X

À La Une

Visite de Hale : l'ambassade iranienne à Beyrouth dénonce "les ingérences américaines flagrantes"

Liban

Saad Hariri reçoit l'ambassadeur d'Iran. 

OLJ
15/01/2019

L'ambassade d'Iran à Beyrouth a réagi mardi aux déclarations du sous-secrétaire d’Etat américain pour les Affaires politiques, David Hale, contre Téhéran, estimant que la visite du responsable américain à Beyrouth "entre dans le cadre des ingérences américaines dans les affaires des autres" pays.  Dans le même temps, le Premier ministre désigné, Saad Hariri, a reçu, à la Maison du Centre, l'ambassadeur d'Iran à Beyrouth, Mohammad Jalal Firouznia. 

"Les visites provocatrices effectuées dernièrement par plusieurs responsables américains dans certains pays, parallèlement aux récents développements régionaux, montrent que la politique de l'administration américaine a échoué", estime l'ambassade dans un communiqué. "Dans ce cadre, la visite de David Hale à Beyrouth et les positions qu'il a prises entrent dans le cadre de l'ingérence flagrante des Etats-Unis dans les affaires des autres afin de leur dicter les décisions qu'ils doivent prendre", ajoute le texte. Le texte accuse l'administration américaine de "vouloir modifier les politiques des pays de la région en fonction de ses propres intérêts, afin de justifier l'occupation israélienne, au dépens du peuple palestinien et des musulmans et chrétiens vivant à Jérusalem". L'ambassade accuse encore les Etats-Unis de "soutenir les mouvements extrémistes terroristes et notamment Daech" (acronyme arabe de l'organisation Etat islamique). 

La représentation diplomatique iranienne a justifié la présence d'éléments armés iraniens en Syrie, qui soutiennent, avec la Russie, le régime de Bachar el-Assad, déclarant que cette présence est "légitime et ne nécessite l'autorisation de personne". L'Iran est présent en Syrie "à la demande officielle du gouvernement syrien et dans le cadre d'une coopération totale entre les deux pays". 

La veille, le diplomate américain avait estimé, après un entretien avec Saad Hariri, que l'armée libanaise seule devait défendre le Liban, et qu'il était "inacceptable qu'une milice agisse en dehors du giron de l’État", en référence au Hezbollah qu'il a qualifié d'"organisation terroriste". "Nous poursuivons nos efforts visant à faire face aux agissements iraniens dans la région, dont le financement des organisations terroristes comme le Hezbollah", avait lancé M. Hale.

Ces déclarations intervenaient après les propos du chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, qui avait dénoncé la semaine dernière un "statu quo" inacceptable imposé par l’influence "majeure" du Hezbollah. M. Pompeo a effectué ces derniers jours une tournée dans plusieurs pays du Moyen-Orient et du Golfe afin de rassurer les responsables concernant la décision américaine de retirer ses troupes de Syrie. 


(Lire aussi : Hale : La présence d’une milice en dehors du giron de l’État est « inacceptable »)



Hariri reçoit l'ambassadeur iranien
Parallèlement, l'ambassadeur d'Iran à Beyrouth, Mohammad Jalal Firouznia, s'est rendu à la Maison du Centre, où il a été reçu par le Premier ministre désigné, Saad Hariri, dans une première visite officielle depuis sa prise de fonctions en août.

"Nous soutenons tous les efforts visant à former un gouvernement présidé par Saad Hariri", a affirmé l'ambassadeur, qui a souligné que sa visite "n'est pas liée aux derniers développements de la situation régionale". 

Le processus de formation du cabinet semble reporté sine die, alors que les tensions montent entre les différentes parties. Le dernier obstacle sur lequel bute le gouvernement est le fameux nœud sunnite, né de l’insistance des six députés hostiles au Courant du Futur – et bénéficiant de l’appui du Hezbollah – à prendre part au cabinet. Dans ce contexte, le Hezbollah fait porter la responsabilité du blocage de la formation du cabinet au Premier ministre désigné Saad Hariri. Ce dernier accuse pour sa part le parti chiite d'entraver la formation d'une nouvelle équipe ministérielle.

M. Hariri a de son côté transmis à l'ambassadeur une missive à destination du président iranien, Hassan Rohani, lui demandant de faire libérer le Libanais Nizar Zakka, accusé par Téhéran d'espionnage pour le compte de Washington, est détenu en Iran depuis 2015. 

C'est peu après avoir reçu, en novembre 2017, un haut responsable iranien, le conseiller pour les affaires internationales du Guide suprême iranien Ali Khamenei, Ali Akbar Velayati, que Saad Hariri avait annoncé, de Riyad, sa démission, accusant l'Iran d'ingérences au Liban.


Lire aussi
Hale à Beyrouth pour le suivi des propos de Pompeo sur le Hezbollah

Pompeo : Washington ne veut plus du « statu quo » imposé par le Hezbollah

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L’azuréen

C’est une blague ou quoi ?

L’iran se plaignant d’une ingérance au Liban ?! Il ont servis quoi à l’ambassade iranienne aujourd’hui au petit déjeuner ?

Tina Chamoun

Que les USA labellisent qui ils veulent de terroristes à tout-va et qu'ils donnent leurs directives sous couvert d'avis amical ne dérange pas. Mais que l'Iran "ose" se défendre et riposter, là ça fait bondir de leur canapé confortable certains Libanais à qui on fait avaler des couleuvres au coleslaw ou au ketchup, au choix!

Irene Said

Le Liban, nouveau siège de l'Organisation de défense des danseurs de tango en Syrie, au Yémen et en Irak, y-compris ceux du Sud-Liban, un magnifique organisme d'utilité publique, généreusement sponsorisé par la République suprêmement guidée.
Qui dit mieux ?
Irène Saïd

Wlek Sanferlou

l'Iran a complètement raison, après tout les américains ont une milice avec un million de fusées balistiques au Liban qu'ils comptent bien utilisé pour détruire le Zanzibar sans l'accord de Abou melhem le libanais...
Salade, un peu de logique

AIGLEPERçANT

J'aurai aimé entendre les réactions des "spécialistes" des affaires libanaises quand un dirigeant iranien venait à donner son avis , par exemple , quand il s'agit de parler de la présence des milices wahabites en Syrie ou en Irak ou au Yémen .

Irene Said

En quoi cela regarde-t-il l'Iran, pour avoir le culot de critiquer les visiteurs du Liban, Etat souverain et libre ?
Comment qualifier cela...de sollicitude fraternelle et tout à fait désinteressée ?
Irène Saïd

Remy Martin

De quoi j'me mêle !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CA FAIT PLAISIR DE VOIR COMMENT LES INTERNAUTES QUI NE PORTENT PAS D,OEILLERES CRITIQUENT... L,IRAN, LA SYRIE, LA RUSSIE, LA SAOUDITE, L,AMERIQUE ET TOUS CEUX QU,IL FAUT CRITIQUER... SANS HESITATION QUAND IL FAUT LE FAIRE ET NON QUAND IL NE FAUT PAS LE FAIRE !

Gebran Eid

LA MEILLEUR BLAGUE DE L'ANNÉE SÛREMENT CE TITRE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HAHAHAHA... QUI PARLE D,INGERENCE... CEUX QUI PAR LEURS INTERVENTIONS PARALYSENT LE PAYS DEPUIS DES ANNEES... OU 3ALA 3AYNAK YIA TAJER DERNIEREMENT !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Quand la lutte contre la corruption fait des dégâts collatéraux...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.