Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

L'armée israélienne aide un Libanais à traverser la frontière vers l'Etat hébreu

Jihad Ahmad Chibli avait quitté le Liban avec son père lors du retrait des troupes israéliennes du Sud, en mai 2000, avant d'y revenir il y a deux ans. 

Des soldats israéliens patrouillant le long de la frontière entre l'Etat hébreu et le Liban, le 4 décembre 2018. Photo d'archive REUTERS/Ronen Zvulun

Un Libanais, Jihad Ahmad Chibli, s'est enfui jeudi en Israël, après avoir traversé la frontière entre les deux pays, avec l'aide de soldats israéliens qui lui ont ouvert un passage dans la barrière de barbelés frontalière, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

L'armée libanaise a indiqué dans un communiqué suivre cette affaire, en coopération avec la Force intérimaire de l'ONU au Liban-Sud (Finul). 

M. Chibli avait quitté le Liban avec son père, un espion à la solde d'Israël, selon l'Ani, lors du retrait des troupes israéliennes du Sud, en mai 2000, après 22 ans d'occupation. Il y a deux ans, le Libanais était revenu dans son village natal de Aïta el-Chaab, en territoire libanais, où il avait été arrêté par les services de renseignement de l'armée. Après avoir été présenté à la justice et libéré, il est retourné vivre dans son village, où il n'a jamais rencontré de problèmes de la part des résidents. 

Après le retrait israélien de 2000, des Libanais s'étaient réfugiés en Israël par peur des représailles du Hezbollah, qui avait à l’époque menacé de tuer tous ceux qui avaient traité avec l’État hébreu. Ces déclarations avaient effrayé les habitants de la bande frontalière  qui ont décidé de franchir l’actuelle ligne bleue et de partir vers la Galilée. Leur nombre s’élevait à une petite dizaine de milliers de personnes, appartenant aux communautés chrétienne, druze et chiite. Au bout des trois premières années, beaucoup sont rentrés au Liban, d’autres sont partis vers d’autres pays, comme l’Australie, la Suède et l’Allemagne. Aujourd’hui, il reste un peu plus de 2 500 Libanais en Israël. Ils sont majoritairement chrétiens.



Lire aussi
La loi d’amnistie toucherait les Libanais en Israël

Pour mémoire
Oum Pierre, de Aïn Ebel, est morte sans jamais avoir revu son fils, parti en Israël

« Aujourd’hui, un tiers des habitants de Qleyaa vivent toujours en Israël »

« Ils ont le droit de rentrer », un mouvement pour sensibiliser au retour les Libanais d’Israël

Un Libanais, Jihad Ahmad Chibli, s'est enfui jeudi en Israël, après avoir traversé la frontière entre les deux pays, avec l'aide de soldats israéliens qui lui ont ouvert un passage dans la barrière de barbelés frontalière, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).L'armée libanaise a indiqué dans un communiqué suivre cette affaire, en coopération avec la Force...
commentaires (12)

Ah c'est trop bete .... ils viennent de detruire les tunnels.

Rossignol

15 h 32, le 15 février 2019

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • Ah c'est trop bete .... ils viennent de detruire les tunnels.

    Rossignol

    15 h 32, le 15 février 2019

  • Bref, nous n'avons rien à faire de ce conflit, que les palestiniens rentrent avec les "divins" en Israël et y organisent leur rodeo, trois générations de libanais ont souffert à cause de leur bordel.

    Christine KHALIL

    15 h 04, le 15 février 2019

  • C'est l'osmose inverse comme on dit en tristement d'eau, Jihad est attiré par la rareté de libanais dans son entourage. On attend que ce même phénomène nous ramène les nombreux libanais des geôles syriennes, vers une région moins chargée d'assadiens...

    Wlek Sanferlou

    14 h 02, le 15 février 2019

  • Avouer qu’une personne agit négativement mais accepter d’avoir des relations avec cette personne revient à cautionner ses agissements. Moralement, légalement, religieusement, c’est condamnable, et même plus condamnable que l’action en mise en cause. Or au Liban il n’y a pas de guerre, ce que la Résistance dit, c’est qu’il faut se préparer à l’éventualité d’une guerre, et là, nous avons des points de vu divergents sur le “comment”. D’autre part, ce que la Résistance dit, c’est que tout ce que l’entité sioniste inflige au peuple palestinien, n’est pas acceptable. Les autres états coupent leurs relations, infligent des sanctions, à d’autres nations parfois pour moins que ça. Ce qui veut dire que la position de la communauté internationale n’est pas objective. La normalisation de la situation constitue un précédent très dangereux selon lequel, des individus peuvent se ramener dans un territoire qui n’est pas le leur, coloniser, expulser, piller et voler etc en depit des condamnations internationales sans aucune conséquence. Nous, étant voisin de cette entité usurpatrice, occupé 2 fois par cette dernière, devraient être plus conscients que quiconque de ce danger qui nous guette. Entité qui, en plus, a pour aspiration, comme cela est très bien expliqué dans tous leurs livres, de constituer le “Grand Israel”. Certains ont l’impression qu’il s’agit d’une propaganda moumanaaiste, comme si elle n’avait aucun fondement. Bref ...

    Chady

    13 h 20, le 15 février 2019

  • Leur trop grande bonté les perdra! Lol

    Tina Chamoun

    11 h 22, le 15 février 2019

  • P.S. J'aimerais juste préciser que j'ai toujours été contre les agissements d'Israël envers le peuple palestinien, et contre la plupart des dirigeants de ce pays. Mais le "conflit" entre nous, Liban et Israël, dure depuis trop longtemps, sans jamais arriver à une solution. Et en plus il ne nous concerne pas directement, car ce n'est pas à nous de libérer la Palestine, il y a un peuple palestinent pour cela !!! Donc, comme l'ont fait avec succès d'autres Nations après des années de guerres, pourquoi ne pas essayer une autre méthode ? Les peuples, qu'ils soient israéliens ou libanais, n'ont qu'une envie: vivre en paix ! Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 57, le 15 février 2019

  • Parions que si on envoye très loin d'ici pour quelque temps nos deux "N" danseurs de tango guerriers, les habitants israéliens et libanais des deux côtés de la frontière, mis à part les irréductibles amateurs de guerres et vengeances, arriveraient rapidement à vivre ensemble pacifiquement...et même, après un certain temps, à coopérer pour le bien de nos deux pays et l'avenir de nos enfants. Bon, la paix mettrait au chômage guerrier le BIG BOSS "résistant"...mais son parti divin et ses très nombreux No 2,3,4 etc. auraient alors le temps libre pour s'occuper du bien-être de leurs propres citoyens, dont beaucoup sont dans une misère gandissante. Et le guide suprême iranien continuerait certainement à les aider financièrement, étant avant tout un homme de Dieu...non...?!? Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 37, le 15 février 2019

  • Ils ont peur de rentré par le Hezbollah et l'armée libanaise , dont la moitié est chiite du Hezbollah

    Eleni Caridopoulou

    20 h 29, le 14 février 2019

  • Veuillez corriger la tournure de ma phrase. Dans certains cas leur A PARDONNÉ POUR AVOIR SERVI LA RESISTANCE PENDANT L'OCCUPATION BARBARE DES USURPATEURS.

    FRIK-A-FRAK

    20 h 16, le 14 février 2019

  • LES LIBANAIS VIVANT EN ISRAEL ATTENDENT TOUJOURS LE FEU VERT POUR UN RETOUR DIGNE DANS LEUR PAYS LE LIBAN... QUI S,Y OPPOSE ?

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    19 h 45, le 14 février 2019

  • Chassez le naturel espion il revient au galop de la traîtrise. Il est honteusement mensonger de dire que la résistance du hezb a menacé ces traîtres de mort. La résistance au pire les a remis à l'état libanais , dans certains cas ne leur a pas pardonné , pour avoir servi cette résistance.

    FRIK-A-FRAK

    19 h 01, le 14 février 2019

  • J'appelle les 2500 libanais qui demeurent encore en Israél de rentrer le plus rapidement possible au Liban, là où ils se trouvent n'est pas le pays natal ne celui de leurs parents ni de leurs aïeux. Les raisons qui les avaient poussées ne sont plus là donc le retour au pays devient une nécessité pour tout le monde. Le bonheur suprême est de vivre dans son pays natal et non chez les autres. "Le pays natal est beau, serait-ce un tombeau". C'est un vieil émigré qui vous le dit.

    Un Libanais

    18 h 47, le 14 février 2019

Retour en haut