République de videurs

Nous apprenons de la bouche de notre ministre sortant des Affaires étrangères que le Liban a des leçons à donner, en termes d’économie, aux grandes capitales du monde (nommément Londres et Washington). « Nous devrions leur apprendre à gérer leur pays sans budget », a-t-il ajouté. Allons-y donc, puisque nous y sommes : comment gérer un pays sans budget ? C’est simple, on ne le gère pas, on le laisse aller. On continue à remâcher à l’intention du populo, s’en trouverait-il encore qui aient le sens de l’humour, des formules de cour de récréation : « Nous ne nous sommes pas disputés avec untel, nous n’avons pas de problème avec tel autre, nous nous félicitions de notre réconciliation avec un troisième, la formation du gouvernement ne tient qu’au bon vouloir d’un quatrième. » De bon vouloir, à l’évidence nul n’en a dans cette impasse qui semble parfaitement convenir à une classe politique sans vision et dont chaque membre ronronne avec satisfaction sur le siège qui lui est alloué, l’occuper étant l’unique mission dont il se considère investi. Fatigués, désabusés, inquiets pourtant, les gens, vous, moi, sont piégés dans ce drame : n’avoir personne sur qui compter, ni pour la bienveillance ni pour la compétence. En revanche, devinez quoi ? Ce sont eux qui comptent sur nous : « Le peuple libanais a un excellent sens de l’initiative », a souligné le ministre. Voilà qui le conforte dans son déni et lui permet d’affirmer en se poussant du col que « la situation économique n’est pas si mauvaise ».

Et maintenant, on fait quoi ? Pour la seconde année consécutive après le film de Ziad Doueiri, c’est le film de Nadine Labaki qui est nominé aux oscars, mais aussi aux césars. Nos couturiers font défiler en ce moment même leurs collections à Paris sous les ovations du monde. C’est un architecte libanais, Hashim Sarkis, qui dirigera ce printemps la Biennale d’architecture de Venise. Cela sans compter la foultitude de succès plus discrets enregistrés par tant de jeunes architectes, designers, stylistes, musiciens, juristes, financiers, médecins, ingénieurs, auteurs, artistes, scientifiques, étudiants et autres, tous libanais disséminés sur la surface du globe. Tous font la fierté de ce pays tête d’épingle, à peine repérable sur une mappemonde. Mais à l’intérieur ? Nous de l’intérieur, privés de perspectives, ne serait-ce que celle, élémentaire, d’un nouveau gouvernement ?

Il faudrait être une autruche pour ne pas voir l’effondrement social et économique en cette « terre d’initiatives », ne serait-ce qu’à travers la situation des personnes âgées qui ont travaillé et servi toute leur vie pour des pensions dérisoires à pleurer. Ceux dont l’autonomie est réduite doivent presque s’excuser de vivre en l’absence d’institutions publiques décentes et abordables. Le Liban fonctionne comme un club privé où seuls les riches et les bien-portants ont droit de séjour, et à la porte duquel les chefs des grandes formations politiques jouent les videurs. Les « initiatives », privées s’entend, à l’adresse des plus fragiles, cela s’appelle la charité, Mesdames et Messieurs du pouvoir. Soyez tous honnis pour avoir dépouillé les Libanais de leur dignité. Et pour citer une dernière fois le ministre sortant des Affaires étrangères, oui, « le Liban est une petite économie », pas bien compliquée à redresser, n’était le sabotage et le vol systématique dont elle fait les frais.


Nous apprenons de la bouche de notre ministre sortant des Affaires étrangères que le Liban a des leçons à donner, en termes d’économie, aux grandes capitales du monde (nommément Londres et Washington). « Nous devrions leur...

commentaires (10)

Davos, c'est 68 mille dollars pour assister à des conférences publiques. Pour pouvoir se réunir derrières des portes fermées avec des homologues ou des capitaines de l'économie mondiale c'est USD 115'000.- ! (sans parler du billet pour la Suisse et les transports vers Davos. J'espère qu'il était invité

MGMTR

19 h 14, le 24 janvier 2019

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Davos, c'est 68 mille dollars pour assister à des conférences publiques. Pour pouvoir se réunir derrières des portes fermées avec des homologues ou des capitaines de l'économie mondiale c'est USD 115'000.- ! (sans parler du billet pour la Suisse et les transports vers Davos. J'espère qu'il était invité

    MGMTR

    19 h 14, le 24 janvier 2019

  • "Le monde ne peut pas se permettre de laisser le Liban s'effondrer." Selon Le Petit Robert, sur la mégalomanie : Comportement pathologique caractérisée par le désir excessif d'une ambition injustifiée. En 2005, un leader politique s'était pris pour le général de Gaulle... Aujourd'hui un membre du gouvernement se prend pour Camille Chamoun et l'Emir Béchir II, pas moins.

    Honneur et Patrie

    17 h 09, le 24 janvier 2019

  • On va vous plébisciter Fifi , restez dans ce régistre , vous venez de procurer une joie jouissive à grand nombre de lecteurs( trices ) .

    FRIK-A-FRAK

    17 h 06, le 24 janvier 2019

  • TRES BON ARTICLE MADAME FIFI !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 43, le 24 janvier 2019

  • Pour qu'on prenne du plaisir à vous lire, Madame Fifi, faut absolument encenser: ou l'Iran ou la Syrie ou le parti divin, champion absolu de toutes les résistances. Sinon...frustrations garanties ! Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 08, le 24 janvier 2019

  • 90% des congrès internationaux auxquels a assisté notre ministre des Affaires étrangères sont inutiles et de surcroît ne sont pas de son ressort. Des billets d'avion et des hôtels en vrac payés par le Trésor public sans aucune utilité pour l'Etat. Le gaspillage de l'argent du peuple continue. Il faut savoir arrêter la mégalomanie de ceux qui nous gouvernent.

    Honneur et Patrie

    12 h 42, le 24 janvier 2019

  • Alors là vous ne faites pas dans de la dentelle et pourtant le domaine de la mode vous va si bien.

    Tina Chamoun

    11 h 33, le 24 janvier 2019

  • Je constate avec éclat de rire, la métamorphose de Fifi qui passe d'articles larmoyants nostalgiques que les moins de 20 ans ne sauraient connaître à Fifi qui nous fait du politique périphérique disons plus agressif . Ca nous déboussole un peu , on ne sait plus où prendre son plaisir à lire du Fifi . Faudra que Fifi fasse son choix !

    FRIK-A-FRAK

    10 h 57, le 24 janvier 2019

  • Il ne manquait que Fifi ,qui nous régalait de ses papiers embaumés de poésie , pour s'acharner sur le ministre des AE ....Dailleurs ,chère Fifi, ça ne vous va pas de traiter des choses terre à terre et triviales .

    Hitti arlette

    10 h 22, le 24 janvier 2019

  • Très bien dit, Fifi: clair, net, précis... Le fond de notre drame, c’est tout simplement qu’on n’est pas un vrai pays: historiquement un ramassis de tribus, de clans multi-confessionnlels, de minorités opprimées qui se sont réfugiées dans nos montagnes, qui se toléraient et s’entraidaient contre l’envahisseur étranger, se guerroyaient occasionnellement et que des forces occidentales leur avaient donné un semblant d’indépendance dans un pays artificiel où on voulait une soit-disant balance confessionnelle... Résultat, les structures féodales persistent, les dynasties héréditaires se succèdent, une gouvernance de seigneurs à vassaux se partageant le gâteau national et se la coulant douce sans aucun état d’âme... Entre-temps, les classes moyennes éduquées désertent cette grotte d’Ali Baba vers de meilleurs cieux où ils excellent... Et le reste est bien décrit dans votre article! Hélas!

    Saliba Nouhad

    05 h 13, le 24 janvier 2019