X

Liban

La SG frappe à nouveau : « Courrier international » censuré

Libertés

Des autocollants gris ont été apposés sur une caricature du guide suprême iranien Ali Khamenei portant son turban, d’où s’échappent des éclairs qui frappent des manifestants.

N. M. | OLJ
14/02/2019

Le bureau de censure de la Sûreté générale récidive. Cette fois-ci, c’est au numéro spécial de l’hebdomadaire français Courrier international, consacré aux quarante ans de la révolution iranienne et distribué la semaine dernière au Liban, qu’un coup de ciseaux a été donné. En effet, une caricature du guide iranien Ali Khamenei, dans les pages 24 et 25, qui le montre portant son turban d’où s’échappent des éclairs qui frappent les manifestants, a été censurée. Le dessin du caricaturiste De Angelis, originellement publié dans le journal italien La Repubblica, a ainsi été recouvert d’autocollants gris opaques.

Contacté par L’Orient-Le Jour, le porte-parole de la Sûreté générale, le général Nabil Hanoun, explique que le service a pris cette mesure parce que le dessin « porte atteinte à une haute personnalité religieuse qu’appuient un grand nombre de Libanais ». Elle pourrait également, selon le responsable de la SG, « porter atteinte aux relations libano-iraniennes ». Interrogé sur l’efficacité d’une telle mesure, d’autant que les publications étrangères sont disponibles en ligne, le général Hanoun répond que quiconque est libre de consulter la toile, « mais nous, nous appliquons la loi sur les imprimés », qui condamne les atteintes à la religion. « L’existence des médias électroniques ne signifie pas occulter cette loi, insiste-t-il. Tant qu’il y a une seule publication qui entre dans le pays, cette loi continuera à être appliquée. »

Léa Baroudi, directrice de l’ONG March Lebanon, qui œuvre en faveur de la cohésion sociale et des libertés personnelles, estime que « le problème réside dans le fait que la politique intérieure et extérieure et la religion jouent un rôle dans la censure ». « Si on va continuer à prendre en considération tous ces paramètres, tout va finir par être censuré », ajoute-t-elle, prônant une législation claire dans ce sens. « Nous avons, à titre d’exemple, des lois claires concernant le boycottage d’Israël, poursuit-elle. Je comprends ainsi qu’on censure un article qui fait la promotion de l’État hébreu. »

Léa Baroudi faisait référence à la censure du numéro du 31 janvier-6 février de l’hebdomadaire français L’Obs d’où cinq pages ont été arrachées par la censure. Celles-ci correspondent à un article qui porte sur le développement technologique en Israël. « Quand il s’agit d’autres sujets qui ne sont pas définis par la loi, alors qu’on est dans un pays où la liberté d’expression est sacrée dans la Constitution, on ne peut pas censurer quoi que ce soit qui pourrait offenser une personne, insiste Léa Baroudi. Les lois qui régissent la censure sont tellement vagues qu’elles permettent aux autorités de censurer selon une subjectivité et une pression quelconque. Il faut que les lois sur la censure soient claires. »


Pour mémoire

L’insulte à l’intelligence des Libanais se poursuit : « Paris Match » autorisé, mais après avoir été charcuté !

Le dernier numéro du Canard Enchaîné censuré au Liban

Un coup de ciseaux dans les pages de « L’Obs »


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

Comme si la censure n'existait pas dans tous les pays du monde , même celui dit développé, et surtout en usurpie .

C'est pas parce que un petit moineau sérine à longueur de journée des musiques qui ne font plaisir qu'à ses tympans troués, que la vérité est au bout du chemin .

Proverbe autrichien des tyrolls du Sud italien .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ILS N,ONT FAIT QUE LEUR TRAVAIL !

Pierre Hadjigeorgiou

« mais nous, nous appliquons la loi sur les imprimés », qui condamne les atteintes à la religion. Ici il y a une caricature politique. Pourquoi y a-t-il donc atteinte sur la religion?

Avec une telle réaction de la part de la SG, il est claire que le Fakih s'installe et cherche a instaurer sa république islamique a visage Chiite d'une manière ou d'une autre. Ne pouvant le faire sur le terrain il essaye indirectement.

Ceci est grave et les menaces de Nadim, hier, ne sont pas des paroles en l'air et le Hezbollah le sait très bien... Il y a des lignes rouges qui sont dépassées et les signes de nouveau conflits sont dans l'air...

Yves Prevost

La SG applique la loi, et c'est son devoir. Mais quand une loi est stupide, il revient aux députés de la changer.

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants