élections législatives de mai 2018, retardant en conséquence le lancement des réformes prévues par la Conférence de Paris. Ce qui avait poussé Bruno Foucher à hausser le ton en décembre, évoquant le risque que le Liban perde le soutien de la communauté internationale affiché lors de la conférence.Le diplomate français chargé par le président Emmanuel Macron du suivi de la conférence, Pierre Duquesne, est d’ailleurs attendu à Beyrouth ce mercredi pour une série de rencontres avec les officiels libanais et les représentants des principaux bailleurs de fonds locaux.



Pour mémoire

Sans gouvernement, le Liban peut perdre les aides internationales, affirme l'ambassadeur français

Foucher : Cedre est plus qu’une conférence, c’est un processus


L’ambassadeur de France Bruno Foucher s’est entretenu hier avec plusieurs membres du gouvernement en vue de discuter de la mise en œuvre des réformes et des projets prévus dans le cadre de la Conférence de Paris (CEDRE), tenue en avril dernier. Il était accompagné de Jacques de Lajugie, ministre conseiller pour les Affaires économiques à l’ambassade de France. Paris était à...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut