X

Liban

Hale à Beyrouth pour le suivi des propos de Pompeo sur le Hezbollah

Diplomatie

La Syrie, le Hezbollah et le Sud, où Israël affirme avoir découvert un sixième tunnel creusé par le parti chiite, seraient au menu des discussions.


Claude ASSAF | OLJ
14/01/2019

Le sous-secrétaire d’État américain pour les Affaires politiques, David Hale, ancien ambassadeur au Liban, se trouve depuis samedi en visite à Beyrouth pour, officiellement, s’entretenir avec les différents responsables autour de questions sécuritaires, notamment celles liées à la récente découverte de tunnels présumés creusés par le Hezbollah sous la frontière libano-israélienne.

Mais au-delà du volet de la sécurité, les questions politiques feraient également partie des sujets discutés, d’autant que les États-Unis ont déjà dénoncé, jeudi dernier, à travers le chef de la diplomatie, Mike Pompeo, qui prononçait un discours à l’Université américaine du Caire, un « statu quo » inacceptable imposé par l’influence « majeure » du Hezbollah. Selon un communiqué publié par l’ambassade américaine, M. Hale effectue sa tournée « pour réaffirmer le soutien des États-Unis à l’État libanais, notamment aux institutions sécuritaires légales, qui continuent à affronter des défis importants ». « M. Hale mettra également l’accent sur les préoccupations relatives aux activités déstabilisantes du Hezbollah au Liban et dans la région, notamment la découverte récente de tunnels transfrontaliers, qui défient la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies, compromettent la sécurité des Libanais et sapent la légitimité des institutions étatiques libanaises », ajoute le communiqué.

Selon un observateur interrogé par L’Orient-Le Jour, « c’est bien la première fois que les États-Unis évoquent ce que sera la teneur d’une réunion prévue entre un émissaire américain et des responsables libanais, avant même qu’elle ne se tienne. À lire entre les lignes du communiqué, on perçoit que l’administration américaine veut communiquer aux responsables politiques et militaires des messages politiques dans le cadre de concertations qui touchent à de vastes domaines concernant la sécurité et des dossiers délicats de la politique ».

Un autre observateur joint par L’OLJ affirme que la visite de M. Hale vient compléter les déclarations de M. Pompeo, soulignant qu’au-delà du problème posé par le Hezbollah, c’est la politique américaine à l’égard de l’Iran qui est en jeu. Le sous-secrétaire d’État américain serait à Beyrouth pour expliquer aux responsables les orientations de son pays vis-à-vis du Hezbollah mais également de la situation en Syrie, affirme-t-il, estimant que M. Hale évoquera probablement devant les responsables une entente américano-russe prévoyant de faire sortir l’Iran de Syrie. Si cet accord réussit, le Hezbollah sera pris dans un étau militaire, qui suivra ainsi le blocus financier dont il fait l’objet actuellement, enchaîne cet observateur, indiquant que dans le cas contraire, c’est-à-dire si l’Iran ne se plie pas à l’accord, il est à craindre qu’une guerre au Liban éclate au printemps prochain.À noter que la visite de M. Hale intervient dans un contexte marqué par une poursuite des frappes israéliennes contre des objectifs iraniens et du Hezbollah en Syrie. Dans la nuit de vendredi à samedi, l’aviation israélienne a ainsi frappé dans l’enceinte de l’aéroport international de Damas des entrepôts d’armes. La nouveauté dans l’affaire est que l’État hébreu, contrairement à son habitude, a officiellement confirmé cette attaque.


(Lire aussi : Les manœuvres israéliennes et la riposte libanaise, le décryptage de Scarlett HADDAD)


Entretiens
Dès son arrivée samedi soir, le sous-secrétaire américain a entamé sa tournée en se rendant auprès du chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, à Clemenceau, où étaient également présents l’ambassadrice des États-Unis à Beyrouth, Elizabeth Richard, le ministre sortant de l’Éducation, Marwan Hamadé, le chef du bloc parlementaire joumblattiste, Taymour Joumblatt, et les députés Waël Bou Faour et Akram Chehayeb. Il devrait être reçu aujourd’hui par le président de la République, Michel Aoun, et se réunir en outre avec le président de la Chambre Nabih Berry, le Premier ministre désigné Saad Hariri et d’autres responsables. Hier, M. Hale a été reçu à Yarzé par le commandant en chef de l’armée, Joseph Aoun, avec lequel il a évoqué la situation dans le pays et dans la région, et la coopération entre les forces armées libanaise et américaine. Il s’est ensuite rendu auprès du directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, pour débattre de la situation tendue qui prévaut à la frontière sud, où Israël poursuit la construction d’un mur de séparation en béton, annonçant avoir découvert un sixième et dernier tunnel creusé par le Hezbollah.

« Nous avons trouvé un autre tunnel d’attaque du Hezbollah (le 6e) sous la frontière entre le Liban et Israël », a ainsi affirmé Jonathan Conricus, porte-parole de l’armée israélienne, qui a ajouté : « Selon notre évaluation, il n’y a plus d’autre tunnel transfrontalier. » Et de souligner que « l’opération de destruction de tous les tunnels devrait être achevée prochainement ».

Un autre porte-parole, Avichay Adraee, avait annoncé plus tôt dans la matinée l’existence de ce tunnel, qui, a-t-il dit, prend naissance dans la localité libanaise de Ramiyé et s’étend jusqu’à l’intérieur d’Israël. Selon l’armée israélienne, ce dernier tunnel localisé, « creusé à 55 m sous terre, est le tunnel le plus profond, le plus long et le plus équipé ».Les frontières maritimes entre les deux pays ont fait également partie des discussions entre MM. Hale et Ibrahim, au lendemain de violations perpétrées par Israël dans les eaux libanaises.

« Le 12 janvier 2019, trois bateaux militaires appartenant à l’armée israélienne ont violé à trois reprises, et sur une distance atteignant 705 m, les eaux territoriales libanaises situées face à (la localité de) Ras Naqoura », avait annoncé samedi après-midi un communiqué du commandement de l’armée.

Pour ce qui a trait au mur de séparation qui se construit au niveau de la localité frontalière de Adayssé, dans le caza de Marjeyoun, des sources informées indiquent que l’armée israélienne a suspendu ses travaux et retiré ses équipements samedi, suite à des mises en garde adressées par l’armée libanaise sur base d’une décision du Conseil supérieur de la défense. Ces mêmes sources affirment que le commandant général de la Finul (Force intérimaire des Nations unies pour le Liban), Stefano Del Col, effectue des contacts permanents avec les responsables des deux armées en vue de prévenir l’escalade des deux côtés de la ligne bleue. Il devrait organiser une réunion tripartite cette semaine à Naqoura, en vue notamment d’examiner les éventuelles violations commises par Israël à travers la construction du mur en béton.



Lire aussi

Israël poursuit la construction du mur frontalier, le Liban porte plainte devant l'ONU

Les tunnels entre le Liban et Israël datent de plusieurs années, selon Abbas Ibrahim


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le commandant en chef de l’armée et l’agenda politique

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants