X

À La Une

Manifestations émaillées de heurts à Alger contre un cinquième mandat de Bouteflika

Les protestataires ont défilé dans le centre d'Alger où toute manifestation est officiellement interdite depuis 2001 et où la police intervient généralement immédiatement pour empêcher la moindre tentative de rassemblement.


OLJ/AFP
22/02/2019

Plusieurs milliers d'Algériens ont répondu vendredi aux appels à manifester lancés sur les réseaux sociaux contre le 5e mandat que brigue le président Abdelaziz Bouteflika, en défilant notamment à Alger, où des heurts ont eu lieu avec les forces de l'ordre.

"Pas de 5e mandat", "Ni Bouteflika, ni Saïd" (frère du chef de l'Etat, souvent perçu comme son successeur potentiel) ont scandé les manifestants, des jeunes hommes pour l'essentiel, dans le centre d'Alger, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Des rassemblements sans incidents notables ont également eu lieu dans d'autres localités, comme à Oran, la deuxième ville du pays, selon des médias algériens. Les autorités ne se sont pas exprimées sur le nombre de manifestants à travers le pays.

Plusieurs cortèges, dans lesquels des drapeaux algériens étaient visibles, se sont formés à la mi-journée à Alger à l'issue de la grande prière hebdomadaire musulmane, sans que la police, déployée en nombre depuis le matin, n'intervienne. Mais des heurts ont éclaté en fin d'après-midi lorsque des manifestants se sont dirigés vers la présidence de la République et ont été bloqués par les policiers. Repoussés par des tirs de gaz lacrymogènes, ils ont répliqué par des jets de pierre et de projectiles divers contre les policiers qui ont procédé à quelques interpellations, selon un journaliste de l'AFP.
Le calme est revenu en début de soirée, les forces de l'ordre ayant réussi à disperser les protestataires. Beaucoup de policiers restent déployés dans le centre-ville, a constaté un journaliste de l'AFP.

Toute manifestation est officiellement interdite depuis 2001 dans la capitale algérienne, où la police intervient généralement sur le champ pour endiguer la moindre tentative de rassemblement.




"Pouvoir assassin !" 
Au pouvoir depuis 1999, M. Bouteflika, 81 ans, a mis fin le 10 février à des mois d'interrogations sur ses intentions, en annonçant à la Nation qu'il briguerait un 5e mandat lors de la présidentielle du 18 avril.

Sur la place de la Grande-Poste, bâtiment emblématique en plein centre d'Alger, des manifestants ont escaladé la façade du siège du Rassemblement national démocratique (RND), parti du Premier ministre Ahmed Ouyahia, et en ont décroché, sous les hourras, un grand portrait du président Bouteflika. La photo a été lacérée et piétinée une fois à terre, ont constaté des journalistes de l'AFP.

La dernière manifestation à Alger a eu lieu en février 2018 lorsqu'un millier de médecins en formation avaient réussi à braver l'interdit en se rassemblant devant la Grande Poste. Ils avaient été rapidement encerclés et bloqués par la police.

Plusieurs appels à manifester ce vendredi contre la candidature et la victoire annoncée de M. Bouteflika à la présidentielle ont éclos ces derniers jours sur les réseaux sociaux, sur des pages dédiées, sans que le mouvement n'apparaisse pour l'heure structuré. Des partis d'opposition ont indiqué "soutenir" les marches, mais aucun parti ou syndicat n'en est à l'origine ou n'a appelé ouvertement à y prendre part.


Rares apparitions 
Selon le site d'information TSA (Tout sur l'Algérie), une "imposante marche" s'est également déroulée à Tizi Ouzou (100 km à l'est d'Alger).

"Des milliers de manifestant s ont scandé +le peuple veut la chute du régime+" à Ouargla (est), a rapporté le quotidien francophone el-Watan sur son site.

La presse algérienne a fait également état de protestations d'ampleur variable à Béjaïa, Tiaret, Relizane et Sétif (nord), à Annaba (nord-est).

Élu pour la première fois en 1999 sans opposition, la totalité de ses adversaires s'étant retirés en dénonçant à l'avance des fraudes, M. Bouteflika a été constamment réélu depuis 2004 avec plus de 80% des voix au 1er tour. Victime en 2013 d'un accident vasculaire cérébral (AVC) qui l'a depuis cloué dans un fauteuil roulant, il ne fait que de rares apparitions et ne s'exprime plus en public.

Dans son message du 10 février, il a devancé les critiques sur son état de santé, qui selon certains de ses opposants le rend inapte à gouverner. "Bien sûr, je n'ai plus les mêmes forces physiques qu'avant (...) mais la volonté inébranlable de servir la Patrie ne m'a jamais quitté et elle me permet de transcender les contraintes liées aux ennuis de santé", a-t-il écrit.

Jeudi, la présidence algérienne a annoncé qu'il se rendrait dimanche à Genève pour des "examens médicaux périodiques".


Lire aussi
Bouteflika candidat en Algérie : les jeux sont faits, constatent les médias locaux

Qui veut un cinquième mandat Bouteflika?

Des politiques et des intellectuels appellent Bouteflika à "renoncer" à un 5e mandat


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Hariri et Bassil, l’entente vacille, mais ne tombe pas

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué