X

La Dernière

Une compétition à faire dresser les cheveux sur la tête

Coolitude

Ce n’est pas de la science-fiction, ni une histoire tirée par les cheveux, mais tout simplement un divertissement de jeux d’eau capillaires engendré comme par magie, au Canada, par Mère nature.

19/02/2019

Ça se passe à Takhini Hot Springs, des sources thermales naturelles situées dans le Yukon, territoire du nord-ouest du Canada, sauvage, montagneux et aux nombreux glaciers et lacs alpins. Ces sources thermales, riches en calcium, en magnésium et en fer attirent surtout les athlètes qui viennent détendre leurs muscles après leurs diverses performances. Le commun des mortels aime aussi y plonger et s’immerger car, ici, un phénomène étrange a lieu : après être sorti de cette eau à une température de 40 degrés, la vapeur couvrant les cheveux se transforme en glace à peine exposée à l’environnement extérieur où le thermomètre marque moins 30 degrés. Alors, la tête des nageurs se trouve auréolée de toutes sortes de formes blanches, pareilles aux décorations neigeuses de Noël. Un jour, le gérant des lieux a suggéré aux personnes se trouvant là de créer des coiffures de leur cru et de se faire des selfies. Une idée devenue depuis 2011, « The International Hair Freezing Contest » (La compétition internationale des cheveux congelés). Elle se déroule tout au long de février, ce mois durant lequel le froid, à son maximum, est le plus propice à ce genre de phénomène. Un phénomène qui a réussi à attirer un très grand public incluant maintenant des Européens et des Japonais, alertés par les médias sociaux aussi bien que par le bouche-à-oreille.


Têtes couronnées de givre

Pour participer à cette compétition, les intéressés doivent d’abord remplir un formulaire et payer un droit d’entrée à la station, puis s’y immerger et exécuter leurs coiffures congelées. Ensuite, ils doivent se faire photographier et présenter une image haute résolution. Tous les cheveux doivent être couverts de givre blanc, s’ils ne le sont qu’à moitié, la demande est rejetée. À partir de là, les concurrents peuvent concourir aux prix suivants : meilleure photo masculine (récompense 750 $ et 30 baignades gratuites), meilleure photo féminine (récompense 750 $ et 30 baignades gratuites), photo la plus créative (récompense 750 $ et 30 baignades gratuites) et meilleure photo de groupe (récompense 750 $ pour l’ensemble et 30 baignades gratuites pour chaque personne qui figure dans le cliché).

« Les concurrents font de plus en plus preuve d’ingéniosité, précise Andrew Umbrich, copropriétaire des lieux et responsable de ce championnat particulièrement insolite. L’an dernier, une jeune femme avait réussi à maintenir à l’horizontale, et des deux côtés de son visage, ses cheveux longs de 50 centimètres. L’“œuvre” était vraiment impressionnante et avait obtenu le prix de la créativité. Habituellement, les gens ramassent leurs cheveux en hauteur ou jouent sur les pointes. Les hommes stylisent souvent leur barbe ou les poils de leur poitrine. Il n’y a jamais eu de plaintes concernant des cheveux endommagés ou des chutes de cheveux car, une fois la photo prise, les candidats plongent à nouveau la tête dans l’eau chauffée et la glace disparaît instantanément »

Ce drôle de divertissement s’intègre dans le programme d’un festival annuel baptisé « Yukan Surdough Rendezvous », qui célèbre chaque année en février les sports d’hiver, avec, notamment, des courses de traîneaux à chiens et de raquettes à neige. À noter qu’il n’existe pas ailleurs dans le monde une telle compétition, à faire dresser les cheveux sur la tête en tournant au ludisme le plus pur. Une compétition ouverte à tous, même aux crânes dégarnis, car il est possible de faire ce genre de trempette en portant une perruque qui se prête aussi bien, sinon mieux, aux coiffures les plus délirantes et les plus extravagantes. Tout ceci, grâce au peigne ébouriffant de Mère nature qui, en faisant souffler le chaud et le froid sur une source d’un débit de 385 litres par seconde, couronne comme par magie les têtes de guirlandes de givre.


Dans la même rubrique

Dodo, l’adulte do... Un boost pour la mémoire

« Dry January », pour s’éloigner de la dive bouteille

Que les jouets soient simplement des jouets !

La palette des fêtes, tendance 2018 : Noël bleu avec un zeste de vintage

Les femmes préfèrent les barbus

Les musées aussi bénéfiques que le sport

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué